L’Estany, monastère Santa-Maria

L’Estany (Cataluña, Barcelona)

Édifice : monastère Santa-Maria


L’Estany, monastère Santa-Maria (plan dans E. JUNYENT I SUBIRÀ, 1961, p. 164)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : monastère soumis à la règle de saint Augustin.
  • Datation : fin du XIIe-déb. XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : galerie nord (d’est en ouest) : chapiteau 1 : Genèse (Création d’Adam et Ève et Chute) ; chapiteau 2 : Présentation de Marie au Temple , Annonciation et Visitation ; chapiteau 3 : Nativité , Adoration des Mages ; chapiteau 4 : Baptême du Christ , Noces de Cana , Tentation du Christ sur la montagne ; chapiteau 5 : Mages devant Hérode , Massacre des Innocents , Présentation au Temple ; chapiteau 6 : Entrée du Christ à Jérusalem ; chapiteau 7 : La Cène ; chapiteau 8 : Passion (Arrestation du Christ , Flagellation , Crucifixion) ; chapiteau 9 : psychostasis.
  • identifiant Wikidata : Q9034457
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000439
  • Catalan object of cultural interest ID : 118-MH

L’Estany, monastère Santa-Maria, chapiteau de l’Adoration des Mages
(cliché, J. A. OLAÑETA, 2004, URL : www.claustro.com)
L’Estany, monastère Santa-Maria, chapiteau de l’Adoration des Mages
(cliché, J. A. OLAÑETA, 2004, URL : www.claustro.com)

Description : La galerie septentrionale du cloître de Santa Maria de l’Estany est la seule à comporter un cycle de chapiteaux historiés. Elle se compose de neuf doubles colonnes coiffées de chapiteaux jumelés. Les scènes historiées donnent sur la galerie et sont complétées de motifs végétaux et zoomorphiques côté cloître. Les Mages y apparaissent à deux reprises sans aucune cohérence chronologique dans le cycle christologique. Sur la face nord du premier chapiteau (Figure 226), les Mages, couronnés, sont en Adoration devant une imposante Vierge à l’Enfant trônant frontalement au centre de la composition. Le premier esquisse un agenouillement, le second, debout, élève son offrande vers l’étoile inscrite dans un disque alors que le dernier est en attente sur l’arête du chapiteau. Sur l’angle opposé, Joseph tient également une offrande (détail fort rare).

La face orientale est consacrée à la Nativité , alors que la Fuite en Égypte occupe la face occidentale. Au-dessus de ces deux dernières scènes, l’abaque est orné d’une arcature aux écoinçons de laquelle se démultiplie une étoile ornementale. En revanche, l’abaque surplombant la Vierge à l’Enfant de l’Épiphanie est surmonté d’un horizon urbain composé de bâtiments crénelés figurant Jérusalem. La Vierge est ainsi assimilée à la cité sainte dans laquelle pénètrent les trois Rois. Le même motif figure le palais sur le chapiteau de l’audience devant Hérode et la Porta Aurea sur celui de l’ Entrée à Jérusalem.

Sur le second chapiteau consacré à l’histoire des Mages, plus en avant dans le cycle christique, les Mages se présentent devant Hérode (sur la face orientale), leurs offrandes à la main. Hérode est réduit à une figure minuscule perchée au sommet d’un immense trône posé sur une bête monstrueuse. Il croise les jambes pour signifier sa fourberie. Les autres faces du chapiteau sont consacrées au Massacre des Innocents (plus précisément à la Lamentation de Rachel ) et à la Présentation au Temple.

Une connexion intéressante s’établit entre les Mages questionnant Hérode et la face occidentale du chapiteau précédant sur laquelle le Christ repousse les tentations du démon. Le parallèle visuel entre les deux scènes est appuyé par les griffons unis par la tête sur les chapiteaux extérieurs des deux colonnes jumelées, identiques dans les deux cas et se faisant face. L’entrevue devant Hérode est ainsi conçue comme une tentation des Mages que ces derniers repoussent avec succès.

L’Estany, monastère Santa-Maria, chapiteau des Mages devant Hérode (cliché, J. A. OLAÑETA, 2004, URL : www.claustro.com)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AINAUD DE LASARTE Joan, « Les chapiteaux du cloître de l’Estany en Catalogne », Archeologia, 14, 1967, p. 56-63.
  • ARABIA I SOLANAS Ramon, « Una excursion a Santa Maria de l’Estany », Anuari de l’Associació d’Excursions Catalana, 1, 1981, p. 121.
  • CARBONELL Eduard, GUMÍ Jordi, L’art romànic a Catalunya. Segle XII, Barcelona, Ed 62, 1976, p. 161-176.
  • GAILLARD Georges, « Les chapiteaux du cloître de Sainte-Marie de l’Estany », dans GBA, 75, 1933, 139-157.
  • GAILLARD Georges, Études d’art roman, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Publications de la Sorbonne, 3 », 1972, p. 121-152.
  • JUNYENT Eduard, « El monasterio del Estany », Ausa, 3, 1958-1960, p. 441-463.
  • JUNYENT I SUBIRÀ Eduard, Catalogne romane 2, trad. E. Companys , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 13 », 1961 (rééd. 1970), p. 157-164.
  • JUNYENT I SUBIRÀ Eduard, Catalunya romànica : l ‘ arquitectura del segle XII, Barcelona, Publications de l’Abadia de Montserrat, coll. « Biblioteca Abat Oliba. Sèrie il.lustrada, 4 », 1976, p. 161-187.
  • KLEIN Peter K., « Topographie, fonctions et programmes iconographiques des cloîtres », dans Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion and Programm, P. K. Klein (É d.), Actes du colloque international Der mittelalterliche Kreuzgang , 11-13 juin 1999, Tübingen , Regensburg, Schnell-Steiner, 2004, p. 113-131.
  • MASSONS I RABASSA Estrella, « La iconografía del diable al claustre de Santa Maria de l’Estany », Lambard : Estudis d’art medieval, 15, 2002-2003, p. 11-38.
  • PLADEVALLI Antoni, VIGUÉ Jordi, El monestir romànic de Santa Maria de l’Estany, Barcelona, Artestudi, 1978.
  • PUIG I CADAFALCH Josep, L’escultura romànica a Catalunya, vol. 3, Barcelona, Editorial Alpha, coll. « Monumenta Cataloniae, 6 », 1954.
  • VIGUÈ Jordi (Dir), « Santa Maria de l’Estany », dans CR, vol. 11, El Bages , Barcelona, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1984, p. 206-238.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 janvier 2022). L’Estany, monastère Santa-Maria. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkj


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search