New Nork, Metropolitan Museum of Art, Cloisters (Santa Maria de Cap d’Aran, Tredòs)

New York (New York, USA)

Édifice : Metropolitan Museum, The Cloisters , n° d’inv. 50.180a-l (acquisition 1950)


  • Édifice d’origine : Santa Maria de Cap d’Aran, près de Tredòs (Cataluña, Lérida).
  • Médium : fresque.
  • Support : cul-de-four.
  • Situation dans l’édifice : abside centrale, fresque du cul-de-four.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : début du XIIe s. (attribué au maître de Pedret, 1075-1150).
  • identifiant Wikidata édifice actuel : Q1138030
  • identifiant Wikidata édifice d’origine : Q2917453
  • n° d’inv. 50.180a-l

New York, Metropolitan Museum of Art (Cloisters), fresques de l’église Santa Maria de Tredós
(cliché The Metropolitan Museum of Art, licence : domaine public)

Description : Les fresques de l’abside de Santa María de Cap d’Aran (ou Santa Maria de Tredòs), furent déposées au Metropolitan Museum of Art de New York en 1950 et sont actuellement exposées dans l’abside reconstituée de San Martín de Fuentidueña. Seules les peintures de la conque nous sont parvenues mais ce vestige nous permet de rapprocher l’œuvre des grandes Épiphanies adaptées aux absides catalanes entre la fin du XI e siècle et le premier quart du XIIe siècle.

Une imposante Majesta Mariae occupe le centre de la composition, sur toute la hauteur de la conque. Inscrite dans une immense mandorle, Marie siège hiératiquement sur un trône à traversin et présente l’Enfant bénissant. Les Mages se disposent de part et d’autre de la mandorle : le mage le plus âgé ( melhior ) s’approche seul de la vision centrale alors qu’à droite sont regroupés ses deux compagnons ( baldasar et gaspa[r] ) . Tous trois sont vêtus du costume clérical italo-byzantin et portent de larges plats directement issus de l’imagerie antique. C’est sous cette apparence que nous retrouvons les trois Mages sur les peintures de la cathédrale de Saint-Lizier de Santa Maria Àneu ou encore sur celles de la chapelle Saint-Michel de Vals.

Deux archanges vêtus du loros , flanquent l’ensemble de la composition : Gabriel à gauche ( gabriel ) et Michel à droite ( michael ). Tous deux tiennent un rouleau sur lequel on lit peticius et postulacius comme à Santa Maria d’Àneu, à Santa Maria de Taüll et sur la voûte de Saint Michel de Vals. Ces deux mentions sont en réalité des locutions juridiques faisant des deux anges les « avocats » des Mages auprès de la Vierge.

La première originalité de l’Épiphanie de l’abside de Santa Maria de Tredòs et de plusieurs autres interprétations picturales identiques dans les absides catalanes est la fragmentation du groupe des Mages de part et d’autre du groupe virginal central (outre les exemples précédemment cités, évoquons les fresques de l’église de Santa Maria de Valencia d’Àneu. C’est une composition que nous retrouvions fréquemment dans l’art byzantin du VI e siècle (sur un ivoire byzantin conservé au British Museum ou sur l’ Évangéliaire d’Etchmiadzin , Erevan, Maenadaran, ms. 2374 f. 229 r.). La seconde est l’association des Mages et des deux archanges « avocats » autour de la Majestas Mariae que nous ne retrouvons que dans l’espace pyrénéen. Les Mages semblent ainsi porter leurs prières aux archanges intermédiaires entre les hommes et la Vierge-Mère inscrite dans un registre céleste. Les fresques de Santa Maria de Tredòs sont l’exacte réplique de celles de Santa Maria d’Àneu et exposent une formule destinée à être reprise dans les exemples précédemment cités. Les deux décors sont attribués au Maître de Pedret, auteur des peintures de la cathédrale de Saint-Lizier qui, selon la chronologie habituellement acceptée, serait la première œuvre attribuable de ce peintre (à la fin du XIe siècle). Celles de Tredòs et d’Àneu seraient ainsi à placer plus bas dans la chronologie, au début du XIIe siècle.


Localisation de l’édifice d’origine

Voir en plein écran

Localisation actuelle

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AINAUD I LASARTE Joan, La peinture catalane 1 La facination de l’art roman, trad. T. Gomez, Genève, Skira, 1989, p. 68-74.
  • BOUSQUET Jacques, « Le thème des archanges à l’étendard : de la Catalogne à l’Italie et Byzance », CSMC, 5, 1974, p. 7-27.
  • COOK Walter William Spencer, GUDIOL RICART José, Pintura e imaginería romanícas, Madrid, Plus-Ultra, coll. « Ars Hispaniae , 6 », 1950 (rééd. Madrid, 1980), p. 58.
  • DEUCHLER Florens, « À propos des Absides de San Juan de Trédos et de Santa Maria de Tahull », CSMC, 5, 1974, p. 29-32.
  • DURLIAT Marcel, « Iconographie d’abside en Catalogne à la fin du XIe et dans la première moitié du XIIe siècle », CSMC, 5, 1974, p. 99-130.
  • DURLIAT Marcel, « L e décor absidal de Santa Maria d’Aneù », Traza y Baza, 3, 1973, p. 7-16.
  • DURLIAT Marcel, « Théophanies-visions avec participation de prophètes dans la peinture romane catalane et toulousaine », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 118 (4), 1974, p. 536-564.
  • OTTAWAY John, « Quelques observations sur les peintures murales de la région du Nord-Est des Pyrénées aux XIe et XIIe s. », Revue d’Auvergne, 106 (3), 1992, p. 225-242.
  • RORIMER James Joseph, Medieval Monuments at The Cloisters as they were and as they are, New York, 1972, p. 45-47.
  • SIMON DAVID L., « Romanesque Art in American Collection, XXI. The Metropolitan Museum of Art, Part I, Spain », Gesta, 23 (2), 1984, p. 145-159.
  • SUREDA Joan, La pintura románica a Catalunya, Barcelona, Alianza, coll. « Alianza Forma 17 », 1981, p. 73-75, 284-285.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). New Nork, Metropolitan Museum of Art, Cloisters (Santa Maria de Cap d’Aran, Tredòs). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogl1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search