Barcelona, Museu Nacional d’Art de Catalunya (MNAC), église Santa Maria d’Àneu

Barcelone (Cataluña, Barcelona)

Édifice : Museu Nacional d’Art de Catalunya , MNAC (n° d’inv. :MAC15874)

 


Esterri d’Àneu, église Santa Maria d’Àneu (plan d’après J. A. ADELL, dans CR, vol. 15, p. 243)
  • Édifice d’origine : Esterri d’Àneu, église Santa Maria d’Àneu (Cataluña, Lérida).
  • Médium : fresque.
  • Support : cul-de-four.
  • Situation dans l’édifice : abside, voûte en cul de four.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : monastère bénédictin, église paroissiale.
  • Datation : fin XIe-déb XIIe s. attribué au Maître de Pedret.
  • Intégration dans le programme iconographique : abside , conque absidale : Adoration des Mages , Michel et Gabriel ; partie tournante , registre supérieur : deux séraphins purifiant la bouche de deux prophètes : Isaïe ? et Élie (elia) ; registre supérieur : roue du char d’Ézéchiel, deux donateurs (cvi et nad) , Raphaël (sanctus raphael).
  • identifiant Wikidata édifice actuel : Q861252
  • identifiant Wikidata édifice d’origine : Q9034465
  • identifiant Wikidata de l’œuvre : Q3815181
  • identifiant Bien de Interés Cultural (BIC) édifice d’origine : RI-51-0001429
  • Catalan object of cultural interest ID édifice d’origine : 136-MH
  • n° d’inv. : 15874

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria d’Àneu, abside
(cliché M. B., 2010)

Description : Les fresques de Santa Maria d’Àneu, aujourd’hui déposées au MNAC de Barcelone, proviennent d’un édifice important, dépendant de l’église paroissiale d’Escalarre. L’édifice se composait de trois absides mais seules les peintures de l’abside principale nous sont parvenues.

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria d’Àneu, conque absidale
(cliché M. B., 2010)

Le programme peint se compose sur trois registres. Au niveau supérieur, la conque absidale accueille, sur toute sa hauteur, une Majesta Mariae (en partie effacée). Les Mages se disposent de part et d’autre de la mandorle, deux à droite et un à gauche. Seul celui de droite ( melch(i)or ) , le plus âgé, est conservé en intégralité, vêtu du costume clérical italo-byzantin et portant un large plat issu de l’imagerie antique. C’est sous cette apparence que nous retrouvons les trois Mages dans la peinture catalane de la fin du XI e siècle et du premier quart du XII e siècle : dans la cathédrale de Saint-Lizier sur les fresques de l’église de Tredós ou encore sur celles de la chapelle Saint-Michel de Vals.

Deux archanges flanquent l’ensemble de la composition mais seul le premier est identifiable ( mihael ), vêtu du loros et porteur d’un étendard. Il porte un rouleau sur lequel on lit encore, peticius alors que l’autre, effacé, portait sans doute le même rouleau avec l’inscription postulacius comme à Santa Maria de Tredós et sur les murs latéraux du chœur de Santa Maria de Taüll. Ces deux mentions sont des locutions juridiques faisant des deux anges les « avocats » des Mages venant plaider en leur faveur auprès de la Vierge-Mère.

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria d’Àneu, rouleau de l’abside
(cliché M. B., 2010)

Au centre de la partie tournante, deux immenses séraphins, pourvus de leurs trois paires d’ailes couvertes d’yeux, se tiennent sur deux registres. Autour d’eux se multiplie l’abréviation « scs » (Is 6, 1-3 et Éz 10, 12) alors qu’au registre inférieur, deux paires de roues enflammées renvoient aux roues du char de Yahvé (Éz 1, 13-21 et 10, 6 et 9). Sur le même registre, deux prophètes, isaia à gauche et elia à droite , s’inclinent devant les séraphins qui leur purifient les lèvres avec un charbon ardent (Is 6, 6-7). À l’extrême gauche du mur de l’abside se superposent deux figures de clercs ( cvi et nad ) , sans doute deux donateurs contemporains, alors qu’à l’autre extrémité se tient le troisième archange ( sanctus raphael ) .

La première originalité de l’Épiphanie de l’abside de Santa Maria d’Àneu et de plusieurs autres interprétations picturales des Mages dans les absides catalanes, est la fragmentation du groupe des Mages de part et d’autre du groupe virginal central (outre les exemples précédemment cités, évoquons les fresques de l’église de Santa Maria de Valencia d’Àneu. C’est une composition que nous retrouvions fréquemment dans l’art byzantin du VI e siècle (sur un ivoire byzantin conservé au British Museum, ou sur l’ Évangéliaire d’Etchmiadzin , Erevan, Maenadaran, ms. 2374 f. 229 r.). La seconde est l’association des Mages avec les deux archanges « avocats », autour de la Majestas Mariae , que nous ne retrouvons que dans cette région. Les Mages semblent ainsi porter leurs prières aux archanges intermédiaires entre les hommes et la Vierge-Mère inscrite dans un registre céleste.

Les fresques de Santa Maria sont généralement attribuées au Maître de Pedret, auteur des fresques du chœur de la cathédrale de Saint-Lizier, à la fin du XI e siècle. Elles seraient légèrement postérieures à ces dernières peintures.

Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria d’Àneu, conque absidale, mage de gauche
(cliché M. B., 2010)
Barcelona, MNAC, fresques de l’église Santa Maria d’Àneu, conque absidale, mages de droite
(cliché M. B., 2010)

Localisation d’origine

Voir en plein écran

Localisation actuelle

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AINAUD I LASARTE Joan, La peinture catalane 1 La facination de l’art roman, trad. T. Gomez, Genève, Skira, 1989, p. 68-74.
  • BOUSQUET Jacques, « Le thème des archanges à l’étendard : De la Catalogne à l’Italie et Byzance », CSMC, 5, 1974, p. 7-27.
  • COOK Walter William Spencer, GUDIOL RICART José, Pintura e imaginería romanícas, Madrid, Plus-Ultra, coll. « Ars Hispaniae , 6 », 1950 (rééd. 1980), p. 57-58.
  • DURLIAT Marcel, « Iconographie d’abside en Catalogne à la fin du XIe et dans la première moitié du XII e siècle », CSMC, 5, 1974, p. 99-130.
  • DURLIAT Marcel , « Le décor absidal de Santa Maria d’Aneù », Traza y Baza, 3, 1973, p. 7-16.
  • DURLIAT Marcel , « Théophanies-visions avec participation de prophètes dans la peinture romane catalane et toulousaine », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 118 (4), 1974, p. 536-564.
  • GUDIOL I CUNILL Josep, La pintura migeval catalana. Els primitus, 1, Els Primitus : la Pintura mural, Barcelona, S. Babra, 1927, p. 371-376.
  • KUHN Charles Louis, Romanesque mural painting of Catalonia, Cambridge, Harvard University Press, 1930, p. 45-46.
  • Museo de Arte de Cataluña, Catáleg del Museu d’Art de Catalunya. Art románic-Art Gótic-Art del Renaixement-Art Barroc, Barcelona, Junta de Museus, Parc de Montjuc, 1936, p. 22, cat. n°14.
  • PIJOAN I SOTERAS Josep, Les pintures murals catalanes, 3, S. Climent de Tahull, Sta. Maria de Tahull, Sta. Maria De Bohi, Sta. Maria D’Aneu, S. Pere del Burgal, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1907-1921, p. 34-43.
  • PIJOAN Josep, GUDIOL I RICART Josep, Les pintures murals romàniques de Catalunya, Barcelona, Editorial Alpha, coll. « Monumenta Cataloniae, 4 », 1948, p. 144-145.
  • SUREDA Joan, La pintura románica en Cataluña, Madrid, Alianza Forma, coll. « Alianza Forma, 17 », 1981, p. 73-75, p. 281-282.
  • VIGUÈ Jordi (Dir), « Santa Maria d’Àneu », dans CR, vol. 15, El Pallars Sobirà. El Pallars Jussà, Barcelona, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1993, p. 241-247.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (10 décembre 2021). Barcelona, Museu Nacional d’Art de Catalunya (MNAC), église Santa Maria d’Àneu. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogk8


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search