Madrid, Museo Nacional del Prado, Chapelle Santa Cruz

Madrid (Comunidad de Madrid, Madrid)

Édifice : Museo du Prado Chapelle Santa Cruz de Maderuelo ( n° d’inv. P07272)


  • Édifice d’origine : Chapelle Santa Cruz de Maderuelo (Castilla y León, Segovia), fresques aquises par le Musée du Prado en 1929 et transférées en 1947.
  • Médium : fresque.
  • Support : mur de l’abside.
  • Situation dans l’édifice : mur oriental de l’abside.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : ermitage.
  • Datation : 2ème quart du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : mur du fond de l’abside , registre supérieur : Agnus Dei au centre de la Croix, Abel et Melchisédech ou Caïn ? ; registre inférieur : Marie Madeleine pénitente , Adoration des Mages ; mur occidental , lunette : Création d’Adam , Péché originel ; murs nord et sud ; registre inférieur : Collège apostolique ; registre supérieur : cour angélique (anges thuriféraires, archanges ? et Séraphins) et Annonciation (mur nord, partie occidentale) ; voûte : Majestas Domini.
  • identifiant Wikidata de l’édifice actuel : Q160112
  • n° d’inv. : P07272
  • identifiant Wikidata de l’édifice d’origine : Q43082555
  • identifiant Bienes de Interés Cultural, édifice d’origine : RI-51-0000303

Madrid, Museo Nacional del Prado, fresques de la chapelle Santa Cruz de Maderuelo, mur de l’abside
(cliché Museo Nacional del Prado)

Description : Les fresques de la chapelle Santa Cruz de Maderuelo furent déposées au Musée du Prado en 1947. Elles sont aujourd’hui présentées au public selon leur agencement originel, mais ne représentent en réalité que le décor du chœur de l’édifice, le reste du programme peint ayant définitivement disparu.

Sur le mur oriental, différentes scènes sont agencées autour d’une immense croix au centre de laquelle est intégré l’ Agnus Dei . De part et d’autre de la croix, au registre supérieur, s’oppose le sacrifice d’Abel (à gauche), offrant un agneau, et celui de Caïn (à droite), tenant non pas un fétu de paille, mais une coupe. Cependant, l’identification de ce personnage pose question en raison de la nature de son offrande. Selon Joaquin Yarza Luaces (1999), il ne peut s’agir que de Melchisédech offrant la coupe eucharistique, personnage que l’auteur identifie également sur l’intrados de l’arc triomphal de Santa Maria de Taüll.

Madrid, Museo Nacional del Prado, fresques de la chapelle Santa Cruz de Maderuelo, Adoration des Mages
(cliché Museo Nacional del Prado)

Au registre inférieur s’opposent de part et d’autre du pied de la Croix l’Épiphanie (à droite) et l’épisode de Marie Madeleine pénitente, essuyant les pieds du Christ avec ses cheveux (figure extraite de l’épisode du Repas chez Simon , Lc 36, 50). L’ Adoration des Mages retient ici l’attention puisqu’elle ne montre qu’un seul roi devant la Vierge à l’Enfant. Or, aucune trace de mutilation ne permet de douter que la scène fût ainsi conçue dès l’origine. Elle est composée sous une double arcade architecturée, au sommet de laquelle court un motif crénelé. Sous l’arcade de droite, le mage couronné se tient debout en présentant son offrande. Sous celle de gauche, la Vierge est assise de face sur un trône à traversin. L’Enfant a été intégralement effacé, mais on distingue encore sa main bénissant son visiteur.

La composition globale des fresques de ce mur élabore une problématique salvatrice, initiée par le péché originel ornant la lunette du mur occidental, et l’annonce de son rachat lors de l’ Annonciation sur le mur nord, placée immédiatement à la suite d’Adam et Ève masquant leur nudité. Sur le mur oriental, les problématiques de l’Adoration et de la rédemption se répartissent autour de la Croix glorieuse et de l’Agneau. En effet, l’offrande du mage prend ici une forte valeur eucharistique, surplombée par le Sacrifice de Caïn et Abel à l’Agneau. Cette lecture se voit amplifiée si nous acceptons à la suite de Joaquin Yarza Luaces (1999) que le personnage de droite se rapporte à Melchisédech. Cependant, l’offrande eucharistique du mage est également enrichie par la figure de Marie Madeleine pénitente qui elle apporte à l’image l’idée de rédemption. Cette dernière fait par ailleurs le lien entre Ève pècheresse et la Vierge à l’Enfant nouvelle Ève. L’humiliation devant Dieu et l’offrande sont ainsi dépeintes comme les deux voies vers le salut pour le rachat de la faute. Remarquons enfin que ces deux actes paraissent se polariser sur l’autel, que flanquaient le mage et Marie Madeleine et que la Croix glorieuse surplombait comme un retable.

Remarque : L’association explicite de Marie Madeleine pénitente et de l’ Adoration des Mages rappelle celle sculptée sur le tympan de Neuilly-en-Donjon. Elle a par ailleurs été remarquée par plusieurs auteurs (W. Cahn , 1965, X. Barral i Altet , 1992, Á de la Morena Bartolomé , 1982).


Localisation d’origine

Voir en plein écran

Localisation actuelle

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AVILA JUÁREZ Antonio de, « Las pinturas de la Vera Cruz de Maderuelo, la misa como Recapitulatio », Goya, 305, 2005, p. 81-92.
  • BARRAL Y ALTET Xavier, « L’image pénitentielle de la Madeleine dans l’art monumental roman », méfrem, 104 (1), 1992, p. 101-185.
  • CAHN Walter, « Le tympan de Neuilly-en-Donjon », CCM, 8, 1965, p. 351-364.
  • COOK Walter William Spencer, GUDIOL RICART José, Pintura e imaginería romanícas, Madrid, Plus-Ultra, coll. « Ars Hispaniae , 6 », 1950 (rééd. Madrid, 1980), p. 40.
  • GRABAR André, NORDENFALK Carl, La peinture romane, Genève, Skira , 1958, p . 76-79.
  • GRAU LOBO Luis, Pintura Románica en Castilla y León, Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura, 1996, p. 128-139.
  • GUARDIA PONS Milagros, « Las pinturas de la ermita de la Vera Cruz de Maderuelo », dans EDR en Madrid : Madrid, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2008, p. 400-406.
  • MORENA BARTOLOMÉ Áurea de la, « Temas iconográficos en la pintura románica española : Esterri de Cardós y Maderuelo », Miscelánea de Arte (en honor a J. M. Azcárate), Madrid, 1982, p. 20-22.
  • PAGÈS I PARETAS Monserrat, « À propos des séraphins de Maderuelo et de Santa Maria de Taüll », CSMC, 28, 1997, p. 225-229.
  • SEREDA Jaon, La pintura romànica en España, Madrid, 1985, p. 335-339.
  • YARZA Joaquín, « Las pinturas de Maderuelo », Bella Artes, 1974, p. 17-20.
  • YARZA LUACES Joaquin, « Un cycle de fresques romanes dans la paroisse de Santa María de Taüll », CSMC, 30, 1999, p. 121-140.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Madrid, Museo Nacional del Prado, Chapelle Santa Cruz. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search