Nohant-Vicq, église Saint-Martin

Nohant-Vicq (Indre, Centre-Val de Loire)

Édifice : église Saint-Martin

 


Nohant-Vicq, église Saint Martin (plan J. DUMOUTET, dans J. HUBERT, 1931, p. 558.
  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : mur occidental du chœur, registre médian, côté gauche.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages et Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale, dépendance clunisienne (Déol ?).
  • Datation : après le 1er tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : mur-écran du chœur , (côté nef), axe central (sur deux registre au-dessus de la porte) : Christ en majesté, Agnus Dei ; registre supérieur : Collège apostolique ; registre médian (de gauche à droite) : Voyage et Adoration des Mages , reproche de Joseph à Marie, Annonciation ; registre inférieur : Présentation au Temple (à gauche de la porte), Descente de Croi x (à droite de la porte) ; chœur , abside : Maiestas Domini , Visitation , Crucifixion de saint Pierre , Christ devant Hérode ; arc triomphal (côté chœur) : trois prophètes, Michel et le Dragon, anges, séraphins et roi vétérotestamentaire (intrados), Caïn et Abel (disparus) ; mur nord : hagiographie de Saint-Martin, Lavement des pieds , Simon de Cyrène portant la Croix, Parabole du Pauvre Lazare ; mur sud : purification des lèvres d’Isaïe par l’ange, Entrée à Jérusalem , Pauvre Lazare dans le Sein d’Abraham , Péché originel (un ange repousse le démon), scène disparue ; mur occidental de la nef : Entrée du Christ à Jérusalem (suite), La Cène , David, Moïse, Vertus terrassant les Vices (intrados).
  • identifiant Wikidata : Q2315620
  • identifiant Mérimée : Pa00097413

Nohant-Vicq, église Saint Martin, mur occidental du choeur
(Zairon, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les fresques de l’église Saint-Martin de Nohant-Vicq furent découvertes en 1849 et ont fait l’objet d’une restauration immédiate en 1853 et en 1929. Les peintures furent alors déposées, fixées sur une toile et marouflées à leur place d’origine.

Le cycle peint, très important, recouvre l’ensemble du chœur, l’abside, l’arc triomphal, et le mur-écran de l’entrée du chœur. Plusieurs scènes ont disparu et il est impossible de savoir si le programme s’étendait aux murs de la nef. Cependant, de précieux relevés furent exécutés en 1877 par l’architecte Brune et publiés par l’abbé Jacob (1931).

C’est sur le mur de séparation du chœur et de la nef que se trouve l’ Adoration des Mages , intégrée dans un programme non narratif se suffisant à lui-même par sa cohérence. Au-dessus de la porte d’entrée du chœur, sur deux registres, trône un Christ en gloire inscrit dans sa mandorle. Celle-ci repose sur un médaillon adjacent à l’extrados de la porte dans lequel se trouve l’Agnus Dei . Le long du registre supérieur du mur, le Collège apostolique se distribue de part et d’autre de la vision centrale. Au second registre se répartissent plusieurs scènes de l’Enfance, de chaque côté de la porte. Sur la droite se succèdent deux scènes de la vie de la Vierge : l’ Annonciation et l’épisode apocryphe des reproches de Joseph à sa femme. C’est à gauche qu’apparaissent les Rois mages au moment de leur voyage vers Bethléem et de leur adoration, les deux épisodes étant condensés en un seul tableau : à gauche, les trois Rois chevauchent derrière l’étoile placée au-dessus du Christ et à droite, deux d’entre eux sont en adoration. Ces derniers ont franchi un haut édicule circulaire figurant Bethléem. Le premier s’agenouille devant le Christ et lui tend son offrande contenue dans un large bol. Le second, debout, élève la même offrande en direction de l’étoile. Les trois Rois sont très semblables par leur physionomie mais un effort a été fait pour les distinguer par la couleur de leurs vêtements et de leurs chevaux dans un souci plastique. Tous trois portent de hautes couronnes rectangulaires comme dans plusieurs exemples anciens (Saint-Plancard, Saint-Aventin, Varenne-Bourreau,. La Vierge, voilée et nimbée est positionnée de trois quart sur un trône en bois et porte l’Enfant qui adresse un geste de bénédiction au premier mage. La scène a ainsi été fragmentée en deux instants : le voyage des trois cavaliers et l’Adoration des deux Rois, résumant à eux seuls l’instant de l’offrande (en aucun cas on ne peut considérer cinq mages différents). Au registre inférieur est exalté le sacrifice dans deux grands cadres placés de part et d’autre de la porte : à gauche, la Présentation au Temple et à droite, la Descente de Croix.

Nohant-Vicq, église Saint Martin, mur occidental du choeur
(Zairon, 2018, détail, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Ainsi, l’ensemble forme un véritable écran pictural à portée eschatologique. Le Christ en gloire et le Collège apostolique construisent une théophanie proche des visions deutéroparousiaque et cette dernière se voit complétée par l’Épiphanie des Mages, ces derniers s’approchant de la Vierge à l’Enfant mais également de l’Agneau intégré entre le sommet de la porte et la base de la mandorle du Christ. L’association des deux théophanies rappelle les fresques de Saint-Plancard, mais il n’est aucunement question ici de jugement. Les Mages, en marchant vers le Christ et vers l’Agneau, s’approchent de la porte menant au chœur. La vision eschatologique marque ainsi une frontière entre l’espace laïc de la nef et les fresques du chœur déclinant la vision du Royaume à travers divers épisodes : l’ Entrée du Christ dans la ville sainte , la parabole du pauvre Lazare, les séraphins, le prophète Isaïe contemplant le Christ en gloire sont autant de bribes de visions théophaniques. Les Mages accompagnent le regard du fidèle vers l’entrée de cet espace éminemment sacré, dont le cycle peint lui reste caché.

Remarque : Pour Marcia Kupfer (1993), la partition très claire de l’édifice et de son décor (le chœur et la nef) témoigne de l’agencement de certaines églises paroissiales du centre de la France dont la gestion est assumée par les moines bénédictins.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CROZET René, L’art roman du Berry, Paris, Leroux, coll. « Études d’art et d’archéologie », 1932, p. 334-337.
  • DESCHAMPS Paul, THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1951 , p. 99-102.
  • GRABAR André, NORDENFALK Carl, La peinture romane, Genève, Skira , 1958, p . 92-99. Hubert Jean, « Les peintures murales de Vic et la tradition géométrique », C.A., 1, 1945, p.77-88.
  • HUBERT Jean, « Vic », Caf : Bourges, 94, 1931, p. 556, 576.
  • JACOB Émile, Album de la grande fresque romane de Vic-sur-Saint-Chartier, d’après le relevé de M. Emmanuel Brune, La Châtre, A. Bourg, 1931.
  • KUPFER Marcia, « Les fresques romanes de Vicq : étude technique », B.M, 144, 1986, p. 99-132.
  • KUPFER Marcia, « Les fresques romanes de Vicq », Caf : Bas-Berry , 1 42, 1984 (1987), p. 337-342.
  • KUPFER Marcia, « Note sur des documents inédits concernant l’église de Saint-Martin de Nohant-Vicq (Indre) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 80, 1985, p. 21-38.
  • KUPFER Marcia, « Spiritual Passage and Pictorial Strategy in the Romanesque Frescoes at Vicq », A.B., 68 (1), 1986, p. 35-53.
  • KUPFER Marcia, Romanesque Wall Painting in Central France : the Politics of Narrative, New Haven-London, Yale University press, coll. « Yale publications in the history of art », 1993, p. 120-147, 193-198.
  • KUPFER Marcia, The Romanesque Frescoes in the Church of Saint-Martin at Nohant-Vicq , Ph.D., Yale University, 1982, Michigan, Ann Arbor, UMI, 1984.
  • TOUBERT Hélène (Dir.), Peintures murales romanes : Méobecq, Saint-Jacques-des-Guérets, Vendôme, Le Liget, Vicq, Thevet-Saint-Martin, Sainte-Lizaigne, Plaincourault, France. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Commission régionale Centre, Orléans, Association régionale pour l’étude du patrimoine, 1988, p. 50-64 et 96-107.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Nohant-Vicq, église Saint-Martin. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogk1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search