Beaucaire, hôtel de Narbonne-Pelet

Beaucaire (Gard, Occitanie)

Édifice : cour de l’hôtel de Narbonne-Pelet ( actuel presbytère )


  • Édifice d’origine : Beaucaire, Notre-Dame-des-Pommiers, (ancien tympan).
  • Médium : Médium : sculpture.
  • Support : Support : ancien tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale.
  • Scènes : Cycle des Mages : Vierge à l’Enfant (ancienne Vierge de l’ Adoration des Mages ).
  • Contexte de l’édifice : Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : Datation : 2ème moitié XIIe s.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : (originellement) tympan : Adoration des Mages et Songe de Joseph.
  • identifiant Wikidata : Q29230904
  • identifiant Palissy :  PM30000109
  • identifiant Mérimée édifice d’origine : PA00102983

Vierge à l’Enfant de Beaucaire, cour de l’hôtel de Narbonne-Pelet (cliché, L. INÈS, 2011, crédit ville de Beaucaire)

Description : La Vierge à l’Enfant de Beaucaire provient d’un tympan de la façade de l’église Notre-Dame-des-Pommiers, déposée en 1737 au presbytère. Le tympan avait connu de graves mutilations en 1562 lors des querelles religieuses. Ainsi, les têtes de la Vierge et de l’Enfant ainsi que le bras de ce dernier sont des réfections modernes.

La Vierge constituait le groupe central d’un tympan perdu, mais la description qu’en a faite Aubin-Louis Millin (1808) nous permet de le reconstituer. Le groupe était, à l’origine, flanqué de l’ Adoration des Mages (à gauche) et de l’Ange apparaissant à Joseph, un phylactère à la main (à droite). La composition du tympan devait donc être très proche des tympans de Saint-Gilles-du-Gard, de celui de Notre-Dame-de-Malpas de Montfrin et de celui du baptistère de Parme. Il n’y a donc aucune raison de douter de cette description. Millin relève deux inscriptions en plus de celles encore lisibles sur le socle du trône de la Vierge. À gauche, sous les Mages, nostro divino dant tres tria munera trino et à droite, du côté de Joseph (sans doute en dessous mais l’auteur ne le précise pas), ducit in Aegyptum Joseph cum virgine christum.

Concernant le seul vestige du tympan que constitue la Vierge à l’Enfant, nous constatons qu’elle trône frontalement sous un dais architecturé, dont l’arc est décoré d’une frise d’oves. Ses pieds reposent sur un socle sur lequel on peut lire in gremio matris residet sepientia patris. La Vierge est donc ici clairement pensée comme un « Trône de sagesse ». Seule la posture du Christ, tourné vers la gauche et esquissant ce qui devait être un geste de bénédiction (le bras est lourdement restauré) rappelle que les trois Mages se présentaient devant lui. La Vierge de l’Épiphanie ainsi que la frise de la Passion, actuellement encastrée dans le mur oriental de l’église (reconstruite au XVIIIe siècle) sont les seuls témoins de l’ancienne façade occidentale romane de Notre-Dame-des-Pommiers. Ces deux reliques nous permettent cependant d’imaginer un programme, dans son contenu du moins, proche des thématiques développées à Saint-Gilles-du-Gard.


Localisation actuelle

Voir en plein écran

Localisation édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • Corpus des inscriptions de la France médiévale, 13, Gard, Lozère, Vaucluse, R. Favreau, J. Michaud , B. Mora (Éds.), Poitiers, CNRS, 1988, p. 13-14.
  • CONARD Serge, « Beaucaire : Notre-Dame des Pommiers », Caf : Pays d’Arles, 134, 1976 (1979), p. 99-113.
  • FAGES Arsène, Beaucaire et sa foire à travers les siècles, Lyon, A. Rey, 1943, p. 112-113.
  • FORSYTH Ilene H., The Throne of Wisdom : Wood Sculpture of the Madonna in romanesque France, Princeton, Princeton University Press, 1972, p. 26, 132, fig. 2.
  • HAMANN Richard, Die Abteikirche von St. Gilles und ihre küstlerische Nachfolge, Berlin, Akademie-verlag, 1955-1956, 2 vol., vol. 1, 1955, p. 358-359, fig. 456.
  • LAZAREV Victor, « Studies in the Iconography of the Virgin », A.B. , 20, 1938, p. 25-65.
  • MÂLE Émile, L’Art religieux du XIIe siècle en France, Paris, Armand Colin, 1998 (1ère éd. Paris, 1922), p. 428.
  • MICHELOZZI André, Sanctuaires romans en terre d’Argence, Beaucaire, SHAB, 2005, p. 25-27.
  • MILLIN Aubin-Louis, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, Tourneisen, 1808, t. 3, p. 434-435.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Beaucaire, hôtel de Narbonne-Pelet. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggz


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search