Agüero, église Santiago (tympan)

Agüero (Aragón, Huesca)

 
Édifice : église Santiago


Agüero, église Santiago (plan dans Á CANELLAS-LOPEZ, Á SAN VICENTE, 1971, p. 368)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade sud, portail, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : monastère royal, construit pour Pedro I er d’Aragón ou Ramiro II.
  • Datation : dernier tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail sud , tympan : Adoration des Mages ; corbeaux : lions androphages ; chapiteaux des ébrasements : affrontements monstrueux, dévorations, motifs zoomorphiques, musiciens et danseuses.
  • identifiant Wikidata : Q43081206
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000177

Agüero, église Santiago, portail sud
(Javitrom, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le tympan de l’Épiphanie orne le portail sud de cet édifice inachevé. Prévue pour être beaucoup plus vaste, seules les absides et le bras du transept de cette église abbatiale ont vu le jour. Il semble donc que le portail de la porte principale de l’édifice n’était pas originellement destiné à cet emplacement.

Agüero, église Santiago, tympan du portail sud, Adoration des Mages
(Josep Maria Viñolas Esteva, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

L’Épiphanie occupe l’espace du tympan dans son intégralité. La composition, très originale, montre le premier roi mage littéralement en Proskynesis puisqu’il a posé ses deux genoux et sa main droite à terre pour embrasser le pied de l’Enfant. C’est un geste que nous ne retrouvons que dans quelques exemples aragonais comme sur le tympan du portail méridional de San Nicolás d’El Frago celui du portail occidental de l’église San Miguel de Biota, l’un des chapiteaux du porche méridional de San Pedro Apóstol de Grado del Pico et sur un relief du portail septentrional de l’église San Esteban de Sos del Rey Católico. Le Christ tient déjà dans sa main gauche l’offrande que vient de lui offrir le premier Roi, alors qu’il bénit de la main droite les deux autres adorateurs. Derrière le premier mage couché, le second montre du doigt l’étoile au troisième ouvrant largement les bras et présentant la paume de sa main. Au centre de la composition, la Vierge frontale et monumentale tient l’enfant sur ses genoux. Derrière elle, Joseph est endormi, s’appuyant sur son bâton en forme de Tau . Entre la Vierge et Joseph brille une large étoile à huit branches. Une série de huit chapiteaux coiffent les piles des ébrasements montrant divers affrontements zoomorphiques et monstrueux, ainsi que des danseuses et des musiciennes (thèmes courants dans la région des Cinco Villas, M. I Garcia-Peromingo, 1993), ainsi qu’une joute de soldats habituellement identifiée comme le combat d’un maure et d’un chrétien. Enfin, deux têtes de lions androphages ornent les corbeaux de la porte, motif typiquement aragonais que nous retrouvons sous les tympans consacrés à l’Épiphanie de San Nicolás d’El Frago, de San Salvador d’Ejea de los Caballeros, de San Salvador de Luesia et de San Miguel de Biota.

Le tympan d’Agüero est généralement inclus dans l’immense corpus d’œuvres du Maître de San Juan de la Peña (A. K. Porter, 1928) , aussi appelé Maître d’Agüero , ( F. Abbad Ríos, 1950 ; R. Crozet, 1968 ; J. Lacoste 1979, 1989) . Outre les sculptures de Santiago d’Agüero, on attribuait alors à ce sculpteur les portes sud et ouest de San Miguel de Biota, les portes sud et ouest de San Nicolás d’El Frago, mais aussi le cloître de San Juan de la Peña, celui de San Pedro el Viejo de Huesca, les portes nord et ouest de San Salvador d’Ejea de los Caballeros, les portes sud et nord de San Felices de Uncastillo et une partie des sculptures de Santa María de Sangüesa. L’ unicum iconographique de la prostration du premier mage était ainsi compris comme une signature du maître ou de son atelier. Cependant, dans ce corpus, les œuvres de plusieurs ateliers ont été distinguées (M. Melero Moneo, 1995) . La question de cet ou ces ateliers n’est pas close (C. Sánchez Márquez , 2009 et 2010, J. Garcia Lloret, 2005) mais rappelons simplement que les tympans d’El Frago et de Biota restent parfois considérés comme les copies très respectueuses du tympan d’Agüero, dont les sculpteurs admiraient la qualité.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAD RÍOS Francisco, « El maestro románico de Agüero », Anales del Instituto de arte Americano e investigaciones estéticas, 3, 1950, p. 15-25.
  • ALMECH Francisco Iñiguez, « Sobre tallas románicas del siglo XII », Principe de Viana, 112-113, 1968, p. 181-235.
  • ARAMENDÍA José Luis, El Románico en Aragón, t. 2, Cuencas del Ésera y el Cinca, Zaragoza, Librería General, 2001, p. 272-275.
  • ARCO Ricardo del, « La inédita iglesia de Santago en Agüero », Boletín de la real academia de la historia, 74 (5), 1919, p. 293-419.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, San Vicente Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica, Madrid, Encuentro, 1979, p. 289-295 et 302-304.
  • CANELLAS-LOPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon Roman, trad. G. Schecker, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 35 », Paris, 1971, p. 365-374.
  • CANELLAS-LOPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon roman, trad. G. Schecher, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 35 », 1971, p. 365-374.
  • CROZET René, « Recherches sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon », CCM, 11, 1968, p. 41-57.
  • ENRIQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del Románico en la provincia de Huesca, Madrid, C. Enriquez de Salamanca, coll. « Rutas del románico en España », 1987, p. 82-85, 178-178.
  • GARCÍA GUATAS Manuel, El arte románico en el Alto Aragón, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1997, (rééd. Huesca, 2006).
  • GARCÍA LLORET José Luis, La escultura románica del Maestro de San Juan de la Peña, Tesis doctoral , Zaragoza, Institución “Fernando el Católico” (CSIC), 2005.
  • GARCÍA LLORET José Luis, La escultura romaníca del Maestro de San Juan de la Peña, Zaragoza, Institución Fernando El Católico, « Colección Estudios : Arte », 2005.
  • GARCIA-PEROMINGO Maria-Isabel, « El tema de la bailarina en el romanico de Cinco Villas », Cuadernos de Arte e Iconografía, 6 (11), 1993, p. 98-102.
  • LACOSTE Jacques , « Escultura románica en Aragón en el siglo XII », dans Signos : arte y cultura en el alto Aragón medieval, Catalogue de l’exposition, Jaca, Catedral, Museo Diocesano 26 junio-26 septiembre, 1993, Huesca, Gobierno de Aragón-Diputación de Huesca, 1993, p. 111-120.
  • LACOSTE Jacques, « Le maître de San Juan de la Peña. XII e s. », CSMC., 10, 1979, p. 175-189.
  • MELERO MONEO Marisa « El llamado “taller de San Juan de la Peña” : problemas planteados y nuevas teorias », Locus-amoenus, 1995 (1), p. 47-60.
  • PORTER Arthur Kingsley, Spanish Romanesque Sculpture, Firenze, Pantheon, 1928 (rééd. New York, 1969), vol. 2, p. 30-31.
  • SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, « La iglesia de San Miguel de Biota. Aproximación estilística a su escultura », Studium Medievale, cultura visual-cultura escrita, 4, 2010, p. 249-269.
  • SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, La escultura romànica de San Miguel de Biota. Estudios formal e iconográfica, Tesis doctoral Barcelone, Universidad Autónoma de Barcelona, 2009.
  • BANGO TORVISO Gonzalo Isidoro, « Sobre el origen de la prosquinesis en la Epiphania a los Magos », Traza y Baza, 1978, (7), 25-37.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Agüero, église Santiago (tympan). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogk3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search