Leòn, église San Isidoro, chapelle Panteón de los Reyes

León (Castilla y León, León)

Édifice : église San Isidoro, chapelle Panteón de los Reyes


León, Panteón de los Reyes de San Isidoro (plan d’après M. RANILLA GARCÍA, dans EDR, Castilla y León : León, 2002, p. 542)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : mur sud, deuxième travée occidentale.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale royale, narthex : panthéon royal.
  • Datation : fin du XIe s. (après 1080, date d’achèvement du panthéon et avant 1149, date de la seconde consécration suite à l’agrandissement).
  • Intégration dans le programme iconographique : panthéon , mur sud : travée orientale : Annonciation , Voyage des Mages , Adoration des Mages ? ; travée occidentale : Circoncision , Fuite en Égypte ; mur occidental, travée nord : Crucifixion ; travée centrale : Intronisation de l’Agneau ; travée sud , Nativité (en partie détruite) ; voûtes , travée orientale (de gauche à droite) : Majestas Domini , Christ Pantocrator , Annonce aux Bergers , travée occidentale (de gauche à droite) : Passion , La Cène , Massacre des Innocents ; intrados des arcs des voûtes : calendrier, colombe du Saint-Esprit, Dextre divine.
  • identifiant Wikidata : Q6059887

León, église San Isidoro, chapelle Panteón de los Reyes, Annonciation, Voyage des Mages
(cliché GUIDOL, photothèque IA)
León, église San Isidoro, chapelle Panteón de los Reyes, Annonciation, Voyage des Mages
(cliché GUDIOL, photothèque IA)

Description : L’actuel narthex de la collégiale royale de San Isidoro de León fut édifié sous l’initiative de Ferdinand I er de Castille-et-León (1037-1065) et de son épouse Sancie (†1067) pour servir de panthéon à la dynastie navarraise dès 1050. Onze rois, douze reines, plusieurs infants et comtes de la dynastie castellano-navarraise y reposent. On peut penser que son édification était achevée lors de la translation des reliques de saint Isidore de Séville en 1063, peu avant la consécration de l’édifice.

Le programme peint est plus tardif, commandé par l’infante Urraque (†1101), fille de Ferdinand I er et de Sancie. Les fresques sont à dater de la fin du XI e siècle, la campagne ayant pu s’étendre jusqu’au tout début du XII e siècle. L’ancienne collégiale a été remplacée par l’église actuelle consacrée en 1149.

Les peintures consacrées à l’Épiphanie ne tenaient qu’une place mineure dans le programme, placées au-dessous de l’ Annonciation , et sont actuellement considérablement endommagées : seules les silhouettes des Mages à cheval se distinguent aujourd’hui. Elles sont intégrées dans un programme de l’Enfance qui occupe toute la partie sud du narthex. Les Mages cohabitaient avec la Nativité sur le mur oriental (en partie détruite lors de l’ouverture de la nouvelle porte occidentale de l’église), la Circoncision (sur la travée occidentale du mur sud), l’ Annonce aux Bergers et le Massacre des Innocents sur les voûtes.

La royauté des Mages ne semble pas jouer de rôle réel dans le programme peint de cette nécropole royale, comme en témoigne leur relative discrétion par rapport à d’autres épisodes démesurément développés telles que l’ Annonciation , la Circoncision et l’ Annonce aux Bergers. L’intégration de l’Épiphanie paraît en revanche respecter le temporal wisigothico-mozarabe, accordant une place importante au temps de l’Avent et de Noël, de la Pentecôte et au récit apocalyptique dans le temps liturgique. Le programme se référant ainsi à un certain archaïsme du temps liturgique semble être en accord avec un respect de la tradition par Ferdinand I er , l’ Imperator totius Hispaniae et sa volonté d’unification d’un royaume qui lui est, dans un premier temps, hostile.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BANGO TORVISO Isidoro Gonzalo (Dir.), Maravillas de la España medieval. Tesoro sagrado y monarquía, Catálogo de la exposicíon Basílica Real de San Isidoro de León, 18 de dic. 2000-28 de feb. 2001, León, Junta de Castilla y León, Caja España, 2001, 2 vol.
  • COOK Walter William Spencer, GUDIOL RICART José, Pintura e imaginería romanícas, Madrid, Plus-Ultra, coll. « Ars Hispaniae , 6 », 1950 (rééd. Madrid, 1980), p. 154-167.
  • COSMEN María Concepción, FERNÁNDEZ Etelvina et VALDÉS Manuel, « La pintura y las artes suntuarias románicas », Historia del Arte en León, 6, 1990, p. 89-104.
  • CRUZ Y MARTÍN Àngel, Pinturas románicas del Panteón Real de San Isidoro de león, León, Lancia, 1959.
  • DÍAZ-JIMÉNEZ Juan Eloy, « San Isidoro de León », Boletín de la Sociedad Castellana de Excursiones, 25, 1917, p. 81-98.
  • GARCÍA MARTÍNEZ Aida, « Aproximación crítica a la historiografía de San Isidoro de León », Estudios Humanísticos. Historia, 4, 2005, p. 53-93.
  • GÓMEZ MORENO Manuel, Catálogo Monumental de España. Provincia de León, León, Nebrija, 1979 (1ère éd., Madrid, 1925), t. 1, p. 158-167, 179-215.
  • GRAU LOBO Luis A., Pintura románica en Castilla y León, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996, p. 50-87.
  • KLINKA Emmanuelle, « L’affirmation d’une nouvelle dynastie », e-Spania [En ligne], mis en ligne le 3 juin 2007, consulté le 10 décembre 2010, URL : http://e-spania.revues.org/19260 ; DOI : 10.4000/e-spania.19260.
  • PÉREZ LLAMAZARES Julio, Historia de la real Colegiata de San Isidoro, León, Editorial Nebrija, 1982 (1ère éd. León, 1927).
  • PÉREZ LLAMAZARES Julio, Iconografía de la Real colegiata de San Isidoro de León, León, La Crónica de León, 1923.
  • VALDÉS FERNÀNDEZ Manuel, « El Panteón real de la Colegiata de San Isidoro de Léon », dans Maravillas de la España medieval. Tesoro sagrado y monarquía, Catálogo de la exposicíon Basílica Real de San Isidoro de León, 18 de dic. 2000-28 de feb. 2001, León, Junta de Castilla y León, Caja España, 2001; vol. 1, p. 73-94.
  • VIÑAYO GONZÁLEZ Antonio, « Real Colegiata de San Isidoro», dans EDR en Románico en Castilla y León : León, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2002, p. 534-566.
  • VIÑAYO GONZÁLEZ Antonio, L’ancien royaume de León roman, trad. N. Vayant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque , coll. « La Nuit des temps, 36 », 1972, p. 34-111.
  • VIÑAYO GONZÁLEZ Antonio, Pintura románica : Panteón Real de San Isidoro de León, León, Real Colegiata de San Isidoro, 1971.
  • VIÑAYO GONZÁLEZ Antonio, San Isidoro de León-Panteón de reyes. Albores románicos : arquitectura, escultura, pintura, León, Edilesa, coll. « Esplandores del Arte », 1995.
  • WALKER Rose, « The Wall Paintings in the Panteón de los Reyes at León: A Cycle of Intercession », A.B., 82 (2), 2000, p. 200-225.
  • WETTSTEIN Janine, La fresque romane : la route de Saint-Jacques, de Tours à León. Études comparatives II, Paris, Arts et métiers graphiques, coll. « Bibliothèque de la société française d’archéologie, 9 », 1978, p.109-126.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Leòn, église San Isidoro, chapelle Panteón de los Reyes. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkt


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search