Santo Domingo de la Calzada, cathédrale del Salvador

Santo Domingo de la Calzada (La Rioja, La Rioja)

Édifice : Cathédrale del Salvador


Santo Domingo de la Calzada, cathédrale del Salvador (plan d’après G. UYARRA ALFREDO, dans EDR, La Rioja, vol. 2, p. 687)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : arc triomphal de la chapelle axiale (chapelle San Pedro), chapiteau nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : dernier tiers du XIIe siècle (attribué à Leodegarius).
  • Intégration dans le programme iconographique : chapelle axiale , arc triomphal , chapiteau nord : Adoration des Mages ; chapiteau sud : Daniel dans la fosse aux lions.
  • identifiant Wikidata : Q2942804
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000702

Santo Domingo de la Calzada, cathédrale del Salvador, vue du chœur (Zarateman, 2011, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)

Description : Le programme des chapiteaux du déambulatoire de la cathédrale de Santo Domingo de Calzada est riche et hétéroclite. Aussi serait-il difficile de l’aborder dans cette simple fiche documentaire.

Le chapiteau de l’Épiphanie coiffe la colonne nord de l’arc triomphal de la chapelle axiale. La Vierge à l’Enfant est assise de profil sur la face frontale et présente l’Enfant des deux mains aux Rois Mages se tenant devant elle. Le premier roi s’est agenouillé alors que les deux autres attendent debout sur la face latérale. Au-dessus de la tête de l’Enfant brille une importante étoile végétale à la place du fleuron du chapiteau. Enfin, derrière Marie, Joseph s’est endormi sur sa canne.

Santo Domingo de la Calzada, cathédrale del Salvador, chapiteau de l’Adoration des Mages
(cliché J. NUÑO GONZÁLEZ, EDR, La Rioja, vol. 2, p. 698)

Le chapiteau placé en regard de celui-ci, sur la colonne sud, se consacre à Daniel dans la fosse aux lions tout comme cela se trouvait dans l’abside de l’église San Martín de Fuentidueña. Or, remarquons que les trois Rois sont placés sur le seuil du chœur, leur procession étant orientée vers l’autel. De même, le prophète Daniel épargné par les lions, par sa valeur apotropaïque, est une illustration directe du trope liturgique indissociable du rite eucharistique « De ore leonis libera me Domine », tiré du Psaume 21 (22). L’offrande des Mages sur ce chapiteau devient donc clairement une offrande eucharistique.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALMECH Francisco Iñiguez, « Sobre tallas románicas del siglo XII », Principe de Viana, 112-113, 1968, p. 181-235 (part. 208-228).
  • ALVAREZ-COCA GONZÁLEZ María Jesús, Escultura románica en piedra en la Rioja Alta, Logroño, Edit. Gonzalo de Berceo, coll. « Biblioteca de temas riojanos, 18 », 1978, p. 41-66.
  • MOYA VALGAÑÓN Jose Gabriel, « Santo Domingo de la Calzada », dans EDR en La Rioja : La Rioja, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González ( Dirs. ), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2008, vol. 2, p. 683-705.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 janvier 2022). Santo Domingo de la Calzada, cathédrale del Salvador. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglc


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search