Girona, église San Pere de Galligan

Girona (Cataluña, Girona)

Édifice : Sant Pere de Galligan


Girona, Sant Pere de Galligan (plan d’après J. M. de RIBOT I DE BALLE, dans CR, vol. 5, p. 164)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie ouest, groupe médian de cinq colonnes en quinconce, chapiteau nord-ouest, faces ouest et sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbatiale bénédictine.
  • Datation : 1154-1180.
  • Intégration dans le programme iconographique : galerie ouest (du sud au nord), travée sud : lions affrontés, motifs végétaux, masques zoomorphes ; groupe de cinq colonnes centrales , chapiteau nord-ouest : Visitation , Nativité , Adoration des Mages ; chapiteau nord-est : évêque officiant ; chapiteau central : palmettes ; chapiteau sud-est : entrelacs ; chapiteau nord-est : sirènes à queue bifides ; travée nord : Fuite en Égypte , Hérode ordonnant le Massacre des Innocents ? Acanthes, griffons.
  • identifiant Wikidata : Q932383
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000553
  • Catalan object of cultural interest ID : 121-MH

Girona, cloître de l’abbatiale San Pere de Galligan, galerie ouest, quadruple pile comportant le chapiteau des Mages
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Description : Les galeries du cloître de Sant Pere de Gérone se composent de séries de doubles colonnes interrompus, au centre de chaque colonnade, par un groupe de cinq colonnes disposées en quinconce. L’Ensemble comporte peu de chapiteaux historiés et, concerant la galerie occidentale, seuls deux se consacrent à l’Enfance du Christ. Ce sont par ailleurs les deux seuls chapiteaux à sujets évangéliques du cloître.

Les Mages apparaissent sur l’un des chapiteaux du groupe central de la galerie ouest, qu’ils partagent avec l’ Annonciation et la Nativité. Ils apparaissent couronnés et en procession sur la face sud, tous trois inscrits sous une arcade unique ornée d’acanthes. Le premier mage a été arraché mais on peut reconnaître sans peine son agenouillement. La Vierge, voilée et nimbée, est assise frontalement sur la face occidentale et tient l’Enfant de profil sur ses genoux. Ce dernier a disparu mais on identifie encore son geste de bénédiction. Le groupe est également inscrit sous une arcade dont le fond est recouvert de palmettes. Sur l’arrête nord-ouest se tient Joseph, endormi sur sa canne. Ce dernier fait le lien entre l’Épiphanie et l’ Annonciation. Enfin, sur la dernière face (côté cloître) apparaît la Nativité. La Vierge est allongée sur un lit au registre inférieur, surplombée de l’Enfant exposé dans la mangeoire au bœuf et à l’âne. Au-dessus de l’abaque (décoré d’un motif architectural crénelé sur les quatre faces du chapiteau) a été placée l’étoile végétale. Cette dernière est absente de l’Adoration, sans doute victime des dégradations. Le chapiteau de la colonne voisine montre, sur sa face occidentale (côté galerie), un évêque devant un autel pratiquant le sacrifice eucharisique, entouré d’acrobates placés sur chaque arête. L’Épiphanie et cette scène eucharistique sont sans doute à mettre en relation.

Les sculptures du cloître de Pere sont attribuées à l’atelier ayant œuvré dans les mêmes années dans le cloître de la cathédrale de Gérone. Nous remarquons en ce sens que les chapiteaux consacrés à l’Épiphanie dans chacun des deux cloîtres sont pratiquement identiques.

Remarque : Comme dans le cloître de la cathédrale de Gérone, nous retrouvons l’étrange motif zoomorphe au chevet du lit de la Vierge qui apparaît ainsi posée sur le dos d’un animal dont on reconnait le poitrail et les pattes. L’animal est harnaché et ne renvoie donc pas au lion de Juda. Il ressemble plus à un cheval, peut-être celui des Mages, marquant la frontière poreuse entre les deux scènes.

Girona, cloître de l’abbatiale San Pere de Galligan, galerie ouest, chapiteau des Mages, Adoration
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)
Girona, cloître de l’abbatiale San Pere de Galligan, galerie ouest, chapiteau des Mages, Vierge à l’Enfant
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)
Girona, cloître de l’abbatiale San Pere de Galligan, galerie ouest, chapiteau des Mages, Annonciation
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)
Girona, cloître de l’abbatiale San Pere de Galligan, galerie ouest, chapiteau des Mages, Nativité
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CARBONELL I ESTELLER Eduard, L’art romànic a Catalunya. Segle XII : De Santa Maria de Ripoll a Santa Maria de Pobles, Barcelona, Edicions 62, 1974, vol 1, p. 27-28.
  • DALMASES Núria de, JOSÉ I PITARCH Antoni, « Els inicis i l’art romànic. Segle IX-XII », dans Història de l’art català, Barcelona, Edicions 62, 1986, p. 35-36, 245-250.
  • JUNYENT I SUBIRÀ Eduard, Catalunya romànica : l’arquitectura del segle XII, Barcelona, Publications de l’Abadia de Montserrat, coll. « Biblioteca Abat Oliba. Sèrie il.lustrada, 4 », 1976, p. 237-238.
  • VIGUÈ Jordi (Dir), « Sant Pere de Galligants », dans CR, vol. 5, El Gironès. La Selva, El Pla de l’Estany, Barcelona, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1991, p. 151-170.
  • YARZA Joaquín, Arte y arquitectura en España 500-1250, Madrid, Cátedra, coll. « Manuales de Arte Cátedra », 1979, p. 300.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 janvier 2022). Girona, église San Pere de Galligan. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search