San Pedro de Gaíllos, église San Pedro

San Pedro de Gaíllos (Castilla y León, Segovia)

Édifice : église San Pedro


San Pedro de Gaíllos, église San Pedro (plan d’après P. J. ROSALES MATEO, dans EDR, Segovia, 2007, vol. 2, p. 1277)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : porche à colonnades sud, travée orientale chapiteau de la colonne centrale.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : dernières années du XIIe s., premières décennies du XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : chapiteaux du porche à colonnades sud , double arcature ouest (d’ouest en est), chapiteau 1 : oiseaux affrontés ; chapiteau 2 : joutes de soldats ; chapiteau 3 : chapiteau végétal ; double arcature est (d’ouest en est), chapiteau 1 : Annonciation et Nativité ? (détruite) ; chapiteau 2 : Voyage des Mages et Adoration des Mages ; chapiteau 3 : Chute de Lucifer ?

San Pedro de Gaíllos, église San Pedro, porche sud
(Rowanwindwhistler, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le porche à colonnades adossé au mur sud de l’édifice se compose de deux doubles arcatures disposées de part et d’autre de la porte. Chaque arcature est soutenue par trois doubles colonnes, chacune coiffée de chapiteaux jumelés. Celui de l’Épiphanie, placé à la retombée centrale de l’arcature orientale, est mutilé au niveau de la face sud (face extérieure) et de la face ouest où se trouvait la Vierge à l’Enfant. Ce chapiteau comme tous les autres du programme présente de nombreuses similitudes avec ceux du porche méridional de Duratón. On peut donc penser que Joseph occupait la face manquante, comme à Duratón. De même, sur le chapiteau historié très détérioré précédent celui des Mages, apparaît l’ange de l’ Annonciation. Il paraît vraisemblable que, comme à Duratón, ce chapiteau était consacré à la Nativité et fonctionnait en couple avec celui de l’Épiphanie.

Concernant les Mages, leur histoire est également rapportée sur le même modèle. Les trois Rois sont en adoration sur deux faces du chapiteau : le premier (en partie perdu) s’agenouille sur la face ouest alors que les deux autres se tiennent sur la face nord (face interne). Sur la face est, seul un cheval du voyage a survécu.

La différence notable avec le maître de Duratón est l’insertion de la scène non plus sous une série d’arcades trilobées gothiques mais sous un décor architectural crénelé étendu à toute la partie supérieure de la corbeille. Relevons par ailleurs un détail particulièrement intéressant : sur la face nord, au-dessus de la colonne torse séparant les deux mages, on remarque une porte ostensiblement fermée à l’aide d’un imposant verrou. Ce détail fait sans doute référence à la vision de la porte close du Temple (Éz 44, 2), symbole virginal par excellence. L’adoration prend donc ici un sens sotériologique appuyé, car cette porte fermée préfigure celle incarnée par la Vierge, ouverte « le jour car il n’y aura pas de nuit » pour accueillir les nations (Ap 21).

San Pedro de Gaíllos, église San Pedro, chapiteau de l’Épiphanie, Adoration des Mages (cliché C. ÁLVAREZ MARCOS, EDR, Segovia, 2007, vol. 2, p. 1275)
San Pedro de Gaíllos, église San Pedro, chapiteau de l’Épiphanie, Adoration des Mages (cliché J. A. OLAÑETA, 2003, URL : www.claustro.com)
San Pedro de Gaíllos, église San Pedro, chapiteau de l’Épiphanie, Voyage des Mages (cliché J. A. OLAÑETA, 2003, URL : www.claustro.com)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ÁLVAREZ MARCOS Carlos, « San Pedro de Gaíllos », dans EDR en Castilla y león : Segovia, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2007, vol. 2, p. 1273-1279.
  • COBREROS Jaime, El Románico en España , Madrid, Infaco, coll. « Guías Periplo », 1993, p. 552-553.
  • GARMA RAMÍREZ David de la, Rutas del Románico en la provincia de Segovia, Valladolid, Castilla, 1998, p. 131-132.
  • HERBOSA Vicente, El Románico en Segovia, León, Lancia Ediciones, coll. « Aspectos », 1999, p. 25.
  • LAFORA Carlos R., Por los caminos del romanico porticado : una fórmula arquitectónica para albergar el derecho a la libertad, Madrid, Encuento, coll. « La noche de los tiempos », 1988, p. 99-101.
  • RUIZ MONTEJO Inés, El románico de villas y tierras de Segovia, Madrid, Encuento, coll. « La noche de los tiempos », 1988, p. 213-214.
  • SÁINZ SÁIZ Javier, El románico rural en Castilla y León, León, Lancia, 2001 (1 ère éd. León 1991), p. 73.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 janvier 2022). San Pedro de Gaíllos, église San Pedro. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogla


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search