Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino

Carrión de los Condes (Castilla y León, Palencia)

Édifice : église Santa Maria del Camino ( ou Santa Maria de las Victorias)


Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino (plan d’après O. ESCRIBANO BUSTAMANTE, dans EDR, Castilla y León, Palencia, 2002, vol 2, p. 1006)
  • Médium : sculpture.
  • Support : frise.
  • Situation dans l’édifice : porche sud, portail de la deuxième travée occidentale, frise supérieure.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Voyage des Mages, Adoration des Mages.
  • Datation : 2ème quart du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : porche méridional , frise (d’est en ouest) : Hérode ordonnant le Massacre des Innocents (?), Mages devant Hérode , Voyage de Mages vers Bethléem , Adoration des Mages ; modillons : figures humaines et zoomorphiques ; métopes : zodiaque ?; portail, archivolte : scènes profanes (pécheurs, et motifs zoomorphiques) ; reliefs incrustés au-dessus de la porte : personnage chevauchant un lion (à gauche) : cavalier écrasant un personnage : Constantin ? (à droite).
  • identifiant Wikidata : Q5911879
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000810-0000

Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino, porche sud
(Dbascones, 2019 CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’essentiel de la décoration sculptée de l’église Santa Maria del Camino de Carrión de los Condes est réuni sous son porche méridional. Une frise sculptée s’étend au registre supérieur, occupe toute la longueur du mur sud et déborde sur les revers est et ouest. Il est possible que l’ordre des reliefs ait été remanié ou comporte quelques lacunes, aussi, le cycle ne respecte aucun ordre chronologique mais garde une certaine cohérence.

Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino, portail du porche sud
(Dbascones, 2019 CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Sur le revers oriental, les reliefs sont illisibles mais semblaient prolonger le tableau montrant Hérode sur son trône à l’extrême droite du mur sud. On peut penser qu’il s’agissait de la consultation des scribes ou du Massacre des Innocents . Au centre de la portion méridionale de la frise, Hérode apparaît une nouvelle fois, siégeant sur un large trône orné de griffons (Figure 215). À droite, les trois Rois se présentent devant le souverain. Le premier vient s’agenouiller devant le trône (geste extrêmement rare) en désignant l’étoile disparue. Le second, muni d’un bâton de pèlerin, se tient debout, en retrait alors que le dernier est encore en marche. Dans la partie gauche de la frise, tout de suite après Hérode, les trois Rois mages, montés cette fois sur leurs chevaux, entament leur voyage vers Bethléem (Figure 215). Le cycle se conclut par l’Adoration (Figure 216), à l’extrême gauche du mur sud et sur le revers ouest. Les deux premiers mages (sur le mur ouest) sont agenouillés, alors que le troisième (sur le mur sud) reste debout. Ils portent tous trois des offrandes sphériques. Le détail véritablement singulier du cycle concerne le groupe de la Vierge à l’Enfant. Marie est assise sur un très large trône et tient son fils de profil qui adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs. On remarque de part et d’autre de la Vierge, deux grandes fleurs poussant sur le trône. Celle de gauche est retournée, corolle contre le mur, alors que celle de droite, est tournée vers le spectateur. L’absence d’étoile dans le cycle nous fait penser que la fleur ouverte tient le rôle de l’astre. En revanche, le pendant avec la fleur « masquée» est un unicum . Il pourrait s’agir d’une métaphore de l’Église et de la Synagogue, rappelant le motif de l’arbre vertueux et de l’arbre sec que nous retrouvons par exemple sur les fresques catalanes de San Pedro de Sorpe (conservées au MNAC de Barcelone).

Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino, frise sculptée du porche sud, Voyage des Mages et Mages devant Hérode
(Dbascones, 2019, détaile, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

La frise de l’Enfance est ponctuée de modillons sculptés de figures humaines (acrobates et musiciens), alternant avec des métopes semblant former un zodiaque (constitué de huit signes des mois, ce qui semble confirmer que la frise est incomplète).

Au-dessous, la porte est décorée d’une archivolte sculptée de scènes de la vie quotidienne (figures de pécheurs et de motifs zoomorphiques) alors que deux imposantes sculptures flanquent la porte au niveau de l’archivolte : à gauche un homme chevauchant un lion et à droite, un cavalier piétinant une petite figure humaine (reprenant les codes de l’habituel portrait équestre de Constantin).

Ainsi, l’ensemble du programme inférieur est consacré au combat de l’âme contre le péché, alors que la frise de l’Enfance apporte une réflexion plus universelle sur la psychomachie des Mages durant leur voyage, se détournant d’Hérode, véritable pivot du programme, pour mieux se diriger vers le Christ.

Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino, frise sculptée du porche sud, Adoration des Mages
(cliché J. L. ALONSO ORTEGA, EDR, Castilla y León, Palencia, 2002, vol 2, p. 1007)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARNÁIZ ALONSO Benito, RODRIGO María del Carmen, El Románico en torno al Camino de Santiago en Castilla y León, Ávila, Junta de Castilla y León, 1991, p. 76-80.
  • CUADRADO LORENZO María Flora, « Carrión de los Condes », dans EDR en Románico en Castilla y León : Palencia, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2002, vol. 2, p. 1003-1012.
  • CUADRADO LORENZO María Flora, « La iglesia de Santa María del Camino de Carrión de los Condes y su programa escultórico », Publicaciones de la Institución Tello Téllez de Meneses, 57, 1987, p. 203-292 (part. p. 223-270).
  • CUADRADO LORENZO María Flora, « Santa María de Carríon y su significación », dans Palencia en los Siglos del Románico, P. L. Huerta Huerta, Aguilar de Campoo, Fundación Santa María La Real, Centro Estudios del Románico, 2002, p. 37-47.
  • CUADRADO LORENZO María Flora, « Un posible zodiaco alegórico en las metopas de la portada meridional de Santa María de Carrión de los Condes », Boletín del Seminario de Estuios de Arte y Arqueología, 51, 1985, p. 439-446.
  • ENRIQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del Románico en la provincia de Palencia, Las Rozas de Madrid, C. Enríquez de Salamanca, coll. « Rutas del románico en España », 1991, p. 88-94.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, El Arte Románico en Palencia, Palencia, Diputación Provincial de Palencia, 1961, (rééd. Palencia, 1997), p. 114-125.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, Románico en Palencia, Palencia, Diputación Provincial de Palencia, 2002 (1ère éd. Palencia 1998), p. 287-289.
  • MARTÍN GONZÁLEZ Juan José, « Tipología del románico palentino, Palencia », Jordanas sobre el Románico en la Provincia de Palencia, Palencia, Departamento de Cultura, 1986, p. 40-46.
  • RIVERA Javier (Dir.), Catálogo Monumental de Castilla y León. Bienes inmuebles declarados, 1, Ávila, Burgos, León, Palencia, Salamanca , Valladolid, Junta de Castilla y León, 1995, p. 459-460.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (14 décembre 2021). Carrión de los Condes, église Santa Maria del Camino. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogke


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search