Saint-Ignat, église Saint-Ignat

Saint-Ignat (Puy de Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : église Saint-Ignat

 


  • Édifice d’origine : église de Saint-Ignat.
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : linteau remployé à l’intérieur de l’édifice, dans la maçonnerie du mur sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice :
  • Datation : 1ère moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : linteau (de gauche à droite) : Adoration des Mages , Descente de Croix , saintes-femmes au Tombeau.
  • identifiant Wikidata : Q41793934
  • identifiant Palissy de l’œuvre : PM63000871

Saint-Ignat, église Saint-Ignat, linteau remployé, Adoration des Mages, Descente de Croix, saintes-femmes au Tombeau (cliché Z. ŚWIECHOWSKI, 1973, fig. 129)

Description : Le linteau en bâtière de l’église Saint-Ignat n’a été que très peu étudié. Il présente pourtant un agencement iconographique peu répandu. Dans la partie gauche, les trois Rois mages, tous trois couronnés et barbus, sont en adoration, le premier s’étant respectueusement agenouillé devant le Christ. Contrairement au linteau d’Authezat et celui de Notre-Dame-du-Port, les trois Rois ne sont pas accompagnés de leurs montures (la pièce a pu cependant être retaillée lors de son remploi).

La Vierge à L’Enfant trône de face au centre de la composition et l’Enfant reçoit l’offrande du premier mage en y répondant par un signe de bénédiction. Un rinceau végétal semble se déployer derrière le premier roi mage alors que, comme à Clermont-Ferrand, l’étoile est placée sous la corniche supérieure du linteau.

Si la composition de l’offrande des Mages reste classique, à l’exception du rinceau végétal que franchit le premier mage, les deux autres scènes avec lesquelles elle partage l’espace sculpté sont d’un intérêt certain. Derrière la Vierge et son fils intervient la Descente de Croix . Le relief est ici très endommagé mais le buste du Christ flanqué de deux anges thuriféraires reste perceptible. Marie tient la main de son fils, Joseph d’Arimathie supporte le poids du corps de Jésus alors que Nicodème retire les derniers clous (il ne reste que la main du saint et sa tenaille). Zygmunt Świechowski (1973) a vu dans cette scène une reprise de l’iconographie espagnole (présente à San Isidoro de León et dans la cathédrale de Pampelune). Un autre personnage placé à droite (saint Jean ?), croise les mains en signe de prière. L’extrême droite du linteau nous montre le tombeau vide à l’intérieur duquel brillent deux lampes. Au-dessus, trois soldats sont endormis alors que sur la gauche s’approche l’une des femmes myrrhophores.

Un parallèle iconographique intéressant est ainsi dressé entre l’offrande des Mages et celle des saintes-femmes, mettant ainsi en relation deux instants théologiques fondamentaux : l’annonce faite aux hommes de l’Incarnation et celle de la Résurrection, soit un parallèle entre le temps de Noël et celui de Pâques. Or, les deux épisodes se disposent symétriquement par rapport au corps sacrifié du Christ : autour de la Croix présentant le corps sacrificiel se dispose donc le corps incarné, à gauche, et le corps ressuscité à droite. Une thématique eucharistique évidente émane de ce linteau (renforcée par le tombeau figuré comme un tabernacle) comme cela était déjà le cas à Authezat et, de façon plus fine, à Notre-Dame-du-Port.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ŚWIECHOWSKI Zygmunt, Sculpture romane d’Auvergne , Clermont-Ferrand, G. de. Bussac, coll. « Le Bibliophile en Auvergne, 16 », 1973, p.154-155.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 décembre 2021). Saint-Ignat, église Saint-Ignat. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search