Avallon, église Saint-Lazare

Avallon (Yonne, Bourgogne-Franche-Comté)

Édifice : église Saint-Lazare


Avallon, église Saint-Lazare, plan au sol de la façade (plan d’après A. STÜRMER, 1982, dans R. RECHT, 1983, p. 149)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail sud, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Voyage des Mages (?) et Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : collégiale, possession de Cluny.
  • Datation : 1160-1170.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail sud , tympan, (de gauche à droite), Adoration des Mages , Voyage des Mages (?), Mages devant Hérode. Linteau : saintes-femmes au Tombeau , Descente aux Limbes ; statut colonne : prophètes (disparus) ; portail central , tympan : Christ en gloire ; linteau : repas chez Simon et Crucifixion ; trumeau : portrait de saint Lazare (ensemble disparu, d’après la gravure de dom Plancher , 1739) ; archivoltes : Vieillard de l’Apocalypse et calendrier encore en place aujourd’hui (zodiaque et occupations des mois), portail nord : entièrement disparu.
  • identifiant Wikidata : Q1386609
  • identifiant Mérimée : Pa00113609

Description : Le portail de Saint-Lazare d’Avallon est un témoin des grandes façades sculptées bourguignonnes intégrant l’Épiphanie à l’un de leurs tympans et peut être, en cela, rapproché des façades de Vézelay et de la Charité-sur-Loire, mais également d’édifices plus modestes tels que l’église de Neuilly-en-Donjon et de celle de Fleury-la-Montagne.

Avallon, église Saint-Lazare, tympan du portail sud, Adoration des Mages et Visite à Hérode
(Martin Welp, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Les deux portails subsistants aujourd’hui ne sont que l’ombre de l’ample façade tripartite que Jean Vallery-Radot (1958) a tenté de reconstituer a l’aide d’une gravure publiée par dom Plancher (1739) et de la description intégrée au procès-verbal dressé au moment de l’enquête menée par Louis XI en 1482. Les guerres de Religion, l’effondrement du clocher nord au XVII e siècle et la Révolution ont eu raison de la majorité des sculptures. Seules celles d’une partie du portail central (les archivoltes décorées d’un zodiaque, des occupations des mois et des Vieillards de l’Apocalypse ainsi qu’une seule statue-colonne) et du portail sud ont survécu.

Avallon, église Saint-Lazare, tympan du portail sud, Adoration des Mages et Visite à Hérode (Antoine Garnier, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Le tympan de ce dernier est entièrement consacré à l’histoire de l’Épiphanie. Dans la partie gauche, les trois Rois mages, vêtus de très longues tuniques, se tiennent debout face à Hérode, figure très imposante, trônant de profil. Derrière lui, son conseiller lui souffle ses funestes recommandations à l’oreille. Au centre apparaît la chevauchée des Mages, trop mutilée pour pouvoir préciser s’il s’agit du voyage vers Bethléem ou de celui vers Jérusalem (d’après la gravure de dom Plancher, les Mages s’orientent vers Hérode, mais le dessin contient de nombreuses inexactitudes). Dans la partie droite, les Mages portent leurs offrandes au Christ. Là encore, le martèlement des sculptures est important. Deux mages se tiennent debout : le premier a presque disparu, mais le bas de son vêtement nous permet de préciser qu’il se tenait à genoux.

Le groupe de la Vierge à l’Enfant est l’exacte réplique de celui d’Hérode et de son conseiller. Marie siège de profil sur un trône identique bien que plus modeste. Elle porte l’enfant de profil (quasiment disparu). Joseph se tient derrière elle à la place du conseiller. Les deux groupes s’opposent ainsi à chaque extrémité du tympan, obligeant les Mages à se détourner de l’un pour se diriger vers l’autre dans une composition très dynamique.

Les trois séquences de l’histoire de Mages sont placées sous trois arcades architecturées. Du côté d’Hérode, au pinacle de la première arcade, nous reconnaissons le motif crénelé, figurant Jérusalem, autour duquel s’agitent deux figures humaines, sans doute le peuple de la ville troublé par l’arrivée de Mages (Mt. 2, 3). Du côté de la sainte famille, c’est une coupole qui coiffe l’arcade. Nous noterons particulièrement la place très importante que prend Hérode dans ce programme, tant par ses dimensions que par son impact sur l’agencement de la composition.

Au linteau se succèdent, de gauche à droite, les saintes femmes au Tombeau et la Descente aux Limbes. Ces deux scènes viennent logiquement en complément de l’histoire des Mages sur la façade d’un édifice devenu une destination de première importance pour les pèlerins (les chanoines de Saint-Lazare d’Avallon conservent en effet le chef de leur saint patron depuis le début du XII e siècle). L’ensemble constitue donc un programme salvateur exaltant les pérégrinations des Mages se détournant d’Hérode et adorant le Christ, ces derniers devenant ainsi un modèle pour le pèlerin soumis aux dangers du voyage. Or, les saintes-femmes au Tombeau et, surtout, la Descente aux Limbes , viennent confirmer cette promesse de salvation de l’âme. Notons que, d’après Jean Vallery Radot ( 1958), le portail nord était décoré d’un cycle de l’Incarnation centré sur la Nativité et l’ Entrée à Jérusalem (linteau).


Voir en plein écran

  • BAUDOIN P.-M., « Monographie de l’église Saint-Lazare d’Avallon », Bulletin de la société d’Études d’Avallon, 20, 1879, p. 5-27 .
  • DOHERTY Anne-Claire, Burgundian Sculpture in the Middle of the Twelfth-Century : its Relationship to Sculpture in the Ile-de-France and Neighboring Provinces, Ph.D, Wisconsin University, 1980, Ann Arbor, Michigan, UMI, 1983.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XII e siècle, Mâcon, Protat frères, 1960, p. 109-111.
  • PLANCHER Urbain, Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon-Paris, A. de Fay , L. N. Frantin, Éditions du Palais royal, 1739-1781, en 4 vol., vol. 1, p. 515.
  • PORÉE Charles, « Avallon », Caf : Avallon, 74, 1908, p. 3-10.
  • RECHT Roland, « La Sculpture à Saint-Lazare d’Avallon », Annales de Bourgogne, 56, 1984, p. 53.
  • RECHT Roland, « Sculptures découvertes à Saint-Lazare d’Avallon », B.M., 142 (2), p. 149-163.
  • SATTLER Johanna-Barbara, Ikonographische und psychologische Aspekte der “Seitigkeit” in der Kunst : dargestellt an ausgewahlten Beispielen der romanischen Plastik in Burgund, Thèse de doctorat, Ludwig-Maximilians-Universitat, München, 1983.
  • STÜRMER Andreas, Die ehemalige Kollegiatskirche Saint-Lazare zu Avallon, Köln, Vertrieb, Abt. Architektur des Kunsthistorischen Instituts, coll. « Veröffentlichung der Abteilung Architektur des Kunsthistorischen Instituts der Universität zu Köln, 26 », 1984.
  • VALLERY-RADOT Jean, « Église Saint-Lazare d’Avallon », Caf : Auxerre, 116, 1958, p. 302-326.
  • VALLERY-RADOT Jean, « La restitution de l’iconographie des trois portails de la façade de Saint-Lazare d’Avallon », BSNAF, 1958, p. 23-25.
  • VALLERY-RADOT Jean, « Le désaxement du grand portail et du petit portail latéral sud de l’église Saint-Lazare d’Avallon », BSNAF, 135, 1958, p 135.
  • VALLERY-RADOT Jean, « L’iconographie et le style des trois portails de Saint-Lazare d’Avallon », GBA, 52, 1958, p. 23-34.
  • VILLETARD Henri, Église de Saint-Lazare d’Avallon, inscriptions de l’église et statues du portail, Paris, Picard, 1902.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Avallon, église Saint-Lazare. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggy


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search