Targon, église Saint-Romain

Targon (Gironde, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Saint-Romain


Targon, église Saint-Romain (plan d’après E. GOUMARRE, 2009)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : chapiteau de la retombée nord de l’arc triomphal.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale sous la dépendance de l’abbaye Sauve-Majeure.
  • Datation : années 1130.
  • Intégration dans le programme iconographique : arc triomphal , chapiteau de la retombée nord : Adoration des Mages ; chapiteau de la retombée sud : Péché originel , combat entre un lion et un soldat.
  • identifiant Wikidata :Q15953931
  • identifiant Mérimée :Pa00083848

Targon, église Saint-Romain, abside, arc triomphal
(William Ellison, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
Targon, église Saint-Romain, chapiteau nord de l’arc triomphal, chapiteau de l’Adoration des Mages
(William Ellison, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Targon, église Saint-Romain, chapiteau nord de l’arc triomphal, Adoration des Mages
(William Ellison, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Targon, église Saint-Romain, chapiteau nord de l’arc triomphal, Adoration des Mages
(William Ellison, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’actuelle église de Targon est de plan très simple, composé d’une nef, d’un collatéral nord et d’un chœur en hémicycle. Il ne reste du plan roman que le chevet et la première travée du chœur, surélevés au XVI e siècle et remaniée au XIX e siècle, ainsi que le mur gouttereau sud et le portail. La première travée de la nef a subi d’importantes réfections entre 1877 et 1878 et s’est vu enrichie de plusieurs chapiteaux modernes. Le bas côté nord et la sacristie ont, quant à eux, été édifiés respectivement au XVI e et au XVII e siècle.

Concernant le décor du chœur, presque tous les chapiteaux des montants de fenêtres sont refaits et les restaurations affectent également les sculptures du portail. Les deux seuls chapiteaux intégralement authentiques et conservés in situ sont ceux des retombées de l’arc triomphal. Le chapiteau nord est celui de l’ Adoration des Mages. Les trois Mages y occupent la face principale (sud) et suivent un sens processionnel est-ouest. Ils sont tous trois barbus, de physionomie et d’apparence vestimentaire identique, et sont coiffés de bonnets coniques. Le premier s’incline devant le Christ alors que le second montre l’étoile. Remarquons les singuliers paniers dans lesquels les deux derniers mages portent leurs offrandes, que le dernier présente ostensiblement au spectateur. Sur la face occidentale (donnant sur la nef), la Vierge à l’Enfant voilée trône frontalement alors que l’Enfant, coiffé du nimbe crucifère, accueille de la main l’offrande du premier mage. Au-dessous du crochet à volutes surplombant le premier mage vient se loger une petite étoile à cinq branches. Le fond de la corbeille est garni d’acanthes, particulièrement derrière le trône de la Vierge.

Le chapiteau placé en regard de celui-ci, sur la retombée sud, se consacre au Péché originel . Adam et Ève y apparaissent nus, le sexe couvert d’une feuille. Ève occupe la face occidentale (en pendant à la Vierge à l’Enfant). Ses jambes sont croisées pour signifier son péché et elle porte sur ses épaules de longues nattes tressées. Elle cueille le fruit sur l’arbre, autour duquel s’enroule le serpent, alors qu’Adam semble déjà avoir consommé le fruit et porte sa main à la gorge. Sur la face orientale du même chapiteau, un soldat en arme combat un lion.

Dans le programme de l’arc triomphal, non seulement l’ Adoration des Mages , en regard du Péché originel , signifie l’humanité lavée de son péché par la reconnaissance de l’Incarnation mais, surtout, la Vierge est clairement présentée comme la nouvelle Ève. Les deux figures féminines apparaissent de part et d’autre de l’abside pour le spectateur placé dans la nef. En ce sens, le buisson d’acanthes vivifiant, croissant derrière le trône de la Vierge, répond à l’arbre de mort sur lequel Ève cueille le fruit : Marie, par sa maternité virginale, ouvre ainsi aux Mages le Paradis dont les portes ont été fermées par la mère pècheresse de l’humanité

Targon, église Saint-Romain, chapiteau nord de l’arc triomphal, chapiteau du péché originel
(William Ellison, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Targon, église Saint-Romain, chapiteau nord de l’arc triomphal, chapiteau du péché originel
(William Ellison, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Targon, église Saint-Romain, chapiteau nord de l’arc triomphal, chapiteau du péché originel
(William Ellison, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BRUTAILS Jean-Auguste, Les Vieilles églises de la Gironde, Bordeaux, Feret et fils, 1912 (rééd. Bordeaux, 2008), p.41-42.
  • FOUCHER Jean-Claude, Regaldo-Saint-Blancard Pierre, Léo Drouyn et le canton de Targon : Notes archéologiques commentées, Targon, Association pour la sauvegarde du patrimoine et de l’environnement du canton de Targon (A.S.P.E.C.T), 1993.
  • GOUMARRE Emmanuelle, « Étude de l’église de Targon : son architecture et sa sculpture », dans À la découverte de l’Entre-Deux-Mers : Targon , Targon, A.S.P.E.C.T, 2009, p. 351-379.
  • GUIHÉNEUC Aude, TOULOUSE Rémy, Le Patrimoine des Communes de la Gironde, Paris, Flohic, coll. « Le patrimoine des communes de France, 33 », 2001.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Targon, église Saint-Romain. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search