Murillo de Gállego, église San Salvador

Murillo de Gállego (Aragón, Zaragoza)

Édifice : église del Salvador


San Salvador, Murillo de Gállego (d’après M. L. ÁLVAREZ CASAMAYOR, dans EDR en Aragón, 2010, vol. 2, p. 481)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : arc triomphal de l’abside centrale, chapiteau nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : seconde moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : arc triomphal de l’abside , chapiteau nord : Adoration des Mages ; chapiteau sud : Christ en gloire dans une mandorle végétale ; arc triomphal de la première travée du chœur , chapiteau nord : Saint Michel terrassant le Dragon ? ; chapiteau sud : sirènes.

Murillo-de-Gallego, église San Salvador chapiteau de l’Adoration des Mages
(cliché, C. MARTÍNEZ ÁLAVA Carlos, EDR, vol. 2, p. 496)

Description : L’église San Salvador de Murillo-de-Gallego, édifice à deux étages, a connu plusieurs phases de constructions, initiées au XI e siècle et sans doute achevées dans le dernier tiers du XII e siècle. C’est sans doute dans cette dernière phase qu’il faut situer la décoration sculptée de l’église supérieure. Le chapiteau de l’Adoration des Mages orne la retombée de l’arc triomphal oriental (deux arcs parallèles se succèdent en effet devant l’abside). Sur la face sud du chapiteau, le premier mage, tête nue, chemine vers la Vierge à l’Enfant, trônant de face au centre de la composition. Une grande fleur à cinq pétales figurant l’étoile s’intercale entre les deux personnages. Sur la face occidentale (visible de la nef), les deux autres mages, également têtes nues, se tiennent debout. Joseph occupe la face orientale (donnant sur le mur de l’abside). Le chapiteau de la retombée sud, placé en regard de celui de l’Épiphanie, présente un Christ en gloire siégeant sur un trône à traversin, inscrit dans une sorte de mandorle végétale dont les rinceaux sont soutenus par deux anges respectivement placés sur les faces latérales. Nous remarquons une étoile végétale parfaitement identique à celle des Mages, placée à la droite du Christ. Le chœur de l’église comporte peu de chapiteaux historiés (la plupart sont ornés d’êtres chimériques et de sirènes), aussi, ces deux chapiteaux réunis sur le dernier élément architectonique précédant l’autel composent une seule et même théophanie : celle des Mages rapportée par l’Évangile préfigure la présence divine atemporelle qui lui fait pendant, l’étoile étant le signe sur lequel se construit l’analogie : elle est le signe de la naissance du « rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du matin » (Ap 22,16 ).


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAD RÍOS Francisco, « Algunas Iglesias románicas de Pirinneo », Pirineos, 7, 1951, p. 529-540.
  • ALMERÍA JOSÉ Antonio, El Patrimonio Artístico de las Cinco Villas, Ejea de los Caballeros, Centro de Estudios de las Cinco Villas, 1998, p. 256-263.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica, Madrid, Encuentro, 1979, p. 452-453.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon roman, trad. G. Schecher, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 35 », 1971, p. 52-53.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Rutas románicas en Arágon, Madrid, Encuentro Ediciones, 1996.
  • COBREROS Jaime, El Románico en España, Madrid, Incafo, coll. « Guías Periplo, Arte », 1993, p. 242-244.
  • GARCÍA GUATAS Manuel, El arte románico en el Alto Aragón, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1997, (rééd. Huesca, 2006), p. 40.
  • MARTÍNEZ ÁLAVA Carlos, « Murillo-de-Gállego », dans EDR en Aragón : Zaragoza, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González ( Dirs. ), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2010, vol. 2, p. 475-496.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Murillo de Gállego, église San Salvador. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkx


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search