Santiago de Compostela, cathédrale Santiago

Santiago de Compostela (Galicia, La Coruña )

Édifice : cathédrale Santiago


Santiago de Compostela, cathédrale Santiago (M. CHAMOSO LAMAS 1973, 102)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade sud, portail, portail de las Platerías ou portail des orfèvres , porte de droite, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : début du XIIe s. (1103-1111-1112).
  • Intégration dans le programme iconographique : portail de las Platerias , porte orientale , tympan : Adoration des Mages (registre supérieur), Guérison de l’aveugle , Flagellation , Arrestation du Christ (registre inférieur) ; porte occidentale , tympan : Tentation du Christ ; frise du registre supérieur : le Christ, saint Jacques et le Collège apostolique ; frise intermédiaire et contreforts est et ouest : reliefs remployés des portails des façades occidentale et septentrionale de la cathédrale.
  • identifiant Wikidata : Q205136
  • identifiant Wikidata de l’œuvre : Q3397886
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000072

Saint-Jacques-de-Compostelle, cathédrale Santiago, portail de las Platerías
(Luis Miguel Bugallo Sánchez (Lmbuga), 2011, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le portail méridional de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, habituellement appelé Porta de las Platerías ou Portail des orfèvres , en raison des nombreuses boutiques occupant originellement la place sur laquelle donne le portail, est le fruit de nombreux remaniements et remplois intervenus dès le XIII e siècle jusqu’au XVIII e siècle. Cet agencement abscons de reliefs divers fait mériter à cette porte son qualificatif de palimpseste de pierre.

Saint-Jacques-de-Compostelle, cathédrale Santiago, portail de las Platerías, tympan de droite
(Luis Miguel Bugallo Sánchez (Lmbuga), 2011, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Le portail est le seul témoin en place des trois portes originelles ornant les entrées méridionale, occidentale et septentrionale de la basilique romane élevée sous l’évêque Sismondo qui est, dans sa structure générale, la cathédrale actuelle. Toutes trois étaient composées de portes jumelées ornées de deux tympans et surmontées d’une frise de statues en pieds (modèle que nous retrouvons sur la porte des comtes de Saint-Sernin de Toulouse). Le portail occidental a été remplacé dans le dernier tiers du XII e siècle par l’actuel Portail de la Gloire alors que la porte nord ( Porta Francigena , aujourd’hui façade de l’Azabacheria) fut démolie au XVIII e siècle et remplacée par l’actuelle façade néoclassique. Or, nombre des reliefs déposés de ces deux premières portes sont venus enrichir le Portail des orfèvres lui donnant l’aspect d’une accumulation de sculptures sans cohérence qu’il serait impossible d’explorer dans le détail ici.

Saint-Jacques-de-Compostelle, cathédrale Santiago, portail de las Platerías, tympan de gauche
(Luis Miguel Bugallo Sánchez (Lmbuga), 2011, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Il est donc préférable, nous concernant, d’en rester à ce que nous savons du projet originel d’après la reconstitution récente de Manuel Castiñeiras Gonzáles (2009). Plusieurs descriptions anciennes nous permettent en effet d’imaginer approximativement l’état primitif de la porte. La première est celle qu’en donne le Guide du pèlerin ( Codex Calixtinus , 1137). La seconde, datée de 1610, se trouve dans l’ Historia del Apóstol de Jesús Christo Santiago Zebedeo par Mauro Castellà Ferrer.

Le tympan oriental concentre plusieurs scènes. Au registre supérieur, les trois Rois mages se déplacent de gauche à droite vers le groupe de la Vierge à l’Enfant frontal, sculpté sur une plaque autonome. Les reliefs sont très érodés mais la scène reste lisible. Les trois Mages sont agenouillés. Leurs visages sont mutilés et il est impossible de savoir s’ils étaient coiffés de couronnes. Derrière eux, une masse informe se rapporte sans doute aux trois chevaux laissés au repos. Dans les deux espaces laissés libres entre chacune des têtes des trois Mages a été insérée une étoile fleurie. Un autre personnage est allongé au-dessus de la composition, figure que le Guide du pèlerin identifie comme l’ange du Songe des Mages . Derrière la Vierge, un ange descendant des nuées fait le lien entre les deux registres du tympan. Il porte une couronne qu’il s’apprête à déposer sur la tête du Christ alors que celui-ci se fait arrêter par un soldat. Au centre du registre inférieur, le Christ apparaît une nouvelle fois, attaché à la colonne alors que derrière lui, un personnage porte la Croix . Il est à noter que la Vierge à l’Enfant est agencée dans le tympan de sorte qu’elle trône au sommet de la branche supérieure de cette croix. Dans la partie droite, Pilate ou Hérode Antipas trône de profil et ordonne la Flagellation . Enfin, à l’extrême gauche de ce registre, un relief sans doute ajouté a posteriori décrit la Guérison de l’aveugle .

Le tympan occidental est, quant à lui, entièrement consacré à la lutte du Christ contre le démon autour de la scène centrale de la Tentation au désert. Son analyse est plus complexe car plusieurs ajouts postérieurs sont venus enrichir un tympan primitif sans doute plus étroit. Dans un premier temps, ce dernier devait se limiter au Christ devant un buisson infesté de serpents, à l’ange thuriféraire posté au-dessus, celui placé derrière le Christ et aux deux démons défiant Jésus (celui posant un genou à terre et le second perché au sommet du temple). Les autres figures en buste, les trois démons cynocéphales devant la porte de l’enfer et la mystérieuse femme au crâne, plus communément appelée Femme du Calvaire , sont venus s’ajouter à une date indéterminée.

Ainsi, selon Manuel Castinñeiras González (2009) le projet original, initié entre 1101-1103 comportait le tympan des Tentations du Christ et celui de la Passion et de l’Épiphanie, placés au sommet de deux portes jumelées strictement séparées. En surplomb s’étendaient en frise le Christ et le Collège apostolique. L’auteur discerne alors l’œuvre de trois sculpteurs distincts : le Maître de la Puerta Francígena , le Maître de la Trahison et le Maître de Conques. Par la suite, l’agrandissement du tympan occidental demandait la fusion des deux portes, notamment par l’élargissement des archivoltes se mêlant sur la retombée de la pile centrale, sans doute aux alentours de l’an 1111. Une inscription du portail ( anf [us] rex ), est habituellement reconnue comme une mention d’Alfonso Raimundez (Alphonse VII) et une référence à son accession à la couronne de Galice en 1112. Cela semblerait confirmer la chronologie précédemment évoquée.

Les premiers remaniements ont ainsi dû intervenir en 1116 après les dommages causés par un incendie. En 1188 commençait l’embellissement de la cathédrale et particulièrement la construction de la Porte de la Gloire qui dut exporter une partie des sculptures de l’ancienne porte sur le portail méridional. Ce dernier fut tronqué au XV e siècle par l’ajout des contreforts que nécessitait la construction de la tour du Roi de France (1484-1494). Enfin, le programme sculpté fut considérablement enrichi de divers reliefs venus du portail septentrional reconstruit en 1757-1758.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CABRERA MARRERO José María, « Portada de las platerías. Catedral de Santiago de Compostela », Ars sacra, 38, 2006, p. 23-37.
  • CASTELLÁ FERRER Mauro, Historia del apóstol de Jesús Christo Santiago Zebedeo, Patrón y capitán general de las españas, Madrid, Alonso Martín de Balboa, 1610, f. 464 v.-465 r.
  • CASTIÑEIRAS Manuel, « Da Conques a Compostella : retorica e performance nell’era dei portali parlanti », dans Medioevo : immagine e memoria, A. C. Quinatavalle (Éd.), Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 23-28 settembre 2008, Milano, Electa, 2009, p. 233-251.
  • CASTIÑEIRAS Manuel, « Introitus pulcre refulget : algunas reflexiones sobre el programma iconográfico de las portadas románicas del transepto de la cathedral », dans La meta del Camino de Santiago. La transformación de la catedral a travès de los tiempos, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, Consellaría de Cultura , 1995, p . 85-103.
  • CASTIÑEIRAS Manuel, « La catedral románica : tipología architectónica y narración visual », dans Santiago, la Catedral y la memoria del arte , M. R. Núñez (Éd .), Santiago de Compostela, Consorcio de Santiago, 2000, p . 39-96.
  • CASTIÑEIRAS Manuel, « Platerías : función y decoración de un “lugar sagrado” », dans Santiago de Compostela : ciudad y peregrino, Actas del V Congreso Internacional de Estudios Jacobeos, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 2000, p. 289-331.
  • CASTIÑEIRAS Manuel, « La catedral de Santiago de Compostela (1975-1122) : Obra maestro del románico europeo », dans Siete maravillas del románico español, P. L. Huerta (Dir.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María La Real, 2009, p. 229-277.
  • CHAMOSO LAMAS Manuel (Éd.), El Pórtico de las Platerías de Santiago de Compostela, Madrid, Dirección General de Bellas Artes, Ministerio de Educación Nacional, coll. « Informes y trabajos del Instituto de Conservación y Restauración de Obras de Arte, Arqueología y Etnología, 2 », 1964.
  • CHAMOSO LAMAS Manuel, Galice romane, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 39 », 1973, 87-204.
  • DESCHAMPS Paul, « Études sur les sculptures de Sainte-Foy de Conques et Saint-Sernin de Toulouse et leurs relations avec celles de Saint-Isidore de León et de Saint-Jacques-de-Compostelle », B.M., 100, 1941, p. 239-264.
  • GAILLARD Georges, « Une abbaye de Pèlerinage : Sainte-Foy de Conques et ses rapports avec Saint-Jacques », Compostellanum, 10 (4), 1965, p. 335-346.
  • GICQUEL Bernard, La légende de Compostelle : Le Livre de Saint Jacques, Paris, Tallandier, 2003.
  • LÓPEZ FERREIRO Antonio, Historia de la Santa a. m. iglesia de Santiago de Compostela, Santiago de Compostela, seminario conciliar central, 1898-1909, 11 vol., vol. 3, 1900, p. 96-115.
  • MATHEWS Karen Rose, « Reading Romanesque Sculpture : The Iconography and Reception of the South Portal Sculpture at Santiago de Compostela », Gesta, 39 (1), 2000, p. 3-12.
  • MOJALEJO Serafín, « La primitiva fachada norte de la catedral de Santiago », Compostellanum, 14 (4), 1969, p. 623-668.
  • MOJALEJO Serafín, « Saint-Jacques-de-Compostelle. Les Portails retrouvés de la cathédrale romane », Les dossiers de l’archéologie, 20, 1977, p. 87-103.
  • NAESGAARD Ole, Saint-Jacques-de-Compostelle et les débuts de la grande sculpture vers 1100, Aarhus, Universitetsforlaget, coll. « Jysk arkaeologisk selskabs skrifter, 5 », 1962.
  • OTERO TÚÑEZ Ramón, « Problemas de la catedral románica de Santiago », Compostellanum, 5 (10), 1965. p. 608-625.
  • PITA ANDRADE José Manuel, « Un estudio inédito sobre la fachada de las Platerías », Cuardenos de Estudios Gallegos, 5, 1950.
  • VACCARO Maddalena, « Le sculture di Platerías nella storiografia del XX secolo », Compostellanum, 52, 3-4, 2006, p.565-622.
  • WILLIAMS John, « Spain or Toulouse a Half Century Later Obsrvations on the Chronology of Santiago de Compostela », dans Actas del XXIII Congreso Internacional de Historia del Arte, Granada, Universidad de Granada, Departamento de Historia del Arte, 1976, vol. 1, p. 557-567.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (4 janvier 2022). Santiago de Compostela, cathédrale Santiago. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogl7


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search