Saint-Plancard, chapelle Saint-Jean-des-Vignes

Saint-Plancard (Haute-Garonne, Occitanie)

Édifice : chapelle Saint-Jean-des-Vignes


Saint-Plancard, chapelle Saint-Jean-des-Vignes (plan G. FOUET, dans M. DURLIAT, 1969, p. 33)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur de l’hémicycle.
  • Situation dans l’édifice : abside centrale, registre supérieur, pan sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : fin XIe-déb. XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : abside principale , centre : Majestas domini ; pan sud (de gauche à droite), registre supérieur : Adoration des Mages , Ascension , accueil des élus (?), damnés menés vers l’abîme ; sur deux registres : Crucifixion
  • identifiant Wikidata : Q22938485
  • identifiant Mérimée : Pa00094474

Saint-Plancard, chapelle Saint-Jean-des-Vignes, abside
(Antoine Garnier, 2017 CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les peintures de la chapelle Saint-Jean-des-Vignes de Saint-Plancard furent mises à jour en 1943. Dans leur état actuel de conservation, elles se limitent à l’abside et à l’absidiole méridionale. L’édifice n’étant pas voûté, le peintre a dû adopter une composition particulière en rassemblant l’ensemble de son programme dans la partie tournante de l’abside. Ainsi, une Majestas Domini qui aurait trouvé sa place sur un cul-de-four se retrouve au centre du mur de l’abside, légèrement décalée par rapport à l’axe ouest-est de l’édifice (entre la fenêtre axiale et la fenêtre nord). Le Christ apparaît trônant sur un traversin et bénissant, encadré des symboles des évangélistes. À droite, au registre supérieur (au-dessus de la fenêtre méridionale), les Rois mages se positionnent au plus près du Christ en gloire. Ils sont tous trois coiffés d’imposantes couronnes carrées et perlées et sont vêtus de chainses mi-longs couverts de longs manteaux agrafés sur l’épaule. Leurs vêtements sont de couleurs différentes pour rythmer efficacement la composition. Un détail attire l’attention : une croix grecque blanche, inscrite dans un cercle, est brodée sur l’habit du second mage au niveau de l’épaule. Devant eux, la Vierge à l’Enfant trône de trois quarts. Elle est voilée, nimbée et légendée de l’inscription santa maria . L’enfant arbore le nimbe crucifère et bénit son visiteur. Derrière le groupe se tient Joseph, nimbé, esquissant un geste d’exultation relativement rare. Un personnage énigmatique, nimbé et bénissant, fait face au spectateur derrière le groupe des Mages. Marcel Durliat (1983), propose d’y voir saint Jean-Baptiste, patron de l’édifice. La procession des Mages s’oriente vers deux scènes importantes placées sur deux registres et se confondant : l’ Ascension et une imposante Crucifixion en contrebas. Deux autres scènes, en partie effacées, se trouvent aux extrémités de l’abside. À gauche, un ange muni d’un long sceptre se tourne vers deux personnages nimbés, richement vêtus et marchant au-dessus d’une muraille crénelée. On peut y reconnaître l’accueil des élus dans la Jérusalem céleste. À l’extrême droite, une figure paraissant être un démon pousse un personnage vers l’abîme. Replacée dans son contexte, l’ Adoration des Mages se teinte d’une Adoratio Crucis évidente et d’une préfiguration de l’entrée des élus au Royaume. Aussi nous faut-il relever une nouvelle fois la croix brodée sur le vêtement du second mage : doit-on y voir un signe de conversion des nations, enfantées par la Vierge-Église et venant communier avec le sang du sacrifice du Christ en Croix ? Remarquons cependant que nous retrouvons les Mages porteurs de croix (cette fois sous forme de crucifix) à Saint-Martin-de-Fenollar, proche dans la tradition de Saint-Plancard. Cependant, à Fenollar, les trois Rois portent les croix au moment du retour, signe de leur conversion. En revanche, un autre exemple ancien, celui de Saint-Pierre-les-Église, nous montre les Mages porteurs de croix hastées et chevauchant vers la Vierge et vers le crucifié. L’utilisation de l’Épiphanie est donc très semblable dans ces deux édifices anciens. Enfin, nous pouvons également considérer l’idée que cette croix brodée sur le vêtement d’un roi marchant vers le crucifié soit une évocation des Croisades, en tenant compte de la datation haute des peintures de Saint-Plancard (fin XI e -déb. XII e ). Rien ne permet cependant de l’affirmer dans l’état actuel de nos recherches. Remarque : L’abside fut complétée plus tardivement, au XIII e siècle, par une série de scènes non identifiées dans sa partie inférieure.

Saint-Plancard, chapelle Saint-Jean-des-Vignes, abside, Adoration des Mages
(Antoine Garnier, 2017 CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p. 33.
  • COURTILLÉ Anne, « Les Majestés mariales dans la peinture monumentale à l’époque romane : signification, contexte et style. La Vierge à l’époque romane : culte et représentations », Revue d’Auvergne, 1, 1997, p. 71-89.
  • DESCHAMPS Paul, THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon , 1951, p. 60-62, 141-142.
  • DESCHAMPS Paul, THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1951 , p. 140-141.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139.
  • LAFFARGUE Jean, FOUET Georges, Peintures romanes, vestiges gallo-romains à Saint-Plancard (Haute-Garonne), Toulouse, E. Privat, 1948.
  • MESURET Robert, Les peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guienne, Gascogne, Comté de Foix, Paris, Picard, 1967, p. 133-135.
  • ROCACHER Jean, « La chapelle Saint-Jean des Vignes à Saint-Plancard », Caf : Comminges, Toulousain, 154, 1996, p . 151-158.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 décembre 2021). Saint-Plancard, chapelle Saint-Jean-des-Vignes. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjm


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search