Besalú, église abbatiale Sant Père

Besalú (Cataluña, Girona)

Édifice : église Sant Pere


Besalù, église Sant Pere (plan d’après J. Albesa, dans CR, vol. 4, 1990, p. 197)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : chapiteaux jumelés des doubles colonnes du cœur, 2ème et 3ème colonnes en partant de la gauche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Voyage des Mages , Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbatiale bénédictine.
  • Datation : 1160-1170.
  • Intégration dans le programme iconographique : chapiteaux du déambulatoire (du nord au sud), groupe de chapiteaux 1 : chapiteau corinthien, motifs zoomorphes ; groupe de chapiteaux 2 : Adoration des Mages , chapiteau corinthien ; groupe de chapiteaux 3 : Hérode ordonnant le Massacre , Songe des Mages , Fuite en Égypte , Massacre des Innocents , Voyage des Mages ; groupe de chapiteaux 4 : motifs zoomorphiques, chapiteaux corinthiens.
  • identifiant Wikidata : Q9034375
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000559
  • Catalan object of cultural interest ID : 80-MH

Besalù, abbatiale Sant Pere, chapiteau du rond-point du choeur, Adoration des Mages
(cliché M.B., 2010, CC BY-SA 4.0))

Description : L’église abbatiale de Sant Pere de Besalù a connu peu de remaniements mais un important incendie survenu en 1936 a endommagé un certain nombre de chapiteaux, particulièrement ceux du rond-point du chœur, rendant leur analyse parfois difficile.

Un précieux cycle de chapiteaux orne les quatre doubles colonnes soutenant les cinq arcades du rond-point du chœur. Les chapiteaux décrivant l’histoire des Mages coiffent les colonnes jumelées de l’arcade centrale. Le premier, consacré à l’Adoration (Figure 209), est le plus endommagé. Nous percevons encore, sur la face occidentale, visible de la nef, la Vierge à l’Enfant, couronnée, assise de profil. Devant elle se tenaient les Mages, aujourd’hui dans un état de conservation déplorable. Le premier a été totalement arraché mais la silhouette permet de dire qu’il était agenouillé. Derrière lui se tient le second mage, couronné, qui pour une raison incompréhensible, tient une longue tige qui semble le relier au troisième personnage placé en retrait. Malgré cette incohérence, l’agencement global de la scène semble bien renvoyer à une Adoration des Mages et les étoiles présentes tout autour de l’abaque le confirment. Derrière la Vierge se tiennent deux personnages en pied, peut-être Joseph et la sage-femme, à moins que ces figures ne fassent partie d’une scène autonome disparue.

Besalù, abbatiale église Sant Pere, chapiteau du rond-point du choeur, Songe des Mages, Fuite en Égypte, Massacre des Innocents
(cliché M.B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Les chapiteaux jumelés des colonnes suivantes sont beaucoup mieux conservés. Celui côté chœur se partage sur deux registres. Sur le registre inférieur de la corbeille se développe un Massacre des Innocents très détaillé. Au registre supérieur, sur la face occidentale, intervient le Songe des Mages . Les trois Rois sont allongés, enveloppés par une couverture unique, leurs couronnes placées à côté de leurs têtes (détail rare). L’étoile végétale brille au-dessus d’eux, sur le fleuron du chapiteau.

Hérode apparaît au registre supérieur de la face nord. Il trône en plein centre de la composition muni d’un sceptre trilobé et se tient le ventre, sans doute pour signifier sa maladie. Il est flanqué de deux assistants qui viennent s’incliner devant lui. À sa droite, un démon monstrueux lui conseille d’ordonner le massacre se jouant au-dessous. Enfin, pour échapper à la tuerie, la sainte famille fuit en Égypte sur la face sud.

Besalù, abbatiale église Sant Pere, chapiteau du rond-point du choeur, Voyage des Mages
(cliché M.B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Le chapiteau jumelé à celui-ci paraît être de facture différente. Il décrit, côté déambulatoire, le Voyage des trois Rois. Ces derniers, montés sur des chevaux richement équipés se suivent sur les trois faces visibles d’un chapiteau corinthien finement ouvragé. Chacun des trois Rois tient l’une de ses mains enfouie dans son manteau, comme si elle en était prisonnière. Dans le cas présent, le détail indique l’incapacité des cavaliers à trouver leur chemin, raison pour laquelle ils se rendent au palais d’Hérode (c’est un détail que nous avons retrouvé à plusieurs reprises). Cela nous permet d’identifier ici le voyage vers Jérusalem, donnant ainsi une cohérence chronologique à la succession des scènes que comportent les deux chapiteaux : les Mages viennent d’Orient à Jérusalem sur le chapiteau côté déambulatoire et se dirigent vers Hérode, sur la face nord. Puis, sur la face occidentale, le Songe indique que les adorateurs ne retourneront pas vers Hérode et sa folie meurtrière, explicitement montrée au registre inférieur. Enfin, la sainte famille part pour l’Égypte pour échapper au massacre.

Un tel agencement donne une cohérence thématique à l’ensemble des chapiteaux du chœur. Placé dans la nef, le fidèle voit les deux faces principales des deux chapiteaux centraux : l’Adoration et le Songe. L’évocation de la reconnaissance du Christ (Adoration) et de l’engagement des fidèles sur sa voie (Songe) forme le cœur du programme. La cohérence eucharistique est la première à relever, les deux reliefs formant un véritable retable au-dessus de l’autel. L’offrande des Mages se rapporte ainsi à celle des espèces sur l’autel, pour la consécration, alors que le Songe rappelle l’agrégation du fidèle dans l’église au moment de la communion.

Cependant, remarquons également la répétition de l’étoile sur l’ensemble des chapiteaux du programme. Elle brille sur la corbeille corinthienne des doubles colonnes nord, elle est démultipliée au-dessus de l’Adoration, elle fleurit au-dessus des Mages endormis et apparaît de nouveau sur les dernières colonnes sud, au-dessus de deux griffons qui s’en écartent. Or, le parcours visuel des sculptures donnant sur le déambulatoire semble suivre un ordre thématique inverse, également basé sur une alternance de chapiteaux corinthiens et zoomorphiques structurée par la répétition de l’astre. En entrant dans le déambulatoire par la galerie nord, le fidèle peut admirer des griffons prisonniers de rinceaux que vomissent les personnages couronnés sur l’abaque du premier chapiteau, puis suivent le voyage des Mages vers Hérode pour enfin aboutir aux deux derniers chapiteaux corinthiens au sommet desquels surgit de nouveau l’étoile. Une sorte de progression vers la lumière fait ainsi revivre au fidèle la psychomachie des Mages se libérant d’Hérode pour suivre le chemin du Christ.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • COROMINAS José Maria, MARQUÈS I CASANOVAS Jaime, La comarca de Besalú, Gerona, Editado por la Excma, Diputación Provincial de Gerona, coll. « Catálogo monumental de la Provincia de Gerona, 4 », 1976, p. 66-70.
  • DALMASES Núria, JOSÉ I PITARCH Antoni, « Els inicis i l’art románic. Segles XI-XII », dans História de l’art català , Barcelona, Edcions 62, 1983-2007, vol.1, 1983, p. 238 ss.
  • GAILLARD Georges , « Besalù », Caf : Roussillon, 112, 1954 (1955), p. 136-146.
  • JUNYENT I SUBIRÀ Eduard, Catalogne romane 2, trad. E. Companys , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 13 », 1961 (rééd. 1970), p. 27-28.
  • PUIG I CADAFALCH Josep, L’escultura romànica a Catalunya, vol. 2, Barcelona, Editorial Alpha, coll. « Monumenta Cataloniae, 6 » , 1949-1951, p. 62-64.
  • VIGUÈ Jordi (Dir), « Sant Père de Besalú », dans CR, vol. 4, La garrotxa, Barcelona. Fundació Enciclopèdia Catalana, 1990, p. 189-212.
  • YARZA LUACES Joaquín, « Escultura romànica », dans Art català. Estat de la questió, S. Alcolea , Caixa d’Estalvis de Catalunya (Éds.), Ve Congrés del CEHA, Barcelona, Caixa d’Estalvis de Catalunya, 1984, p. 117-146.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (14 décembre 2021). Besalú, église abbatiale Sant Père. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search