Biota, église San Miguel

Biota (Aragón, Zaragoza)

Édifice : église San Miguel Arcángel


San Miguel Arcángel de Biota, (d’après M. VALDIVIELSO FRAILE, dans EDR en Aragón, p. 196)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade ouest.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : dernier tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan : Adoration des Mages ; chapiteaux des ébrasements : affrontements zoomorphiques et monstrueux, affrontements de soldats, scènes de labeurs et Majestas Domini (ébrasement gauche, chapiteau interne) ; corbeaux : têtes de lions androphages ; reliefs incrustés de part et d’autre de la porte : bêtes monstrueuses.
  • identifiant Wikidata : Q9007218
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0004634

Biota, église San Miguel, tympan du portail occidental
(cliché, H. LOZANO LÓPEZ, EDR en Aragón, p. 199)

Description : Le tympan occidental de l’église San Miguel de Biota, consacré à l’Épiphanie, est encadré d’une quadruple archivolte nue, retombant sur huit colonnes d’ébrasements, regroupées par quatre, de part et d’autre de la porte. Sur les chapiteaux coiffant ces dernières se succèdent des affrontements zoomorphiques, des scènes de travaux quotidiens, des joutes de soldats et une Majestas Domini (chapiteau interne nord). Le fin linteau orné de rinceaux végétaux que surplombe le tympan repose sur deux corbeaux ornés de lions androphages, motif typiquement aragonais que nous retrouvons sous les tympans consacrés à l’Épiphanie de San Nicolás d’El Frago, de San Salvador d’Ejea de los Caballeros, de San Salvador de Luesia.

Biota, église San Miguel, tympan du portail occidental, Adoration des Mages
(cliché, H. LOZANO LÓPEZ, EDR en Aragón, p. 199)

L’ Adoration des Mages du tympan est en tout point semblable à celle qui se retrouve à Santiago d’Agüero et à San Nicolas d’El Frago. Le premier Roi mage est littéralement en Proskynesis puisqu’il a posé ses deux genoux et sa main droite à terre pour embrasser le pied de l’Enfant. Le Christ tient déjà dans sa main gauche l’offrande que vient de lui offrir le premier roi, alors qu’il bénit de la main droite les deux autres adorateurs. Derrière le premier mage couché, le second montre du doigt l’étoile au troisième ouvrant largement les bras et présentant la paume de sa main. Au centre de la composition, la Vierge, monumentale et frontale, tient l’enfant sur ses genoux. Derrière elle, Joseph est endormi, s’appuyant sur son bâton en forme de Tau . Contrairement au tympan d’Agüero, l’étoile est cette fois placée entre la Vierge et le premier mage.

La proskynesis du premier mage paraît être un motif aragonais que nous retrouvons sur l’un des chapiteaux du porche méridional de San Pedro Apóstol de Grado del Pico et sur un relief du portail septentrional de l’église San Esteban de Sos del Rey Católico.

Le tympan de Biota est généralement inclus dans l’immense corpus d’œuvre du Maître de San Juan de la Peña (A. K. Porter, 1928) , aussi appelé Maître d’Agüero ( F. Abbad Ríos, 1950 ; R. Crozet, 1968 ; J. Lacoste 1979, 1989) . On attribuait à ce sculpteur ou à son atelier les portes sud et ouest de San Miguel de Biota, les portes sud et ouest de San Nicolás d’El Frago, mais aussi le cloître de San Juan de la Peña, celui de San Pedro el Viejo de Huesca, les portes nord et ouest de San Salvador d’Ejea de los Caballeros, les portes sud et nord de San Felices de Uncastillo et une partie de la sculpture de Santa María de Sangüesa. L’ unicum iconographique de la prostration du premier mage était ainsi compris comme une signature du maître ou de son atelier. Cependant, dans ce corpus, les œuvres de plusieurs ateliers ont été distinguées (M. Melero Moneo, 1995) . La question de cet ou ces ateliers n’est pas close (C. Sánchez Márquez , 2009 et 2010, J. Garcia Lloret, 2005) mais rappelons simplement que les tympans d’El Frago et de Biota restent parfois considérés comme les copies respectueuses du tympan d’Agüero dont les sculpteurs admiraient la qualité.

Remarques : Des restes de peintures sur l’archivolte interne montre ce qui semble être des chevaux que l’on pourrait identifier comme ceux du Voyage des Mages.

Biota, église San Miguel, tympan du portail occidental, corbeau droite de la porte (cliché, H. LOZANO LÓPEZ, EDR en Aragón, p. 199)
Biota, église San Miguel, tympan du portail occidental, corbeau gauche de la porte (cliché, H. LOZANO LÓPEZ, EDR en Aragón, p. 199)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAD RÍOS Francisco, « El maestro románico de Agüero », Anales del Instituto de arte Americano e investigaciones estéticas, 3, 1950, p. 15-25.
  • ABBAD RIOS Francisco, El romanicó en las Cinco Villas, Tesis doctoral, Universidad de Madrid, C.S.I.C, 1954, p. 58-62, 76-80.
  • ARAMENDIÁ ALAFRANCA José Luis, El románico en Aragón 5, Cuencas de Aragón y el Arba, Zaragoza, Leyere, 2003, p. 275-283.
  • BANGO TORVISO Isidoro Gonzalo, « Sobre el origen de la prosquinesis en la Epiphania a los Magos », Traza y Baza, 1978, (7), 25-37.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, San Vicente Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica, Madrid, Encuentro, 1979, p. 444.
  • COBREROS Jaime, El Románico en España, Madrid, Infaco, coll. « Guías Periplo », 1993, p. 236-238.
  • CROZET René, « Recherches sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon, sur les traces d’un sculpteur », CCM, 11, 1968, p. 41-61.
  • GARCÍA GUATAS Manuel, El arte románico en el Alto Aragón, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 2006, (1ère éd. Huesca, 1997), p. 107-110.
  • GARCÍA LLORET José Luis, La escultura románica del Maestro de San Juan de la Peña, Tesis doctoral, Zaragoza, Institución “Fernando el Católico” (CSIC), 2005, p. 286-311.
  • LACOSTE Jacques , « Escultura románica en Aragón en el siglo XII », dans Signos : arte y cultura en el alto Aragón medieval, Catalogue de l’exposition, Jaca, Catedral, Museo Diocesano 26 junio-26 septiembre, 1993), Huesca, Gobierno de Aragón-Diputación de Huesca, 1993, p. 11-120.
  • LACOSTE Jacques, « Le maître de San Juan de la Peña. XIIe siècle », CSMC, 10, 1979, p. 175-189.
  • LOZANO LÓPEZ Hester, « San Miguel Arcángel», dans EDR en Aragón : Zaragoza, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2010, vol. 1, p. 194-204.
  • MELERO MONEO Marisa « El llamado “taller de San Juan de la Pena” : problemas planteados y nuevas teorias », Locus-amoenus, 1995 (1), p. 47-60.
  • PÉREZ MONZÓN Olga, Rutas del Románico en Aragón, Madrid, Jaguar, coll. « Arte de Viajar », 2001, 104-106.
  • PIEDRAFITA PÉREZ Elena, MUÑOZ UBIDE Eduardo, « Apuntes sobre las portadas de San Miguel de Biota », Suessetania, 22, 2004, p. 173-181.
  • PORTER Arthur Kingsley, Spanish Romanesque Sculpture, Firenze, Pantheon, 1928 (rééd. New York, 1969), vol. 2, p. 30-31.
  • SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, « La iconografía de la psicostasis a partir de un ejemplo hispano : la portada sur de San Miguel de Biota », Historias del Orbis Terrarum, 4, 2010 [En ligne], consulté le 10 janvier 2011, URL : http://www.orbisterrarum.cl.
  • SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, « La iglesia de San Miguel de Biota. Aproximación estilística a su escultura », Studium Medievale : Revista de Cultura visual-Cultura escrita, 3, 2010, p. 249-270.
  • SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, La escultura romànica de San Miguel de Biota. Estudios formal e iconográfica, Tesis doctoral Barcelone, Universidad Autónoma de Barcelona, 2009.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (14 décembre 2021). Biota, église San Miguel. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkc


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search