Saint-Lizier, cathédrale Saint-Lizier

Saint-Lizier (Ariège, Occitanie)

Édifice : cathédrale Saint-Lizier


Saint-Lizier, cathédrale Saint-Lizier (plan dans M. DURLIAT, 1961, p. 111)
  • Médium : fresque.
  • Support : arcade aveugle.
  • Situation dans l’édifice : abside, registre inférieur, arcades aveugles, portion nord.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Voyage des Mages ? (scène effacée).
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1060-1080 (attribué au maître de Pedret), avant 1117.
  • Intégration dans le programme iconographique : abside , registre inférieur (de gauche à droite) : scène disparue (Voyage des Mages ?), Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Annonciation , Visitation , Nativité ? ou Bain de l’Enfant ? (scène à demi effacée) ; second registre : Collège apostolique ; voûte : Majestas Domini (XIVe siècle).
  • identifiant Wikidata : Q2942375
  • identifiant Mérimée : Pa00093909

Saint-Lizier, Ancienne cathédrale, vue de l’abside
(Prost.photo, 2008, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les peintures de la cathédrale de Saint-Lizier ont été découvertes en 1960 et restaurées de 1963 à 1965 puis en 1987. Le cycle peint au XI e siècle a survécu sur les deux registres inférieurs du mur du chœur et sur une partie du mur sud. Le Christ en majesté dans une mandorle quadrilobée recouvrant le cul-de-four est quant à lui un ajout gothique tardif du XIV e siècle.

Sous les arcatures aveugles du registre inférieur de l’abside se succédaient six scènes du cycle de l’Enfance réparties de part et d’autre de la fenêtre axiale et de la cathèdre épiscopale qu’elle surplombe. Sur la portion gauche se succédaient trois scènes. La première a disparu. Elle était suivie des Mages devant Hérode et de l’ Adoration des Mages. On peut donc penser que la scène disparue évoquait d’une manière ou d’une autre le Voyage des Mages pour constituer ainsi le premier volet d’un triptyque consacré à l’Épiphanie. Les deux scènes subsistantes de l’histoire des Mages sont très détériorées, effacées aux deux tiers, et ne nous permettent pas une étude approfondie. De l’audience au palais ne reste que trois Mages (seuls les deux premiers sont entiers) alors qu’Hérode se laisse à peine deviner sur son trône. De même, seuls deux mages de l’Adoration sont encore lisibles. Ils s’approchaient de la Vierge à l’Enfant, surmontée d’un arc. Seul le nimbe témoigne encore aujourd’hui de la présence de Marie. Remarquons à ce propos que la Vierge de l’Annonciation , symétrique à celle de l’Adoration par rapport à la fenêtre axiale, est inscrite sous une arcade semblable.

Ces maigres indices nous permettent cependant de remarquer que, conformément aux codes de la peinture monumentale du XI e siècle, les Mages sont orientaux. Plus précisément, ils portent la coiffe tronconique du modèle italo-byzantin. Ce détail vestimentaire abonderait dans le sens d’une attribution au Maître de Pedret, auteur des fresques absidales de Santa Maria d’Àneu et de celles de Tredós où la même typologie est présente.

Dans la portion droite de l’abside se succèdent les scènes de l’ Annonciation , de la Visitation et de la Nativité (tronquée à moitié) dont le sujet principal paraît être le Bain de l’Enfant. Au registre supérieur se déploie le collège apostolique dont huit portraits d’apôtres en pied subsistent aujourd’hui, intégrés par couples sous chaque arcade. Les quatre figures manquantes se trouvaient sous les deux arcs externes et ont disparu en même temps que les scènes de l’Enfance qu’elles surplombaient. Chaque apôtre tient un phylactère excepté Pierre et Paul, placés de part et d’autre de la fenêtre centrale, et portant respectivement les clefs et un codex. La succession de portraits en pied ne se limitait pas à la seule abside et devait se poursuivre sur les murs latéraux du chœur. Il ne reste que trois figures sur le mur sud : l’une couronnée et les deux autres porteuses de phylactères. Le collège apostolique se trouvait ainsi complété sur chaque mur par une procession de rois et de prophètes vétérotestamentaires.

Entre le registre de l’Enfance et celui des apôtres, une frise constituée de portraits de jeunes femmes en buste, groupés par trois sous chaque arc, semblait également se poursuivre sur les murs du chœur. Leur identification n’est pas établie mais John Ottaway (1992) pense reconnaître les Filles de Jérusalem. Au registre supérieur, chaque arc est orné d’une grecque précieusement exécutée. Enfin, aux écoinçons de chaque arc, un masque humain a été peint, flanqué de motifs en goutes trop effacés pour être décrits.

Le programme se concluait sans aucun doute par une vision glorieuse du Christ ou de la Vierge sur le cul-de-four. Elle a été remplacée par un Christ en gloire peint dans une mandorle quadrilobée au XIV e siècle. Le programme, dans sa globalité, revêt une forte portée ecclésiale. Nous concernant, remarquons en premier lieu le désordre prémédité des scènes de l’Enfance et l’importance, dans leur ordonnancement, de l’axe de symétrie traversant longitudinalement l’abside et passant par la fenêtre axiale. Toutes les scènes du cycle des Mages ont été regroupées à gauche alors que l’ Annonciation , la Visitation et la Nativité se regroupent à droite, faisant ainsi dialoguer deux triptyques cohérents de part et d’autre de la fenêtre d’axe. En ce sens, John Ottaway (1994) a tenté d’établir un système de connexions transversales à l’espace de l’abside entre chaque scène. La démonstration est convaincante, mais remarquons pour notre part qu’il est d’usage de regrouper thématiquement les scènes de l’Enfance, l’Adoration faisant ainsi souvent face à une déclinaison du mystère de l’incarnation (ici les deux scènes de l’Avent et la Nativité ). À Saint-Lizier, il faut également noter la flagrante symétrie entre la Vierge de l’ Annonciation , l’instant du fiat où Marie devient le tabernacle, et le celle du Trône de Sagesse de l’Adoration présentant Marie comme la Vierge-Église, la nouvelle Ève enfantant les nations chrétiennes. La valeur ecclésiale est renforcée par la mise en dialogue de Pierre et de Paul autour de la fenêtre d’axe. Toutes ces scènes se polarisent donc sur l’autel lorsqu’elles sont observées de la nef, l’offrande des Mages devenant ainsi un modèle d’offrande eucharistique. Cependant, cette remarque n’explique qu’en partie la composition du décor. En effet, les deux figures fondamentales de l’Église (Pierre et Paul) se tenaient de part et d’autre de la cathèdre épiscopale, faisant de l’évêque une figure terrestre investie de l’autorité de l’Église apostolique. La procession des Mages s’orientait donc vers la Vierge-Église, mais également vers le point nodal de la mise en scène du pouvoir de l’évêque. Nous retrouvons un usage semblable de l’offrande des Mages dans la scénographie des chapiteaux de l’abside de Saint-Jean de Lyon.

Ce décor est le plus souvent attribué au Maître de Pedret, auteur des peintures catalanes de Santa Maria d’Àneu exécutées à la fin du XI e siècle ou au début du XII e siècle. Cependant, l’étude minutieuse de John Ottaway (1992 et 1994) demande à reculer cette datation entre 1060-1080 pour les peintures de Saint-Lizier, ce qui fragilise l’attribution habituelle.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AINAUD DE LASARTE Joan , La peinture catalane 1. La fascination de l’art roman , Genève, Skira, coll. « Peinture, couleur, histoire, 1989 », 1989, p. 68-70.
  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p. 109-146.
  • CAZENAVE Annie, « Peintures murales romanes du Couserans et du comté de Foix », dans Pays de l’Ariège, archéologie, histoire, géographie, Actes du 16 e congrès d’études de la fédération des sociétés académiques et savantes, Languedoc, Pyrénées, Gascogne. Fois, 28-30 mai 1960, Paris, CNRS, 1960, p. 77-82.
  • CAZENAVE Annie « Une découverte de fresques romanes dans les Pyrénées », Jardin des Arts, 131, 1965, p. 75-77.
  • CAZENAVE Annie, « Découverte d’un ensemble de fresques romanes et peintures gothiques dans la cathédrale de Saint-Lizier (Ariège), son intérêt pour la connaissance de l’art de la fresque dans les Pyrénées françaises et espagnoles », dans Actes du 89e Congrès national de Sociétés savantes, Lyon, 1964, Section d’archéologie, Paris, Bibliothèque nationale, 1965, p. 343-345.
  • DECOTTIGNIES Sylvie, Les peintures monumentales du XIe au XVIIIe siècle : Ariège , Midi-Pyrénées. Service régional de l’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Toulouse, Accord, coll. « Images du patrimoine, 231 », 2004, p. 12-15.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26, 1983, p. 123-125.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales de l’Ariège », MHF, 115, 1981, p. 59-61.
  • MESURET Robert, Les peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guienne, Gascogne, Comté de Foix , Paris, Picard, 1967, p. 129-131.
  • OTTAWAY John, « Entre le Couserans et le Pallars sobira : peinture murale et réforme en moyenne montagne. État d’une recherche sur les peintures de Saint-Lizier », dans Vivre en moyenne montagne, L. Pessouyre (Dir.), Actes du 117 e congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, oct. 1992, Paris, CTHS, 1995, p. 325-280.
  • OTTAWAY John, « La Vierge, racine de l’église : l’exemple de Saint-Lizier », CSMC, 25, 1994, p. 129-159.
  • OTTAWAY John, Entre Adriatique et Atlantique : Saint-Lizier au premier âge féodal, catalogue d’exposition, Saint-Lizier, 1994, Saint-Lizier, Office du tourisme de Saint-Lizier, 1994 .
  • SURCHAMP Angelico , « Les fresques romanes du chœur de la cathédrale de Saint-Lizier », Zodiaque : cahiers de l’Atelier du Coeur-Meurtry, 56, 1963, p. 2-8.
  • SUREDA Joan, La pintura románica en Cataluña, Madrid, Amianza, coll. « Alianza Forma, 17 », 1981, cat. no 14, p. 284-285.
  • TOUBERT Hélène, « Peinture murale romane. Les découvertes des dix dernières années : fresques nouvelles, vieux problèmes, nouvelles questions », Arte Medievale, 2 (1), 1987, p. 127-162.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 décembre 2021). Saint-Lizier, cathédrale Saint-Lizier. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogji


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search