Saint-Restitut, église

Saint-Restitut (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : église


  • Médium : sculpture.
  • Support : frise.
  • Situation dans l’édifice : tour, frise.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages ?
  • Datation : XIe s-XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : frise de la tour occidentale , face ouest : Christ en gloire, agneau mystique, plusieurs personnages en adoration, Adoration des Mages ?, processions de personnages porteurs d’offrandes (saints martyrs ? pèlerins ?), d’autres personnages porteurs de bâtons de pèlerins, symboles des évangélistes ; sur les autres faces , fragments de zodiaque, scènes quotidiennes (chasse, artisanat, agriculture), scènes violentes et motifs zoomorphies familiers, exotiques (éléphants) et fantastiques, scènes canoniques : Péché Originel.
  • identifiant Wikidata : Q182989
  • identifiant Mérimée : Pa00117059

Saint-Restitut, église, frise de la “tour funéraire”, tronçon occidental, Adoration des Mages ?

Description : La tour dite « tour funéraire », adossée à l’église de Saint-Restitut, conserve en son sous-sol les reliques de saint Restitut, faisant de l’église un important lieu de pèlerinage. Elle est décorée, dans sa partie supérieure, d’une étonnante frise à peine visible du sol, courant sur ses quatre murs. Le caractère fruste de sa facture et le désordre apparent des scènes ont désorienté les auteurs tant au niveau de son interprétation que de sa datation. Un remaniement du programme sculpté au moment du rehaussement de la tour au XII e siècle n’est pas à exclure. De même, rien ne permet d’affirmer que la frise soit actuellement à son emplacement d’origine.

Le programme ne semble pas suivre de cohérence, à l’exception de la face occidentale de la tour où se trouve un Christ en gloire vers lequel convergent plusieurs processions de personnages porteurs de palmes ou de bâtons. Il s’agit peut-être de saints martyrs ou, plus certainement, de pèlerins. C’est là que nous trouvons le relief de l’Épiphanie.

La Vierge, nimbée, trône de profil, les pieds reposés sur un haut tabouret. Elle présente l’Enfant non pas sur ses genoux, mais sur une estrade sur laquelle ce dernier se tient debout. Les Mages ne sont que deux, vêtus de tuniques courtes ceintes à la taille et dépourvues de leurs manteaux. Plus inhabituel encore, ils offrent tous deux leurs couronnes en guise de présents. Si plusieurs exemples nous montrent les trois Rois ôter leurs couronnes face au Christ (geste qui se démocratise surtout à partir du XIII e siècle), il est en revanche exceptionnel de les voir les offrir. Ainsi, au regard des nombreux autres personnages en action d’offrande sur cette frise, nous ne pouvons certifier que ces deux personnages soit bien des Rois mages.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BÉCHET Léon, Notice historique et descriptive de l’église romane de Saint-Restitut, Drôme, Paris, Les Amis de Saint-Restitut et du Tricastin, 1969.
  • BONNET Émile, « Les bas-reliefs de la tour de Saint-Restitut », Caf : Avignon, 76 (2), 1908 (1909), p. 251-274.
  • BONNET Émile, Les bas-reliefs de la tour de Saint-Restitut, Caen, Delesques, 1911.
  • HONORÉ LABANDE Léon, « Saint-Restitut », Caf : Avignon, 76 (1), 1908 (1909), p. 121-128.
  • JOUVE (chanoine), « Notice sur la chapelle funéraire monumentale et l’église romane de Saint-Restitut », B.M., 22 (2), 1856, p. 178-192.
  • MAÎTRE Léon , « La tour funéraire de Saint-Restitut », Revue de l’art chrétien, s. 5, t. 2, 1906, p. 361-369.
  • ROUQUETTE Jean-Maurice, Provence romane, 1. La Provence rhodanienne, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 40 », 1974, p. 123-136.
  • VERNET Félix, L’église de Saint-Restitut, Valence, Société d’archéologie de la Drôme, 1932.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 décembre 2021). Saint-Restitut, église. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjo


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search