Agüero, église Santiago (frise interne)

Agüero (Aragón, Huesca)

Édifice : église Santiago


Agüero, église Santiago (plan dans Á CANELLAS-LOPEZ, Á SAN VICENTE, 1971, P. 368)
  • Médium : sculpture.
  • Support : frise.
  • Situation dans l’édifice : hémicycle de l’absidiole sud-est.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages, Songe des Mages , Hérode consultant les scribes.
  • Contexte de l’édifice : monastère royal, construit pour Pedro Ier d’Aragón ou Ramiro II.
  • Datation : 2ème moitié du XIIe s., attribué au maître de Santo Domingo de Calzada.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : frise de l’abside (de gauche à droite) : Annonciation , Visitation , Nativité , Voyage des Mages , Adoration des Mages , Songe des Mages , Présentation au Temple , Hérode et ses scribes , Massacre des Innocents , Songe de Joseph , Fuite en Égypte.
  • identifiant Wikidata : Q43081206
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000177

Agüero, église Santiago, absidiole sud-est
(cliché, A G. OMEDES, romanicoaragones.com)

Description : En plus du tympan du portail sud l’église Santiago d’Agüero conserve un décor consacré à l’Épiphanie dans l’hémicycle de son absidiole sud. Sur cette frise, se déploie un cycle de l’Enfance enfoui dans un décor végétal de feuillages et de fruits très dense, se lisant chronologiquement de gauche à droite, de l’ Annonciation à la Fuite en Égypte.

Agüero, église Santiago, frise interne de l’abside sud-est, Voyage des Mages
(cliché, A G. OMEDES, romanicoaragones.com)

Le cycle des Mages débute par leur chevauchée. Les trois Rois, couronnés, richement vêtus de longues tuniques et montés sur d’élégants chevaux, cheminent à travers un décor de palmettes et de fruits en grappes. Le second montre du doigt l’étoile végétale à six pétales. Au-dessus de chaque mage, une inscription à peine déchiffrable semble se rapporter au patronyme des cavaliers : melh…, valt…,…aspar.

Agüero, église Santiago, frise interne de l’abside sud-est, Adoration des Mages
(cliché, A G. OMEDES, romanicoaragones.com)
Agüero, église Santiago, frise interne de l’abside sud-est, Adoration des Mages
(cliché, A G. OMEDES, romanicoaragones.com)

Vient ensuite l’Adoration à proprement parler. Deux mages, aux poses très élégantes, traversent le même rinceau végétal garni de fruits. Le second montre toujours l’étoile qui le précède, alors que le premier vient poser un genou à terre devant le groupe de la Vierge à l’Enfant. Il porte la main à sa couronne pour la retirer. Devant lui, la Vierge voilée et nimbée est assise de profil, sur un petit trône, et tient l’enfant bénissant sur ses genoux. Elle porte dans sa main droite un important sceptre fleuri. Derrière elle, Joseph est endormi, isolé de la scène par une imposante grappe de fruits.

Agüero, église Santiago, frise interne de l’abside sud-est, Songe des Mages
(cliché, A G. OMEDES, romanicoaragones.com)

Le Songe des Mages succède à l’Adoration. Les trois Rois y sont montrés endormis sur une même paillasse, enveloppés dans une couverture unique. Un ange à moitié nu surgit des nuées et touche du doigt le mage du milieu en désignant, de l’autre main, le chemin qu’ils devront suivre pour leur retour.

Agüero, église Santiago, frise interne de l’abside sud-est, Hérode consultant ses scribes
(cliché, A G. OMEDES, romanicoaragones.com)

Après la présentation au temple intervient l’épisode particulièrement développé d’Hérode consultant ses scribes. Le roi trône au centre de la composition, portant un sceptre démesuré, presque grotesque. Il est entouré de ses soldats, à gauche, et des prêtres cherchant la prophétie de Michée dans un grand rouleau. Notons qu’Hérode est ici exclu du cycle des Mages pour gagner une autonomie parfaite. L’histoire se termine par le Massacre des Innocents , le Songe de Joseph et la Fuite en Égypte sur le revers de la frise.

Ces sculptures sont sans doute antérieures à celles du portail sud et sont généralement situées au milieu du XII e siècle. Le motif de feuillages garnis de fruits rappelle l’art du maître de Santo Domingo de Calzada, à qui ces reliefs sont attribués par plupart des auteurs.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAD Francisco, « El maestro románico de Agüero”, Anales del Instituto de arte Americano e investigaciones estéticas, 3, 1950, p. 15-25.
  • ARAMENDÍA José Luis, El Románico en Aragón, t. 2, Cuencas del Ésera y el Cinca, Zaragoza, Librería General, 2001, p. 272-275.
  • ARCO Ricardo del, « La inédita iglesia de Santiago en Agüero », Boletín de la real academia de la historia, 74 (5), 1919, p. 293-419.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica , Madrid, Encuentro, 1979, p. 289-295 et 302-304.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon Roman, trad. G. Schecker, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 35 », Paris, 1971, p. 365-374.
  • ENRIQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del Románico en la provincia de Huesca, Madrid, C. Enriquez de Salamanca, coll. « Rutas del románico en España », 1987, p. 82-85.
  • GARCÍA GUATAS Manuel, El arte románico en el Alto Aragón, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 2006, (1 ère éd. Huesca, 1997).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Agüero, église Santiago (frise interne). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogk4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search