Saint-Pierre-les-Églises, Cne de Chauvigny, église Saint-Laurent

Saint-Pierre-les-Églises, Cne de Chauvigny (Vienne, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Saint-Laurent de Saint-Pierre-les-Églises


Saint-Pierre-les-Églises, église Saint-Laurent, choeur (plan dans P. DESCHAMPS, M. THIBOUT, p. 40)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur d’abside.
  • Situation dans l’édifice : partie tournante de l’abside, pan nord.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode ?, Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Datation : X e-XIe siècle.
  • Intégration dans le programme iconographique : chœur , mur nord du chœur , registre supérieur : Crucifixion (longinus , maria magdalene) ; registre inférieur : Mages devant Hérode ? (très effacé) ; mur de l’abside , pan nord : Visitation (registre supérieur), Adoration des Mages (registre inférieur) ; pan sud : le Bain de l’Enfant et la Vierge de la Nativité (registre supérieur), lutte de Michel contre le dragon à sept têtes (Ap 12, 3-7) (registre inférieur), mur sud du chœur : scène effacée ; revers nord du mur occidental du chœur : Marie mère de Jacques (maria jacob …) ; revers nord du mur occidental du chœur : personnage anonyme.
  • identifiant Wikidata : Q22955874
  • identifiant Mérimée : Pa00105414

Saint-Pierre-les-Églises, église Saint-Laurent, abside, Adoration et Voyage des Mages
(Brunodumaine, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : La petite église de Saint-Pierre-les-Églises reste aujourd’hui encore de datation incertaine. L’édifice est de plan très simple, constitué d’une nef sans collatéraux terminée par un chœur à abside semi-circulaire séparée de la nef par un mur-écran ajouré d’une porte en berceau. C’est dans le chœur que les peintures ont été conservées, formant un cycle de huit tableaux répartis sur deux registres. Selon un sens de lecture nord-sud se succèdent ainsi Marie mère de Jacob ( maria jacob ) portant le linceul en référence à la visite au tombeau ; le Christ en Croix, sur le mur septentrional, accompagné de Longin ( longinus ), de Stephaton et de Marie-Madeleine ( maria magdalene ). La scène surplombe une figure royale habituellement identifiée comme celle d’Hérode renseignant les Mages. Sur la portion nord de la partie tournante de l’abside apparaît, au registre supérieur, la Visitation avec un nombre inhabituel d’acteurs (Élisabeth, Marie, deux servantes ? et Zacharie). Au registre inférieur, l’Épiphanie est partagée en deux épisodes distincts. À gauche, les trois Mages superposés chevauchent vers Bethléem. Ils portent des coiffes coniques s’apparentant à des casques et sont vêtus de costumes francs. Tels qu’ils apparaissent ici, les trois Mages ne sont pas orientaux, mais se rapportent au modèle carolingien et ottonien. Nous les retrouvons par exemple coiffés de façon semblable sur l’ Évangéliaire de Bernward (Hildesheim, trésor de la cathédrale, ms. 18, fol. 18 r.) ou sur le plat de reliure en ivoire de l’ Évangéliaire de Lorsch (Rome, Biblioteca Vaticana, Museo. Cristiano). Les longues lances que porte chacun d’eux confirmeraient l’idée d’un modèle impérial (cf. le Sacramentaire de Drogon , Paris, B.n.F, ms. lat. 9428, Initiale D, fol. 34 v., l’ivoire de Franckfort, Staadtbibliothek, Cod. Ausst. 68, et celui du musée des Beaux-Arts de Lyon, n o d’inv. L 403). Il est à noter cependant que les trois lances s’apparentent ici à de longues croix hastées. Dans la partie droite, les trois Mages apportent leurs offrandes à la Vierge à l’Enfant dans de larges plats concaves, selon un modèle ancien. Marie trône de profil, voilée et nimbée, assise sur un trône à haut dossier, alors que l’Enfant adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs.

Saint-Pierre-les-Églises, église Saint-Laurent, abside, Adoration et Voyage des Mages
(cliché M.B., 2008, CC BY-SA 4.0)

Dans la partie sud de l’abside, le cycle se poursuit avec le Bain de l’Enfant , la Vierge de la Nativité au registre supérieur et saint Michel terrassant le Dragon au registre inférieur (en parti effacé). Le tableau du mur sud du chœur, en regard de la Crucifixion , est malheureusement perdu. Enfin, un personnage non identifié se tient sur le revers sud du mur occidental.

Concernant l’usage qui est fait de l’Adoration dans l’agencement du décor, nous remarquerons la relation étroite que leur offrande entretient avec, d’une part, le Bain de l’Enfant , préfiguration du baptême vers lequel s’oriente la procession des Mages, mais également avec l’autel de l’église, derrière lequel se dressaient les peintures.

Le principal obstacle à l’analyse des peintures réside dans sa datation oscillant encore aujourd’hui entre le VIII e siècle (G. C. Macchiarella , 1974) et le XII e siècle (E. W. Anthony , 1951). Cependant, la plupart des auteurs préfèrent se positionner dans une fourchette chronologique plus restreinte, entre le IX e et le XI e siècle, à partir de la technique picturale et de l’analyse archéologique du bâti (P. Deschamps , 1950, 1951, 1952, 1954). Carol Heitz proposait une datation plus précise au X e siècle, sur une base épigraphique et sur une analyse iconographique qu’il rapproche de la naissance de l’Office de Pâques. Jean-René Gaborit (2005), sur une base stylistique, situait quant à lui les peintures au milieu du XI e siècle. Récemment, les résultats d’une analyse au carbone 14 exécutée par Bénédicte Palazzo-Bertholon, donnant une fourchette entre 782 et 984, n’ont pas permis de trancher le débat. D’après les remarques que nous pourrions apporter sur l’apparence des Mages, directement issue de l’art impérial franc (la présence des lances et l’étonnante ressemblance de leur costume avec la miniature de l’ Évangéliaire de Bernward ) et en replaçant ces peintures dans une optique globale de l’évolution visuelle du thème des Mages en occident (qui ne saurait constituer un argument définitif en raison du manque de précision que concède la reprise de modèles iconographiques), nous ne placerions pas l’exécution du décor après le milieu du XI e siècle.

Remarque : Il est à noter une liaison iconographique manifeste entre les Mages et Longin, vêtus du même costume, de la même coiffe et surtout, muni de la même lance cruciforme. Doit-on voir dans cette analogie une référence aux légendes prenant forme autour du porte-lance et de sa conversion au pied de la Croix (Évangile de Nicodème) ?


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANTHONY Edgar Waterman, Romanesque Frescoes, Princeton, Princeton university press, 1951, p.145.
  • BARRAL I ALTET Xavier, « Le décor monumental », dans Le paysage Monumental autour de l’an Mil, colloque international, CNRS, Hugues Capet, 987-1987, la France de l’an mil (1987), X. Barral i Altet (Dir.), Paris, Picard, coll. « La France de l’An mil », 1987, p.115-143.
  • BORCHARD Bernard (Dir.), Les peintures murales de Poitou-Charentes, Saint-Savin, Centre international d’art mural, 1993.
  • DESCHAMPS Paul, « Saint-Pierre-les-Églises », Caf : Poitiers, 109, 1951 (1952), p. 164-178.
  • DESCHAMPS Paul, « Les peintures du chœur de Saint-Pierre-les-Églises (Vienne) », Comptes-rendus des séances de l’année, Académie des inscriptions et Belles-Lettres, 94 (1), 1950, p. 33-44.
  • DESCHAMPS Paul, « Les peintures murales du chœur de Saint-Pierre-les-Églises en Poitou », Neue Beiträge Zur Kunstgeschichte des 1. Jahrtausends, 1 (2), 1954, p. 201-210.
  • DESCHAMPS Paul, « Peintures murales de l’époque carolingienne et du XIe siècle en France », dans Comptes-rendus des séances de l’année, Académie des inscriptions et Belles-Lettres , 95 (1), 1951, p. 98-106.
  • DESCHAMPS Paul , THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1951 , p. 38-45.
  • GABORIT Jean-René, « Peinture murale : Crucifixion », dans La France romane au temps des premiers Capétiens (987-1152), Catalogue d’exposition organisée au Louvre, 10 mars-6 juin 2005, Paris, Musée du Louvre Éditions, Hazan, 2005, p. 50-51.
  • HEITZ Carol, « Nouvelles interprétations de l’art carolingien », Revue de l’art , 1 (2), 1968, p. 104-113, part. p. 113.
  • HEITZ Carol, « Adoratio crucis : Remarques sur quelques crucifixions pré-romanes en Poitou », dans Mélanges E.-R. Labande, Études de civilisations médiévales (IXe-XIIe siècle), Poitiers, CESCM, 1974, p. 395-405.
  • HEITZ Carol, « De la liturgie carolingienne au drame liturgique médiéval, répercussions sur l’architecture religieuse du haut Moyen Âge et de l’époque romane », Bollettino del Centro internazionale di studio di Architettura Andrea Palladio, 16, 1974, p. 73-92, part. p.87.
  • LABANDE-MAILFERT Yvonnes, Poitou roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 5 », 1972 (1 ère éd. 1957), p. 43.
  • MACCIARELLA Gian Claudio, « Gli affreschi di Saint-Pierre-les-Églises », Annuario dell’istituto di storia dell’arte, 1973-74, Rome, 1974, p. 125-158.
  • PALAZZO-BERTHOLON Bénédicte, « Les peintures de Saint-Pierre-les-Églises sont-elles carolingiennes ? Le nouvel éclairage des datations au radiocarbone », Revue Historique du Centre-Ouest, 4, 2005, p. 335-349.
  • POULAIN PARIS Dominique, Les peintures murales de Saint-Pierre-les-Églises en Poitou, Thèse de doctorat, Université Paris X, 1981.
  • VERGNOLLE Eliane, « Les peintures carolingiennes de Saint-Pierre-les-Église », B.M., 146 (1), 1988, p. 49-50.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 décembre 2021). Saint-Pierre-les-Églises, Cne de Chauvigny, église Saint-Laurent. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjl


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search