Arles, église Saint-Trophime (cloître)

Arles (Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Édifice : église Saint-Trophime


Arles, Saint-Trophime, cloître (plan d’après P. ROUSSEAU, dans J. THIRION, 1976, p. 407)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie orientale.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode, Adoration des Mages et Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cloître de l’ancienne cathédrale, collège de chanoines réguliers de saint Augustin.
  • Datation : 1180-1190 (après l’édification de la façade).
  • Intégration dans le programme iconographique : (les numéros de chapiteaux sont donnés d’après le plan de J. Thirion , 1976 p. 407) : galerie orientale : cycle christologique (du nord au sud) : Annonciation, Visitation, Nativité et Bain de l’Enfant (chapiteau n° 26) ; Annonce aux Bergers (chapiteau n° 28) ; Juda portant la bourse (chapiteau n° 29) ; Christ à la colonne (chapiteau n° 30) ; bourreau (chapiteau n° 31) ; Massacre des Innocents (chapiteau no 32) ; Fuite en Égypte et Songe des Mages (chapiteau n° 33) ; Mages devant Hérode (chapiteau n° 34) ; saint Jean (chapiteau n° 35) ; Agnus Dei (chapiteau n° 36) ; personnification de l’Église ? (chapiteau n° 37) ; Adoration des Mages (chapiteau n° 38) ; Entrée à Jérusalem et Constantin à cheval (chapiteau no 39) ; Pentecôte (chapiteau no 40) ; Gamaliel (chapiteau n° 41) ; Lavement des pieds, Cène, Baiser de Juda (chapiteau no 42) ; Baptême du Christ, Trois tentations du Christ (chapiteau n° 44).
  • identifiant Wikidata : Q2979767
  • identifiant Mérimée : Pa00081139

Arles, cloître, galerie est et nord
(Bjs, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les galeries nord et est du cloître de Saint-Trophime datent incontestablement de la fin du XIIe siècle (les deux autres galeries, sud et ouest, sont gothiques et datées du XIVe siècle). Elles semblent avoir été élevées lors de deux campagnes proches dans le temps, relativement contemporaines de l’érection de la façade occidentale.

La galerie orientale est de peu postérieure à la galerie septentrionale et sans doute contemporaine, voire légèrement postérieure à la construction du portail. Elle se compose de trois travées de quatre arcades chacune, retombant sur une succession de colonnes jumelées coiffées de doubles chapiteaux. Tous les chapiteaux historiés coiffent les colonnes internes alors que ceux des colonnes externes sont, pour la plupart, corinthiens.

Le cycle christologique de la galerie suit un sens de lecture nord-sud, sans cohérence chronologique. Le cycle des Mages y est dispersé sur trois chapiteaux distincts.

Celui-ci commence par l’Adoration des Mages (chapiteau n° 38). Les trois Rois mages, tous trois couronnés, se suivent sur la face sud. Le premier s’agenouille à l’angle du chapiteau alors que le second montre au troisième l’étoile fleurie, placée sur l’une des tours crénelées flanquant le trône de la Vierge. Derrière eux, sur la face orientale, sont juxtaposés les trois chevaux richement harnachés. Sur la face occidentale trône la Vierge à l’Enfant, sous un dais architecturé aux angles duquel s’élèvent deux tours maçonnées et crénelées. La Vierge est voilée et nimbée alors que l’Enfant est tête nue. Sur la face nord, Joseph est endormi sur son fauteuil alors qu’un ange lui apparaît, intégré au-dessus des chevaux des Mages.

Galerie orientale, chapiteau n° 38
Adoration des Mages, Mages devant la Vierge à l’Enfant
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 38
Adoration des Mages, Songe de Joseph
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 38
Adoration des Mages, chevaux des Mages au repos
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)

Sur le second chapiteau (chapiteau n° 34), les Mages se présentent devant Hérode. Ils se tiennent debout, les uns derrière les autres, sur la face sud et, derrière eux, sur la face ouest, apparaissent encore les trois chevaux au repos. On remarque, derrière le troisième Mage, une petite figure agenouillée munie d’un glaive. Il s’agit de l’Armiger , l’écuyer d’Hérode introduisant les Mages dans le palais. Le souverain trône frontalement, muni d’un petit sceptre fleuronné. Il est suivi de trois de ses scribes consultant les écritures sur la face nord. Sur cette même face, un quatrième personnage prend soin des chevaux des Mages.

Galerie orientale, chapiteau n° 34
Mages devant Hérode, Mages devant le roi
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 34
Mages devant Hérode, chevaux de Mages et Armiger agenouillé
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 34
Mages devant Hérode, scribes
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 34
Mages devant Hérode, scribes et chevaux des Mages
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)

Sur le dernier chapiteau (chapiteau n° 33) intervient le Songe des Mages qui constitue une scène annexe de la Fuite en Égypte. Sur la face occidentale, les trois Rois mages, encore coiffés de leurs couronnes, sont superposés sur une même couche et sous une même couverture. Dans la partie supérieure, l’ange leur apparaît alors que seul le premier mage (le plus âgé) semble éveillé par l’apparition céleste. La Fuite en Égypte occupe les trois autres faces du chapiteau : Marie est assise frontalement, avec l’Enfant, sur le dos de l’âne (face occidentale) ; la sage-femme fouette la croupe de l’animal (face nord) ; un ange apparaît à Joseph (sud) placé en tête de cortège.

Galerie orientale, chapiteau n° 33
Songe des Mages, Mages endormis et Joseph fuyant vers l’Égypte
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 33
Songe des Mages, Mages endormis et ange du songe
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)
Galerie orientale, chapiteau n° 33
Fuite en Égypte
(cliché M.B., 2013, CC BY-SA 4.0)

Plusieurs remarques s’imposent à la lecture de ce riche programme. La première concerne le désordre chronologique de l’ensemble et, particulièrement, de l’histoire des Mages, alors que l’agencement des chapiteaux de la galerie ne semble pas avoir été bouleversé. Nous remarquons en premier lieu que les tableaux des Mages devant Hérode et du Songe des Mages se trouvent dans la travée centrale de la galerie. En cela, elles font suite au cycle de l’Incarnation de la première travée nord, mais sont également réunies avec les événements funestes annonçant la Passion (Massacre des Innocents, Fuite en Égypte). La travée centrale est, par ailleurs, flanquée des chapiteaux de pilastres, aux sujets tout aussi significatifs : l’introduction du cycle de la Passion au nord (Juda, la Flagellation et un bourreau au nord) et l’exaltation du sacrifice eucharistique au sud (Agnus Dei et de ce qui pourrait être une personnification de l’Église). Les Mages devant Hérode et le Songe, réunis dans la travée centrale, évoquent donc les troubles de l’Enfance du Christ. Au contraire, l’Adoration a été isolée dans la travée sud avec d’autres scènes victorieuses : l’Entrée à Jérusalem , doublée d’un portrait de Constantin en cavalier, et la dispersion des Apôtres après la Pentecôte. Le jour des rameaux et l’Adoration des Mages sont ainsi étroitement liés. Le premier évoque la reconquête du Royaume par le Christ en tant que roi des Juifs légitime, que vient appuyer le portrait équestre de Constantin piétinant ses ennemis. La seconde évoque l’entrée des nations dans ce même Royaume. Rappelons que nous trouvons la même association entre l’Adoration des Mages et l’Entrée à Jérusalem non loin de l’église Saint-Trophime, sur le portail nord de la façade de l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard (voir article Saint-Gilles-du-Gard). De même, sur le chapiteau de l’Adoration, remarquons l’association de l’Épiphanie et du Songe de Joseph , que nous retrouvons sur les tympans de Saint-Gilles (voir article Saint-Gilles-du-Gard), de Montfrin (voir article Montfrin), de Parme (voir article Parme) et originellement, sur celui de Notre-Dame des Pommiers de Beaucaire (voir article Beaucaire).


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • KLEIN Peter K., « Topographie, fonctions et programmes iconographiques des cloîtres : la galerie attenante à l’église », dans Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion and Programm, P. K. Klein (Éd.) , Actes du colloque international, Der mittelalterliche Kreuzgang, 11-13 juin 1999, Tübingen , Regensburg, Schnell-Steiner, 2004, p. 113-131 (part. p. 126-130).
  • LABANDE Léon Honoré, « Arles », Congrès archéologiques de France : Avignon, 76 (1), 1909 (1910), p. 213-225.
  • LABANDE Léon Honoré, « Étude historique et archéologique sur Saint-Trophime d’Arles du IVe au XIIIe siècle », Bulletin monumental, 67, 1903, p. 559-597.
  • LABANDE Léon Honoré, L’église Saint-Trophime d’Arles, Paris, Henri Laurens, coll. « Petites monographies des grands édifices, 57 », 1930.
  • ROUQUETTE Jean-Maurice, « Saint-Trophime d’Arles », dans Provence romane, 1. La Provence rhodanienne, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 40 », 1974, p. 265-352 (part. p. 296-303).
  • STODDART Whitney, The façade of Saint-Gilles-du-Gard, Middletown, Wesleyan university press, 1973, p. 199-297.
  • THIRION Jacques, « Saint-Trophime d’Arles », Congrès archéologiques de France : Pays d’Arles, 134, 1976, p. 361-479.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (1 juin 2020). Arles, église Saint-Trophime (cloître). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggo


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search