Saint-Loup-de-Naud, ancienne prieurale église Saint-Loup

Saint-Loup-de-Naud (Seine-et-Marne, Île-de-France)

Édifice : Ancien prieuré, église Saint-Loup


Saint-Loup-de-Naud, église prieurale (plan dans F. SALET, 1933, p. 137)
  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte.
  • Situation dans l’édifice : portail du porche occidental, archivolte, base du segment droit, 2ème et 3ème voussures.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : prieurale, possession de l’abbaye bénédictine de Sens.
  • Datation : 1160.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan : Majestas Domini ; linteau : collège apostolique et la Vierge en trône ; archivolte interne : cohorte angélique en adoration et Agnus Dei (voussoir de clé) ; deux archivoltes externes : Enfance du Christ et hagiographie de saint Loup ; moitié nord : (de gauche à droite) : Annonciation et Visitation (base des voussures), saint Loup emprisonne le démon dans un vase, saint Loup guérit un aveugle, saint Loup baptise le duc païen Bosonis, saint Loup ouvrant les portes de Saint-Aignan d’Orléans par la prière, saint Loup célèbre la messe, scène non identifiée ; moitié sud (de droite à gauche) : Mages devant Hérode (base des voussures), un homme dans une cloche et une musicienne (transport de la cloche de Saint-Étienne par Clotaire ou sauvetage de Sens des armées de Clotaire), une femme dans une église, saint Loup et un assistant en contemplation de l’autel, une femme couchée et un berger avec un bélier, une femme portant un livre et un musicien, une femme en prière, personnage couché, homme tenant un bouc et un bâton, une femme et deux personnages ; voussoirs de clef de trois voussures (de l’intérieur vers l’extérieur) : Agnus Dei , Dextre divine , anges porteurs de phylactères ; statues-colonnes , jambage gauche : prophète, reine (Reine de Saba ?), Paul ; jambage de droite : Pierre, roi (Salomon ?), personnage nimbé ; trumeau : saint Loup ; c hapiteau du trumeau : messe miraculeuse de saint Loup ; chapiteaux des ébrasements : griffons et oiseaux affrontés (gauche), animaux fantastiques, harpies, chimères.
  • identifiant Wikidata : Q14551314
  • identifiant Mérimée : Pa00087270

Saint-Loup-de-Naud, prieurale, portail occidental
(Bresson58, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Entre 1160 et 1161, l’archevêque de Sens fait don des reliques de saint Loup au prieuré de Saint-Loup-de-Naud et c’est sans doute à cette époque que fut élevé le portail du porche occidental. Ce dernier se compose d’un tympan accueillant une Majestas Domini , posé sur un linteau occupé par le collège apostolique au centre duquel Marie, sculptée sur un bloc autonome légèrement projeté en avant, trône sans l’Enfant. L’ensemble est encadré par trois archivoltes historiées. Sur la voussure interne, des anges thuriféraires se rejoignent vers l’Agnus Dei sculpté sur la clef. Les deux voussures externes font apparaître à leur base trois scènes de l’Enfance : à gauche l’ Annonciation et la Visitation et à droite les Mages devant Hérode. Sur le reste des archivoltes se déploie une vaste hagiographie de saint Loup. L’ensemble repose sur six statues-colonnes regroupées par trois de part et d’autre de la porte. On peut reconnaitre avec certitude, au plus près de la porte, saint Paul à gauche et saint Pierre à droite. Nous trouvons sur les autres un roi, une reine (Salomon et la Reine de Saba ?), un prophète et un personnage nimbé, tête nue.

Concernant l’histoire des Mages, il est curieux que seule l’audience devant Hérode ait été choisie dans le cycle de l’Épiphanie, privant ainsi les Mages de leur Adoration (le portail ne comporte aucun manque ni mutilation importante). Les Rois mages, couronnés et munis de bâtons de pèlerins, se tiennent debout l’un derrière l’autre devant Hérode. Ce dernier, en trône, les jambes croisées, leur tourne le dos. Il faut sans doute envisager l’utilisation de cette scène dans le prolongement de l’hagiographie de saint Loup. En effet, le premier évêque de Sens a eu, au cours de sa vie, de nombreuses occasions de défier le pouvoir royal. Or, nous en trouvons un exemple juste au-dessus de la visite des Mages à Hérode : un homme dans une cloche évoque la réquisition par Clotaire des cloches de Saint-Étienne de Sens pour leur transport à Paris. La cloche possédait en effet un son unique, qu’elle perdit immédiatement en franchissant les portes de la ville, ce qui obligea le roi à les remettre en place.

Saint-Loup-de-Naud, prieurale, archivolte du portail occidental (détail), Mages devant Hérode
(Pierre Poschadel, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BOURQUELOT Félix , « Notice historique et archéologique sur le prieuré de Saint-Loup-de-Naud », Bibliothèque de l’École des chartes, 1840-1841, p . 244-271.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle, Mâcon, Protat frères, 1960, p. 132-138.
  • LEFÈVRE-PONTALIS Eugène, « L’église de Saint-Loup-de-Naud », Caf : Troyes-Provins, 69, 1902, (1903), p. 82-85.
  • MAINES Clark, « Saint-Loup-de-Naud, résumé d’une monographie et quelques observations nouvelles », Provins et sa région, 136, 1982, p. 49-68.
  • MAINES Clark, The Western Portal of Saint-Loup-de-Naud, Ph.D., Pennsylvania State University, 1979, New York, Garland, Outstanding dissertations in the fine arts, 1979.
  • PRACHE Anne, Île-de-France romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 60 », p. 387-393.
  • PRESSOUYRE Léon, « Réflexions sur la Sculpture du XIIème siècle en Champagne », Gesta, 9 (2), 1969 (1970), p. 16-31.
  • ROBLOT-DE-LONDRE Louise, « Notes sur l’église de Saint-Loup-de-Naud », Revue archéologique, 1929, p. 58-63.
  • ROBLOT-DE-LONDRE Louise, « Saint-Loup-de-Naud », Monuments et Mémoires publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Fondation Eugène Piot, 21, 1913, part. p. 4-36.
  • ROHDE Martin, « Innovative Portalskulptur im Umkreis des Chartreser Portail Royal », Zeitschrift für Kunstgeschichte, 71 (3), 2008, p. 270-320.
  • SALET Francis, « Saint-Loup-de-Naud », B.M., 92, 1933, p. 156-168.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, Flammarion, 1972, p. 75.
  • ZWEIFEL Stéphanie , « Les campagnes romanes du prieuré de Saint-Loup-de-Naud », GBA, 131, 1998, p. 53-70.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 décembre 2021). Saint-Loup-de-Naud, ancienne prieurale église Saint-Loup. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjj


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search