Besançon, cathédrale Saint-Jean

Besançon (Doubs, Bourgogne-Franche-Comté)

Édifice : cathédrale Saint-Jean


Besançon, cathédrale Saint-Jean (plan dans R. TOURNIER, 1979, p. 208)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : abside occidentale, groupe de chapiteaux flanquant la première fenêtre sud de l’abside.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : aux alentours de 1150 (consécration du maître autel 1148).
  • Intégration dans le programme iconographique : abside occidentale , chapiteaux de la baie axiale : collège apostolique (de chaque côté de la fenêtre), motifs végétaux paradisiaques, oiseaux s’abreuvant à la fontaine de vie ; première fenêtre sud : Adoration des Mages (droite), Mages devant Hérode (gauche) ; autres fenêtres : figures humaines nues (Luxures ?), motifs zoomorphies et chimériques (serpents, satires).
  • identifiant Wikidata : Q1586486
  • identifiant Mérimée : Pa00101462

Description : Le plan de la cathédrale Saint-Jean-l’Évangéliste de Besançon respecte, en partie, le plan de l’ancienne cathédrale carolingienne. En cela, son plan orienté est-ouest comporte deux absides opposées. Le maître autel, consacré par le pape Eugène III en 1148, se trouve dans l’abside occidentale. Cette dernière conserve un étage inférieur entièrement roman, construit sans aucun doute en une seule campagne. Les étages supérieurs, victimes d’effondrements, ont été reconstruits en style gothique postérieurement. La partie basse comporte vingt-six chapiteaux, répartis autour des sept fenêtres. L’histoire des Mages se répartit de part et d’autre de la première fenêtre au sud de la fenêtre axiale (à gauche vue de la nef).

Sur la colonnette de l’ébrasement droit de la fenêtre se trouve l’ Adoration des Mages. Les trois rois apparaissent vêtus de tuniques mi-longues ceintes à la taille, de manteaux agrafés sur l’épaule et portent des couronnes très différentes les unes des autres. Un effort a par ailleurs été fait pour distinguer la physionomie de leur visage et pour respecter la distinction des âges. L’élément à relever est la sacoche quadrangulaire que chacun porte en bandoulière, archétype des besaces de pèlerins dans l’iconographie. Deux des Mages se tiennent debout sur la face latérale alors que le premier, sur l’angle de la corbeille, s’agenouille face au Christ. La Vierge à l’Enfant trône, frontalement, sur la face principale, mais elle n’est nullement hiératique puisqu’elle adresse un regard au présent du premier mage. Elle est couronnée tout comme son fils qui porte l’Orbe et adresse un signe de bénédiction à son visiteur. Telle qu’elle est intégrée dans l’espace, la procession de l’Adoration s’éloigne de la baie sud et s’oriente vers la fenêtre d’axe.

Besançon, cathédrale Saint-Jean, chapiteau de l’adoration des Mages
(GO69, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Le chapiteau coiffant la colonnette de l’ébrasement gauche de la fenêtre se consacre à l’audience devant Hérode. Les trois Rois mages se tiennent l’un derrière l’autre sur la face principale dans le même ordre que pour l’Adoration. Le premier adresse sa question au souverain en pointant son index vers le ciel pour lui signaler la disparition de l’étoile alors que les deux suivants tournent la tête vers le spectateur. Hérode trône sur l’angle de la corbeille, jambes croisées et porte une volumineuse épée sur son épaule. Derrière lui se tient le jeune Armiger et, en retrait, apparaît un paladin, masqué par un volumineux bouclier.

Besançon, cathédrale Saint-Jean, chapiteau des Mages devant Hérode
(GO69, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Les autres chapiteaux historiés, au nombre de deux, se répartissent de part et d’autre de la fenêtre d’axe. Il s’agit du collège apostolique, réparti sur deux corbeilles, chaque apôtre, porteur de codex, étant intégré sous une arcade. Seuls Paul et Pierre sont identifiables, flanquant chacun la fenêtre. Ces derniers chapiteaux, placés en surplomb de la cathèdre épiscopale, participent ainsi à légitimer le pouvoir de l’évêque. Notons en ce sens que la procession des Mages s’oriente vers les apôtres et, donc, vers le siège de l’évêque, pour marquer la reconnaissance du pouvoir épiscopal. Nous trouvons un agencement très semblable dans l’abside de la cathédrale Saint-Jean de Lyon ou sur les fresques de la cathédrale de Saint-Lizier.

Stylistiquement, les chapiteaux sont sans doute postérieurs à la consécration du maître autel, et sont à situer dans le troisième tiers du XII e siècle (W. Sauerländer , 1979, p. 228). Une thèse partagée par plusieurs auteurs proposait de voir, dans les deux chapiteaux des Mages, une modification du programme initiale après le passage (hypothétique) des reliques des trois Rois à Besançon en 1164 (R. Tournier , 1967, p. 16 et 1979, p. 208-209 ; D. Glass , 1997, p. 17). Cela semble improbable, car la composition du programme, dans son ensemble, reste parfaitement cohérente et répond à une mise en scène du pouvoir épiscopal.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • FORESTIER Guy, « La sculpture monumentale romane de la cathédrale Saint-Jean de Besançon », dans Actes du 99 e Congrès national des sociétés savantes, Besançon, 1974, Paris, Bibliothèque Nationale, « Collection de documents inédits sur l’histoire de France », 1977, p. 71-74.
  • GLASS Dorothy F., Portals, Pilgrimage and Crusade in Western Tuscany, Princeton, Princeton University Press, 1997, p. 17.
  • SAUERLÄNDER Willibald, « Les chapiteaux de la cathédrale Saint-Jean à Besançon », dans, Franche-Comté Romane, Saint-Léger-Vauban, Z odiaque, coll. « La Nuit des Temps , 52 », 1979, 215-230.
  • TOURNIER René, « La cathédrale de Besançon », Caf : Franche-Comté, 118, 1960, p. 36-52.
  • TOURNIER René, « Besançon : la cathédrale Saint-Jean », dans Franche-Comté Romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps , 52 », 1979, p. 207-214.
  • TOURNIER René, La cathédrale de Besançon, Paris, H. Laurens, 1967.
  • VERGNOLLE Éliane, La création architecturale en Franche-Comté au XIIe siècle : du roman au gothique, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 2001, p. 155-159.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Besançon, cathédrale Saint-Jean. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogh0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search