Ejea de los Caballeros, église San Salvador

Ejea de los Caballeros (Aragón, Zaragoza)

Édifice : église San Salvador

 


  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte.
  • Situation dans l’édifice : portail nord, 2ème voussure interne.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Songe des Mages , Retour des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale fortifiée.
  • Datation : 1175-1185.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail septentrional , tympan : La Cène ; archivolte, voussure interne : scènes zoomorphes, acrobates, danseuses ; seconde voussure interne (de droite à gauche) : Annonciation , Visitation , Annonce aux Bergers , Nativité , premier Songe de Joseph , Voyage des Mages , Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Songe des Mages , Retour des Mages ; troisième voussure (de gauche à droite) : Retour des Mages (suite), Massacre des Innocents , Fuite en Égypte , Présentation au Temple , Jésus parmi les docteurs , Noces de Cana , Baptême du Christ , Tentations du Christ , Résurrection de Lazare ; voussure externe (de droite à gauche) : Résurrection de Lazare (suite), plusieurs scènes illisibles, Entrée à Jérusalem (scène la plus développée du cycle), Lavement des pieds (disparue), Trahison de Juda , Arrestation de Jésus , Le Christ devant Pilate , Flagellation (très érodée), Portement de Croix (très érodée), Crucifixion ; chapiteaux des ébrasements : chapiteaux végétaux et zoomorphes ; corbeaux : lions androphages (aujourd’hui disparus, connus par fragments).
  • identifiant Wikidata : Q96278923
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0001058

Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (cliché I. BRAUNEIS, 2008)
Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (cliché I. BRAUNEIS, 2008)

Description : Le plan de l’église San Salvador de Ejea de los Caballeros a été massivement renouvelé à l’époque moderne et le portail septentrional fait partie des vestiges romans de l’édifice d’origine (Figure 219). Le programme, très vaste, présente un cycle christologique complet sur quatre voussures de l’archivolte, encadrant un tympan consacré à La Cène . Le cycle des Mages s’insère dans celui de l’Enfant, occupant la seconde et la troisième voussure dans leur intégralité. L’histoire des Mages débute sur le deuxième arc historié par le Voyage des Mages sur trois claveaux (Figure 220), après le premier Songe de Joseph . Les trois cavaliers, couronnés, chevauchent l’un derrière l’autre en se montrant mutuellement l’étoile brillant au-dessus du second. Vient ensuite l’audience devant Hérode (Figure 221), sur trois claveaux également. Les trois Rois se présentent devant le roi assis de profil sur son trône. Derrière lui se tient un soldat en arme et encore en retrait, trois scribes cherchent la prophétie de Michée sur un long phylactère déroulé sur leurs genoux (motif identique que sur la frise interne de Santiago d’Agüero, et sur l’un des chapiteaux du cloître de San Juan de la Peña. L’Adoration est intégrée sur un seul claveau placé transversalement à la courbure de l’archivolte . Le relief est érodé et montre un groupe des Mages très compact. Nous distinguons cependant l’agenouillement du premier devant la Vierge à l’Enfant trônant de face. Sur ce relief, le groupe marial et celui des Mages semblent séparés l’un de l’autre par un motif végétal difficilement identifiable. Il convient de remarquer que l’Adoration proprement dite tient une place mineure dans un cycle de l’Épiphanie pourtant très étendu. L’histoire se poursuit par le Songe des Mages , décrivant les trois Rois couchés sur une même paillasse et enveloppés sous une même couverture alors qu’un ange émergeant à mi-corps des nuées interpelle les Rois dans leur sommeil. Le cycle se conclut par le Retour des Mages , montrant trois Rois à cheval qui repartent en pointant de l’index la direction indiquée par l’Ange. La scène est répartie sur les claveaux des bases de la deuxième et de la troisième archivolte permettant de poursuivre la lecture du cycle de l’Enfance sans fracture sur la voussure suivante (le même procédé est reproduit au bout de la troisième voussure, avec la Résurrection de Lazare pareillement partagée sur les bases de deux arcs).

Ainsi, un cycle complet de la vie du Christ, de son incarnation à sa mort se déploie autour d’un tympan exaltant le sacrement eucharistique. On remarquera le développement particulier de l’Entrée à Jérusalem et sa correspondance avec l’histoire des Mages, notamment leur voyage : les deux scènes se lisent parallèlement dans le même sens.

Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (détail), Voyage des Mages (cliché I. BRAUNEIS, 2008)
Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (détail), Mages devant Hérode (cliché I. BRAUNEIS, 2008)
Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (détail), Adoration des Mages (cliché I. BRAUNEIS, 2008)
Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (détail), Songe des Mages (cliché d’après EDR 2010, vol. 1, p. 279)
Ejea de los Caballeros, église San Salvador, portail nord (détail), Retour des Mages (cliché d’après EDR, 2010, vol. 1, p. 280)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAD RÍOS Francisco, El románico en las Cinco Villas, Zaragoza, Institución “Fernando el Católico”, C.S.I.C., coll. « Publicación, 72 de la Institución Fernando el Católico, Tesis doctorales, 6 », 1954, p. 27.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica, Madrid, Encuentro, 1979, p. 446-448.
  • COBREROS Jaime, El Románico en España, Madrid, Infaco, coll. « Guías Periplo », 1993, p. 238-240.
  • COBREROS Jaime, Itinerarios románicos por el Alto Aragón. El símbolo como expresión de lo sagrado, Madrid, Ediciones Encuentro, 1989, p. 124-125.
  • CROZET René, « Recherches sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon. VIII », CCM, 12, 1969, p. 47-61.
  • DEHESA Luis, « El arte en las Cincos Villas (I) », Suessetania, 7, 1985.
  • GARCÍA LLORET José Luis, La escultura románica del Maestro de San Juan de la Peña, Tesis doctoral, Zaragoza, Institución “Fernando el Católico” (CSIC), 2005.
  • GIMÉNEZ AÍSA Maria Pilar, Guía-Cinco Villas, Uncastillo, Fundacion Uncastillo Centro del Románico, 2007, p. 101-104.
  • LACOSTE Jacques, « Le maître de San Juan de la Peña. XIIème siècle », CSMC, 10, 1979, p. 175-189.
  • MELERO MONEO Marisa « El llamado “taller de San Juan de la Pena” : problemas planteados y nuevas teorias », Locus-amoenus, 1995 (1), p. 47-60.
  • SAGASTE ABADÍA Delia, « Ejea de los Caballeros », dans EDR en Aragón : Zaragoza, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2010, vol. 1, p. 261-286.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 janvier 2022). Ejea de los Caballeros, église San Salvador. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search