Barcelona, Museu Nacional d’Art de Catalunya (MNAC), (MNAC), église Santa Maria de Taüll

Barcelona (Cataluña, Barcelona)

Édifice : Museu Nacional d’Art de Catalunya (MNAC, n° d’inv. 15863 (abside) 15960 (nef)

 


  • Édifice d’origine : Taüll, église Santa Maria (Cataluña, Lérida).
  • Médium : fresque.
  • identifiant Wikidata édifice actuel : Q861252
  • identifiant Wikidata édifice d’origine : Q1278218
  • identifiant Bien de Interés Cultural (BIC), édifice d’origine : RI-51-0000693
  • Catalan object of cultural interest ID, édifice d’origine : 77-MH-EN
  • n° d’inv. : 15863 (abside)
  • n° d’inv. : 15960 (nef)

Taüll, église Santa Maria (plan d’après R. M. PUIG, dans CR, vol. 16, p. 224)


ABSIDE

Support : cul-de-four.
Situation dans l’édifice : abside, cul-de-four.
Cycle des Mages : Adoration des Mages.
Contexte de l’édifice : église paroissiale, possession de l’ancien prieuré bénédictin.
Datation : peu après 1123 et la consécration de l’église, attribué au Maître de Taüll.
Intégration dans le programme iconographique : abside, conque : Adoration des Mages ; mur de l’abside : registre supérieur : apôtres en pied sous arcades (dont Pierre et Paul) ; registre inférieur : motifs zoomorphiques ; intrados de l’arc triomphal : Abel et Melchisédech ? ; Agneau apocalyptique ; voûte, rampant droit : symboles de deux évangélistes (Luc et Jean), un séraphin et Gabriel ; rampant gauche : effacé

NEF

  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : mur de la nef.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église canoniale, possession de l’ancien prieuré bénédictin.
  • Datation : entre 1125 et 1150.
  • Intégration dans le programme iconographique : mur sud de la nef, registre supérieur (d’est en ouest) : vie de Saint-Clément et de Saint Martin ? : deux personnages conversant, navire gouverné par un ange, personnage face à un quadrupède, personnage donnant son manteau à un autre, combat d’un ange et d’un personnage en arme; registre médian (d’est en ouest) : Mages devant Hérode et Adoration des Mages (en une scène), Zacharie et un autre homme : la Vision de Zacharie devant l’autel ?

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria de Taüll
(cliché M. B. 2010)
Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria de Taüll, abside
(cliché M. B. 2010)

Description : Les peintures de Santa Maria de Taüll, acquises par le MNAC entre 1918 et 1919, proviennent d’un édifice à plan basilical composé d’une nef et de deux bas-côtés terminés par une abside principale et deux absidioles. Les peintures de l’abside principale et quelques fragments de l’absidiole sud, une grande partie du mur sud de la nef, du mur occidental et de quelques piliers ont été déposés au Musée de Barcelone. Les peintures de l’abside nord sont, quant à elles, restées in situ. Les Mages se retrouvent dans l’édifice à deux reprises, dans l’abside (peinte aux alentours de 1123) et sur le mur sud de la nef (peint postérieurement, dans le second quart du XIIe siècle).

Sur la conque absidale, les trois Rois mages couronnés se répartissent autour de la Majestas Mariae monumentale intégrée dans sa mandorle. Deux se tiennent à droite (GASPAS et BALDASAR) et le troisième, le plus âgé, se place seul à gauche (MEL.HIOR), selon la formule réutilisée dans la plupart des absides catalanes : les églises Santa Maria de Tredós, Santa Maria de Valencia d’Àneu, Santa Maria d’Àneu, et vraisemblablement sur le mur oriental de la chapelle Saint-Michel de Vals.

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria de Taüll, conque absidale
(cliché M. B. 2010)

Cependant, contrairement aux peintures de Tredós et de Santa Maria d’Àneu, les trois Rois ont pleinement pris possession du cul-de-four en rejetant les deux archanges sur les rampants de la voûte. Deux étoiles flanquent la partie supérieure de la mandorle virginale : celle de gauche, plus brillante et plus colorée est légendée ESTELA. On remarquera que les deux mages de droite semblent se détourner du trône marial contrairement à Melchior, qui lui, s’avance d’un pas plus assuré vers le Christ.

Au registre inférieur se succèdent les apôtres sous arcades sur toute la partie tournante de l’abside et sur les murs latéraux. Ils sont en grande partie effacés mais ceux de la partie tournante sont mieux conservés. On y reconnaît Pierre et Paul de part et d’autre de la fenêtre axiale et saint Jean dans la partie gauche. Au registre inférieur, plusieurs motifs zoomorphiques se succèdent inscrits dans des médaillons. Sur l’intrados de l’arc triomphal, deux figures en acte d’offrande se répartissent de part et d’autre de l’Agneau apocalyptique dans un médaillon, suspendu au-dessus de l’autel. Le personnage de gauche est Abel. Celui de droite est effacé et a longtemps été identifié, selon toute logique, comme Caïn. Nous distinguons cependant l’offrande de ce personnage qui s’apparente plus à une coupe qu’à un fétu de paille. Il pourrait donc s’agir de Melchisédech (J. YARZA LUACES, 1999). La même question se pose pour les personnages faisant pendant à Abel dans la chapelle Santa Cruz de Maderuelo.

Sur la voûte, seules les peintures du rampant gauche ont survécu. Nous y reconnaissons les symboles thériomorphes de Luc et de Jean, un séraphin et un archange (GRABRIEL) tenant un rouleau dont l’inscription n’est plus lisible. Il s’agit sans aucun doute de l’un des deux anges avocats que nous trouvions à Santa Maria d’Aneù et Santa Maria de Tredós. On peut penser que Michel se trouvait sur le rampant gauche avec le second séraphin et les symboles de Marc et de Matthieu.

Ainsi, contrairement aux autres absides catalanes se consacrant à l’Épiphanie, les Mages de Santa Maria de Taüll occupent seuls l’espace du cul-de-four alors que les autres éléments de la Majestas Mariae ont été rejetés sur les rampants de la voûte.

La base de datation de ces peintures reste la date de sa consécration en 1123, proche dans le temps de celles de San Clemente de Taüll et de l’église Sant Martin, les trois églises formant un même groupe pour la communauté paroissiale.

NEF

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria de Taüll, mur sud de la nef (cliché M. B. 2010)

Description : Les peintures du mur sud de la nef sont postérieures à celles de l’abside, sans doute à placer dans le second quart du XIIe siècle, avec le Jugement dernier et les tableaux infernaux de la partie occidentale de l’édifice. La partie orientale du mur sud a été en grande partie mutilée ce qui en rend la lecture difficile. Les Mages se trouvent au registre médian, intégrés à une scène synthétique présentant à la fois l’audience devant Hérode et l’Adoration (comme à Barberà del Vallès. Les trois Rois mages sont respectivement inscrits sous trois arcades du Palais d’Hérode. Ce dernier trône frontalement sous un quatrième arc accueillant également le premier mage, alors que les deux autres s’en sont déjà détournés. Les Mages s’apprêtent donc à quitter le palais de Jérusalem pour se diriger vers la Vierge à l’Enfant trônant dans une mandorle cintrée, plaquée sur un fond abstrait composé de bandes colorées superposées. Un ange guide sort des nuées à la gauche du groupe marial pour poser une tige tronquée (sans doute surmontée d’une croix, d’un large pommeau ou d’une étoile à l’origine) au-dessus de la tête de l’Enfant.

L’identification des scènes alentour reste complexe. Derrière le tableau de la Vierge à l’Enfant se tiennent deux personnages. L’un, plus âgé, repose son visage dans sa main. Il pourrait être Joseph s’il n’était accompagné d’un personnage écrivant dans un codex. Une porte interrompait ici l’enchaînement des tableaux pour se poursuivre, à droite, par un autel couvert d’une nappe au-dessus duquel plane un ange. Ce dernier dévoile un calice à un personnage nimbé. L’épisode est généralement interprété comme la vision de Zacharie au Temple de Jérusalem. Le personnage songeur serait Zacharie, accompagné d’un scribe consignant le nom de Jean-Baptiste. Les scènes tronquées du registre supérieur semblent, pour leur part, se rapporter à un cycle hagiographique, peut-être celui de saint Clément ou, plus vraisemblablement, celui de saint Martin.

Les fresques du mur sud sont désormais attribuées au maître du Jugement dernier, auteur des peintures des parties occidentales de l’édifice. Son intervention serait à dater du second quart du XII e siècle.


Localisation d’origine

Voir en plein écran

Localisation actuelle

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AINAUD I LASARTE Joan, Art romànic : Guia, Museu d’ Art de Catalunya, Barcelona, Ajuntament de Barcelona, 1973, p. 109-110, 115-120.
  • AINAUD DE LASARTE Joan, La pintura catalana 1, La fascination de l’art roman, Barcelona, Skira, coll. « Peinture, couleur, histoire », 1989, p. 60-66.
  • ANTHONY Edgar W., Romanesque Frescoes, Princeton, Princeton University Press, 1951, p. 164-165.
  • COOK Walter William Spencer, GUDIOL I RICART Josep, Pintura e imaginería románicas, Madrid, Ed Ultra, coll. « Ars Hispaniae, 6 » , 1950 (rééd. Madrid, 1980), p. 44-48.
  • COOK Walter William Spencer, La pintura mural románica en Cataluña, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, coll. « Arte y Artistas » , 1956, p. 74-75.
  • DEUCHLER Florens, « À proposes absides de San Juan de Trédos et de Santa Maria de Tahull », CSMC, 5, 1974, 29-32.
  • DURLIAT Marcel, « Iconographie d’abside en Catalogne », CSMC, 5, 1974, p. 99-116.
  • FOLCH I TORRES Joaquín, « Les darresres adquisicions del Museu de la Ciutadella », Bulltetí dels Museus d’Art de Barcelona, 1 (3), 1931, p. 90-93.
  • FOLCH I TORRES Joaquín, « Les pintures murals romàniques de Santa Maria de Taüll », Gaseta de les Arts, 13 (2), 1929 (1930), p. 83-95.
  • FOLCH I TORRES Joaquín, El tresor artistic de Catalunya : Les Pintures murals romàniques de Santa Maria de Tahull, Barcelona, Industrias del Papel, 1931.
  • FOLCH I TORRES Joaquín, Museo de la Ciudadela : Catálogo de la sección de arte románico, Barcelona, Junta de Museos de Barcelona, 1926, p. 129-131.
  • JUNYENT I SUBIRÀ Eduard, Catalogne romane 1, trad. C. Bernadi , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 12 », 1960 (rééd. 1968), p. 177-187.
  • GRABAR André, NORDENFALK Carl, La peinture romane, Genève, Skira , 1958, p . 69-72.
  • GUDIOL I CUNILL Josep, La pintura migeval catalana. Els primitus, 1, Els Primitus : la Pintura mural, Barcelona, S. Babra, 1927 , p. 191-216.
  • KUNN Charles Louis, Romanesque mural painting of Catalonia, Cambridge, Harvard University Press, 1930, p. 22-25.
  • Museo de Arte de Cataluña, Catáleg del Museu d’Art de Catalunya. Art románic-Art Gótic-Art del Renaixement-Art Barroc, Barcelona, Junta de Museus, Parc de Montjuc, 1936, p. 30, cat. n°1.
  • PAGES I PARETAS Montserrat, « À Propos des Séraphins de Maderuelo et de Santa Maria de Taüll », CSMC, 28, 1997, p. 225-229.
  • PIJOAN I SOTERAS Josep, Les pintures murals catalanes, 3, S. Climent de Tahull, Sta. Maria de Tahull, Sta. Maria De Bohi, Sta. Maria D’Aneu, S. Pere del Burgal, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1907-1921, p. 30-32.
  • PIJOAN Josep, GUDIOL I RICART Josep , Les pintures murals romàniques de Catalunya, Barcelona, Editorial Alpha, coll. « Monumenta Cataloniae, 4 », 1948, p. 138-140.
  • SUREDA Joan, La pintura románica en Cataluña, Madrid, Alianza Forma, coll. « Alianza Forma, 17 », 1981, p. 288-289, 326-327.
  • VIGUÈ Jordi (Dir), « Santa Maria de Taüll », dans CR, vol. 16, La Ribagorça, Barcelona, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1996, p. 222-234.
  • YARZA LUACES Joaquin « La pintura española medieval desde la cultura visigoda hasta finales del románico », dans La pintura europea : la pintura espñola, A. E. Pérez Sánchez , Madrid, Electa, 1995, vol. 1, p. 41-43.
  • YARZA LUACES Joaquin, « Un cycle de fresques romanes dans la paroisse de Santa María de Taüll », CSMC, 30, 1999, p. 121-140.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (10 décembre 2021). Barcelona, Museu Nacional d’Art de Catalunya (MNAC), (MNAC), église Santa Maria de Taüll. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogk9


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search