Vals, église Notre-Dame, chapelle Saint-Michel

Vals (Ariège, Occitanie)

Édifice : église Notre-Dame, chapelle Saint-Michel


  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : église souterraine, abside à chevet plat, mur oriental, partie supérieure.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église prieurale rupestre.
  • Datation : fin XIe , premier quart du XIIe s.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : abside, mur oriental : Adoration des Mages ; voûte, tronçon oriental : Annonciation (rampant nord) : Nativité et Bain de l’Enfant (rampant sud) ; tronçon médian : portraits d’apôtres : Pierre et André (rampant nord), Philippe et Paul (rampant sud) ; tronçon occidentale : Maiestas Domini, séraphins, chérubins, archanges.
  • identifiant Wikidata : Q3580692
  • identifiant Mérimée : Pa00093933
Vals, église Notre-Dame, chapelle souterraine Saint-Michel (plan dans M. DURLIAT, 1969, p. 44)

Vals, église Notre-Dame, chapelle Saint-Michel, mur du chevet plat (état 2021)
(Tylwyth Eldar, 2021, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les peintures de la chapelle Saint-Michel de l’église Notre-Dame de Vals furent découvertes par l’abbé Durand et M. Stym-Popper (architecte des Monuments historiques) en 1956. Elles ont fait l’objet d’une restauration à la fin des années 1990 et en 2007. Le programme reprend le panel iconographique courant en Catalogne, cependant, le plan particulier de l’édifice obligea les peintres à adapter le décor aux contraintes architectoniques. La chapelle est étroite et pourvue d’une voûte en berceau compartimentée en trois pans par deux arcs doubleaux larges et saillants. L’ Adoration des Mages est peinte sur le mur oriental du chevet plat. Elle est dans l’ensemble très mutilée par l’ajout postérieur d’une fenêtre. Il est cependant encore possible de distinguer la tête de la Vierge, nimbée, inscrite dans une mandorle rouge. À gauche, en contrebas, seul le buste d’un des Mages a survécu, légendé « baltazar ». Les dommages sont importants et nous pouvons simplement remarquer que ce mage est coiffé d’un bonnet oriental. Entre ce personnage et la Vierge brille une large étoile légendée « stella » . Malgré le peu d’éléments qui nous sont parvenus, nous pouvons rapprocher la composition de celle des grandes Épiphanies absidales catalanes. En effet, si l’on en juge par l’espace alloué à Balthazar, on peut imaginer que ses deux compagnons occupaient la partie droite du mur, scindant ainsi la triade comme à Santa Maria de d’Àneu, à Santa Maria de Tredòs et à Santa Maria de Taüll. Remarquons également, comme dans ces derniers exemples, la mention du patronyme du mage et l’utilisation du costume italo-byzantin. Sur le premier tronçon de voûte, entre le mur oriental et le premier arc doubleau, se trouvent l’ Annonciation , sur le rampant nord (un ange en surplomb tient l’inscription missus angelus gabriel ad mariam virginem ) et, au sud, la Nativité en surplomb du Bain de l’Enfant (mutilé). Les deux scènes sont surplombées par deux anges en pied. Entre le premier et le second doubleau se succèdent les portraits d’apôtres, groupés par deux sur chaque rampant : saint Pierre et saint André au nord ( scs andreas, scs petrus ) , saint Philippe ( scs filipus ?) et saint Paul porteur du livre au sud. Sur le dernier segment de voûte, à l’entrée de l’édifice, le Christ en gloire est encadré du tétramorphe. Deux groupes de trois anges se trouvent de part et d’autre de la théophanie, chacun composé d’un séraphin ( s. serafim ), d’un chérubin ( s. cherubin ) et d’un archange. À gauche se tient Michel ( s. micael ), porteur de sa lance crucifère et du rouleau d’intercession que nous retrouvons dans un grand nombre d’absides catalanes. Alors que Gabriel aurait trouvé sa place à gauche, le second archange est légendé ( s. panta …), mention encore mystérieuse. Remarquons donc, dans le décor de la chapelle souterraine de Vals, l’intégration des Mages dans un panel iconographique issu de la tradition catalane. Le cycle peint dresse un parallèle très clair entre la théophanie deutéroparousiaque de la voûte (la présence des anges avocats donne à la vision un sens eschatologique) et l’Épiphanie évangélique du fond de l’abside, pour constituer une image globale interrogeant le fidèle sur son salut, dans une chapelle consacrée à l’ange psychopompe.

Vals, église Notre-Dame, chapelle Saint-Michel, mur du chevet plat, état avant 2000 (cliché CESCM)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p. 44-56.
  • BONNERY André, « Les sanctuaires associés de Marie et de Michel », CSMC, 28, 1997, p. 11-20.
  • BOUSQUET Jacques , « Le thème des archanges à l’étendard : de la Catalogne à l’Italie et Byzance », CSMC, 5, 1974, p. 7-27.
  • CASENAVE Annie, « Peintures murales romanes du Couserans et du comté de Foix », dans Pays de l’Ariège : archéologie, histoire, géographie, Actes du 16e congrès d’études de la Fédération des sociétés académiques et savantes, Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Foix, 28-30 mai 1960, Auch, F. Cocharaux, 1961 , p. 72-82.
  • Corpus des inscriptions de la France médiévale, 8, Ariège, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne, R. Favreau, J. Michaud et B. Mora (Éds .), Poitiers, CNRS, 1982, p. 26-29.
  • CZERNIAK Virginie, STOUFFS Jean-Marc, « Les peintures murales romanes de Notre-Dame de Vals. Nouvelles lectures à la lumière de la dernière campagne de restauration », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 68, 2008, p. 153-170.
  • DECOTTIGNIES Sylvie, Les peintures monumentales du XIe au XVIIIe siècle en Ariège, Midi-Pyrénées, Service régional de l’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Toulouse, Accord, coll. « Images du patrimoine, 231 », 2004, p. 17-19.
  • DESCHAMPS Paul, « Peintures murales préromanes et romanes récemment découvertes en France », CCM, 1 (2), 1958, p. 188-191.
  • DURAND J.-M., « L’église rupestre carolingienne de Vals (Ariège) », Bulletin de la Société méridionale de spéléologie et de préhistoire, 1962, p. 21-45.
  • DURAND J.-M., « Les fresques romanes de Vals », Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, 19, 1960-1961, p. 23-35.
  • DURLIAT Marcel, « L’église de Vals », Caf : Pays de l’Aude, 131, 1973, p. 404-415.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales d’Ariège », MHF, 115, 1981, p. 59-64.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139.
  • MESURET Robert, Les peintures murales du Sud-Ouest de la France du XI e au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guienne, Gascogne, Comté de Foix, Paris, Picard, 1967, p. 129-131.
  • OTTAWAY John, « Quelques observations sur les peintures murales de la région du Nord-Est des Pyrénées aux XIe et XIIe s. », Revue d’Auvergne, 106 (3), 1992, p. 225-242.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Vals, église Notre-Dame, chapelle Saint-Michel. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjx


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search