Frómista, église San Martín

Frómista (Castilla y León, Palencia)

Édifice : église San Martín


Frómista, église San Martín plan d’après L. M. LOJENDIO, 1966, p. 336)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : arcade sud, 2 ème travée occidentale, chapiteau nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église du prieuré bénédictin.
  • Datation : premières décennies du XIIe siècle.
  • identifiant Wikidata : Q2858167
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000066

Frómista, église San Martín, chapiteau des Mages
(cliché, J. A. OLAÑETA, 2005, URL : www.claustro.com)
Frómista, église San Martín, chapiteau des Mages
(PMRMaeyaert, 2009, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)

Description : L’église romane de San Martín de Frómista, en partie reconstruite au XIII e siècle, était en état de ruine avancée à la fin du XIX e siècle et subit donc une importante campagne de reconstruction à la fin du XIX e siècle et au début du XX e siècle qui affecta profondément l’aspect originel de l’édifice ainsi que l’agencement de son décor.

L’ Adoration des Mages apparaît sur l’un des chapiteaux de la nef, coiffant la colonne nord de la pile orientale de la seconde travée occidentale. Sur la face principale, donnant sur le vaisseau central, trône la Vierge à l’Enfant, immense par rapport aux autres personnages. Au-dessus de sa tête, l’étoile orne le fleuron du chapiteau, de part et d’autre duquel s’étend une inscription : tres magi veniunt de oriente ihc . La triade des Mages est ici fragmentée autour du groupe marial : deux occupent la face orientale et le troisième, la face occidentale. Le premier du groupe de gauche offre son présent alors que celui de droite pointe l’étoile. En retrait, sur la face occidentale, Joseph est endormi sur sa canne. Un dernier personnage incongru est placé derrière la Vierge et lui pose la main sur l’épaule. Cette figure semble voilée et pourrait indiquer un personnage féminin, peut-être la sage-femme incrédule et repentante portant sa main en direction de l’Enfant. Toutefois, un dédoublement de la figure de Joseph sur le chapiteau est également à considérer.

L’œuvre est à dater de la fin du XI e voire du début XII e siècle et est unanimement reconnue comme une expression précoce du roman espagnol. Il est difficile de la replacer dans un quelconque programme iconographique en raison d’une probable seconde campagne de sculpture au XIII e siècle et de très lourdes restaurations opérées dans l’édifice au début du XX e siècle.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARROYO Carlos, San Martín de Frómista visto piedra a piedra, Frómista, C. Arroyo, 1994.
  • DURLIAT Marcel, « Les chemins de Saint-Jacques et l’Art : l’architecture et la sculpture », dans Santiago de Compostela : 1000 ans de pèlerinage européen, Exposition, Gand. Centrum voor Kunst en Cultuur. 1985, Brussels, Crédit communal, 1985, p. 156-164.
  • GAILLARD Georges, Les débuts de la sculpture espagnole. León-Jaca-Compostelle, Paris, 1938, p. 145-155.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, « La iglesia de San martín de Frómista » dans Jornadas sobre el Románico en la Provincia de Palencia, Palencia (Provincia) Departamento de Cultura, Palencia, Diputación Provincial, Departamento de Cultura, 1986, p. 356-359.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, El Arte Románico en Palencia, Palencia, Provincial, 1961 (rééd. Palencia, 1990), p. 90-93.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, « El Arte Románico en Palencia », dans Historia de Palencia, 1, Edades antigua y media, Palencia, Diputación Provincial de Palencia, 1984, p. 216-243.
  • HERNANDO GARRIDO José Luis, « Frómista », dans EDR en Románico en Castilla y León : Palencia, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2002, vol. 2, p. 1033-1050.
  • HERRERO MARCOS Jesús, ARROYO PUERTAS Carlos, Arquitectura y simbolismo de San Martín de Frómista, Madrid, Ars Magna, 1995.
  • LOJENDIO Luis María de, RODRIGUEZ Abundio, Castilla, 1. Burgos, Logroño, Palencia y Santander, Madrid, Encuentro, coll. « La España Románica, 3 », 1966 (rééd. Madrid, 1992), p. 331-351.
  • LOJENDIO Luis María de, Castille romane 1, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 23 », 1966, p. 325-342.
  • LOJENDIO Luis María de, Rodríguez González Abundio, Castille romane 1, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 23 », 1966, p. 325-343.
  • MORALEJO Àlvarez Serafín, « San Martín de Frómista, en los orígenes de la Escultura Románica Europea », dans Jornadas sobre el Románico en la Provincia de Palencia, Palencia, Diputación Provincial, Departamento de Cultura, 1986, p. 29-30.
  • REVILLA VIELVA Ramó, TORRES MARTÍN Arcadio, « Arte románico palentino : estudio histórico crítico, descriptivo », Publicaciones de la Institució Tello Téllez de Meneses, 11, 1954, p. 45-60.
  • RODRÍGUEZ MUÑOZ Pedro, «Iglesisa Románicas Palentinas », Publicaciones de la Institució Tello Téllez de Meneses, 13, 1955, p. 26-126.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 janvier 2022). Frómista, église San Martín. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkl


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search