Varenne-Bourreau, Cne de Saint-Denis-d’Anjou, église Saint-Pierre

Varenne-Bourreau, Cne de Saint-Denis-d’Anjou (Mayenne, Pays de la Loire)

Édifice : église Saint-Pierre


  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : nef, mur nord et mur est.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : milieu du XIIe s. (datation incertaine).
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : mur est (mur diaphragme séparant le chœur de la nef, face occidentale) : Christ en gloire entouré de quatre anges (au-dessus de la porte), Descente de Croix et Résurrection des morts (à droite de la porte) ; mur sud , registre inférieur : saintes-femmes au Tombeau ; registre supérieur : La Cène ; partie gauche : effacée ; mur nord : Adoration des Mages .
  • identifiant Wikidata : Q22962419
  • identifiant Mérimée : Pa00109588

Varenne-Bourreau, église Saint-Pierre, mur diaphragme oriental
(cliché Maimponte, Marcel (restaurateur) © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés

Description : L’église Saint-Pierre de la Varenne-Bourreau conserve plusieurs campagnes picturales opérées entre le XII e et le XV e siècle. Une grande partie des peintures du XII e siècle a été mise à jour entre 1954 et la fin des années 1960. Ces découvertes concernent les fresques du diaphragme (Christ en gloire) et celle de la partie sud du même mur oriental de la nef ( Descente de Croix ) masquées et préservées jusqu’à leur découverte derrière un retable du XVII e siècle.

L’ Adoration des Mages occupe le mur nord de la nef et se prolongeait sur la partie nord du mur oriental de la nef (effacé). Ces peintures n’ont pas bénéficié des mêmes conditions de conservation que ses voisines et sont donc plus endommagées. Le cadre de l’Épiphanie se compose ici sur trois registres. Au sommet se déploie un horizon architectural figurant la cité de Bethléem, peuplée d’oiseaux à têtes humaines, de personnages (mutilés) et d’un animal (lion ?). En dessous, sous une double arcade soutenant la frise architecturale, deux Rois mages nous sont parvenus intégralement, le troisième est à moitié effacé sur le mur oriental. Un ange mutilé était placé derrière le cortège. Tous trois sont vêtus de longues tuniques couvertes d’un manteau agrafé sur l’épaule et coiffés de massives couronnes quadrangulaires (cf. Saint-Plancard et Saint-Aventin, Nohant-Vicq). La Vierge à l’Enfant, sur le mur oriental, a presque intégralement disparu. Une série de médaillons remplis de motifs zoomorphiques occupait le registre inférieur.

L’ Adoration des Mages dialogue avec les peintures du mur sud et, particulièrement, avec les saintes-femmes au Tombeau . Seules deux myrrhophores sont aujourd’hui visibles, mais une inscription placée sous l’une d’elle reste lisible : maria made(le)ne et au-dessus de la scène nam…dor mi tvr dvri . Les deux femmes sont accompagnées d’un vieillard dont l’identification pose problème. Pour Jean Taralon (1969), ce détail oriente son interprétation de la scène vers la Mise au Tombeau , le vieillard se rapportant pour l’auteur à Nicodème. La Cène vient en complément au registre inférieur (l’inscription jacobus est encore lisible). Ce condensé du cycle de la Passion et de Pâques trouve son tableau le plus important sur la partie sud du mur oriental avec la Descente de Croix . Le Christ mort sur une croix potencée monumentale est entouré de Joseph d’Arimathie, Marie, Nicodème, Jean, deux anges thuriféraires, et flanqué de la lune et du soleil. La Croix surplombe la Résurrection des morts (deux morts sortent de leurs tombeaux) alors qu’un ruban plissé couronne l’ensemble. Plusieurs inscriptions légendaient l’image mais elles sont pour la plupart illisibles (sur la Croix une trace d’inscription e…u , au sommet de la branche supérieure, ihs n(a)zar(e)nu(s) (r)ex(ju)de(o)rum , et les lettres lu sous la lune). Les deux sections de fresques des murs sud et nord se disposent autour d’un Christ en gloire entouré de quatre anges au sommet du diaphragme.

Les quelques vestiges du cycle peint restent cependant très éloquents. Autour de la porte ajourée dans le mur orientale de la nef se créait un dialogue entre l’Épiphanie et un cycle de Pâques, l’offrande des Mages se voyant ainsi accompagnée d’une réflexion sur l’Eucharistie ( La Cène ) et sur la résurrection de la chair ( saintes-femmes au Tombeau et Résurrection des morts ). Nous retiendrons particulièrement le parallèle très parlant dressé entre la procession des Mages portant leurs présents et celle des femmes portant les onguents, les deux groupes se dirigeant vers l’Orient, vers le Christ en gloire et vers l’entrée du chœur.

Varenne-Bourreau, église Saint-Pierre, Adoration des Mages
(cliché Prat, Thierry, 1976, © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • TARALON Jean, « Les peintures murales romanes de la Varenne-Bourreau », Revue de l’art, 4, 1969, p. 7-16.
  • DAVY Christian, La peinture murale romane dans les Pays de la Loire : l’indicible et le ruban plissé, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, coll. « Mayenne. Supplément, 10 », 1999, (part. p. 294-299).
  • THIBOUT Marc, « Découvertes de peintures à l’église de la Varenne-Bourreau, commune de Saint-Denis-d’Anjou (Mayenne), B.M., 127, 1969, p. 252-253.
  • DESCHAMPS Paul , THIBOUT Marc, La peinture murale en France : l’époque gothique, Paris , Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1963 , p. 62.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Varenne-Bourreau, Cne de Saint-Denis-d’Anjou, église Saint-Pierre. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjy


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search