Grado del Pico, église San Pedro Apóstol

Grado del Pico (Castilla y León, Segovia)

Édifice : église San Pedro Apóstol


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : porte du porche adossé au mur sud de l’église, chapiteau de l’ébrasement ouest.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice :
  • Datation : fin XIIe s.-premières décennies du XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : galerie méridionale , travées occidentales : motifs végétaux et zoomorphes ; chapiteaux d’ébrasements de la porte sud , ouest : Adoration des Mages ; est : griffons affrontés ; travées orientales : motifs végétaux et zoomorphes, personnages porteurs de palmes ; c hapiteaux d’ébrasements de la porte orientale (donnant sur la sacristie), chapiteau de droite : soldats gardant le sépulcre ; chapiteau de gauche : Christ au tombeau accompagné de trois anges .
  • identifiant Wikidata : Q47571030
Grado del Pico, église San Pedro Apóstol, (plan d’après R. PELLÓN BUSTILLO, dans EDR, Segovia, 2007, vol. 2, p. 829)

Grado del Pico, église San Pedro Apóstol, chapiteau de l’Épiphanie
(Josep Maria Viñolas Esteva, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Grado del Pico, église San Pedro Apóstol, chapiteau de l’Épiphanie
(Josep Maria Viñolas Esteva, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Comme dans plusieurs églises proches de Ségovie, un porche à arcade a été adossé au mur méridional de l’église San Pedro Apóstol de Grado del Pico dans la seconde moitié du XII e siècle. Malheureusement, les chapiteaux coiffant chaque colonne sont aujourd’hui masqués par la maçonnerie venue aveugler les arcatures à l’époque moderne, en même temps que la transformation du plan et de l’élévation de l’édifice.

Le chapiteau de l’Épiphanie coiffe les colonnes jumelées de l’ébrasement ouest de la porte sud de la galerie. Deux de ses faces sont ainsi masquées par les cloisons maçonnées. Les parties encore visibles sont cependant d’un grand intérêt. Les trois Rois mages sont disposés sur la face interne et portent leurs offrandes à la Vierge à l’Enfant, couronnée et voilée, trônant de profil sur l’arête méridionale. Nous remarquons immédiatement la proskynesis du premier roi mage, allongé sur le sol et baisant le pied de l’Enfant. C’est en effet dans cette posture que le premier roi adorait l’enfant sur les tympans aragonais de San Nicolás d’El Frago, de San Miguel de Biota, de Santiago de Agüero et sur un relief du portail de San Esteban de Sos del Rey Católico. Derrière le roi en adoration, l’un de ses compagnons est encore visible, brandissant son offrande. Sur le fond de la corbeille, un grand arbre donne naissance à une étoile végétale.

Remarquons enfin Joseph, assis comme à son habitude, derrière le trône de la Vierge, sur la face sud. Il pose ici la main sur le trône de sa femme pour signifier la notion de filiation humaine et royale du Christ engendré par la Grâce. L’étoile qui éclot dans les volutes de l’arbre est le rejeton sorti de la souche de Jessé (Is 11, 1), qui se dresse comme un signal pour les peuples (Is 11, 10). Elle est aussi l’ « astre issu de Jacob […] issu d’Israël » (Nb 24, 17) .


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BANGO TORVISO Isidoro Gonzalo, « Sobre el origen de la prosquinesis en la Epiphania a los Magos », Traza y Baza, 1978, (7), 25-37.
  • BANGO TORVISO Isidoro Gonzalo, « El Maestro de Grado del Pico : un maestro románico aragonès en Castilla », dans España entre el Mediterráneo y el Atlántico, J. M. Pita Andrade, Actas del XXIII Congreso Internacional de Historia del Arte, 23, 1973, Grenade, 1973, Granada, Universidad de Granada, Departamento de Historia del Arte, 1976, vol. 1, p. 283-291.
  • GARMA RAMÍREZ David de la, Rutas del románico en la provincia de Segovia, Valladolid, Castilla ediciones, 1998, p. 147-148.
  • HERBOSA Vicente, El Románico en Segovia, León, Lancia Ediciones, coll. « Aspectos », 1999, p. 10.
  • RODRÍGUEZ MONTAÑES José Manuel, « Grado del Pico », dans EDR en Castilla y león : Segovia, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2007, vol. 2, p. 825-832.
  • RUIZ MONTEJO Inés, El románico de villas y tierras de Segovia, Madrid, Encuentro, coll. « Colección La noche de los tiempos », 1988, p. 140-144.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Grado del Pico, église San Pedro Apóstol. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogko


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search