Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles

Saint-Gilles-du-Gard (Gard, Occitanie)

Édifice : Abbatiale Saint-Gilles


Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, premières travées occidentales (plan d’après R. HAMANN, dans H. HENSEN, 2008)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail latéral nord, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine rattachée à Cluny en 1077.
  • Datation : dernière datation : 1170-1180 (voir H. HANSEN, 2006) (auparavant daté entre 1140-1150 ou 1180-1190)
  • Intégration dans le programme iconographique : portail nord , tympan : Adoration des Mages , Songe de Joseph ; linteau et ébrasements : Entrée du Christ à Jérusalem ; portail sud , tympan : Crucifixion ; frise de l’ébrasement gauche : Noli me tangere , Onction de Béthanie ; linteau : achat des onguents par les saintes-femmes, saintes-femmes au Tombeau ; frise d’ébrasement droit : annonce des saintes-femmes aux apôtres et apparition du Christ aux apôtres ; portail central , tympan (disparu) ; frise de l’architrave : paiement de Juda (à gauche), Christ chassant les marchands du Temple ; ébrasement gauche : Résurrections de Lazare , Annonce du reniement de Pierre ; linteau : Lavement des pieds , La Cène et épisode non identifiée ; ébrasement droit : Arrestation du Christ ; frise de l’architrave de droite : Reniement de Pierre , Christ devant Pilate, Flagellation , Portement de Croix ; statues des jambages et des ébrasements : statues d’apôtres en pied , à gauche (de l’extérieur vers l’intérieur) : Matthieu, Barthélémy, Thomas, Jacques le Mineur, Jean, Pierre ; à droite (de l’intérieur vers l’extérieur) : Jacques le Majeur, Paul, quatre apôtres anonymes ; statue à gauche du portail nord : Michel terrassant le Dragon ; statue à droite du portail sud : lutte de trois archanges et de trois démons ; massifs avancés du porche , massif de gauche : Meurtre d’Abel par Caïn , Sacrifice d’Abel et Caïn ; massif de droite : Centaure chassant un cerf, Samson, lionne allaitante, Balaam sur son ânesse ; Socle de la double colonne de gauche : motifs zoomorphiques ; socle de la double colonne de droite : David jouant de la harpe, David tuant Goliath.
  • identifiant Wikidata : Q65683402
  • identifiant Mérimée : Pa00103208

Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, façade occidentale
(cliché M.B., 2008n CC BY-SA 4.0)

Description : L’abbaye bénédictine de Saint-Gilles-du-Gard, affiliée à Cluny en 1077, devient vite un très important point de pèlerinage motivé par les reliques de saint Gilles, mais également en raison de sa localisation stratégique sur les principales routes vers Compostelle et la Terre Sainte. Sa construction s’est étendue sur une longue période, de 1096 (date de la consécration l’autel) au XVI e siècle. L’édifice a connu de nombreux remaniements non documentés au XVII e siècle, notamment le démontage des parties hautes de la façade en 1562 et leur reconstruction partielle en 1655, la démolition partielle du portail central en 1622 et sa restauration entre 1650 et 1655. À cela s’ajoutent les mutilations révolutionnaires en 1791 et plusieurs campagnes de restaurations en 1842-1846 et en 1953-1957.

Les questions archéologiques relatives à la façade occidentale de l’abbatiale, comme son analyse iconographique, sont sans doute les plus problématiques et les plus sujettes à discussion. Sa datation reste à ce jour ouverte : si l’élévation de la façade et l’exécution des reliefs sont habituellement situées entre 1140 et 1150, de récentes études archéologiques proposent une datation plus tardive entre 1170 et 1180 (A. Hartman Virnich , 2000 ; H. Hansen , 2006). Cependant, il est désormais reconnu, depuis la monographie de Withney S. Stoddart (1973), que malgré son apparence disparate, la façade est un ensemble cohérent ne pouvant résulter que d’une seule campagne de construction, invalidant ainsi les hypothèses d’un changement de projet en cours d’édification, soutenues jusque dans les années 1970. Les analyses archéologiques minutieuses de la façade par Heike Hansen (2006) sont venues confirmer définitivement ce point.

La façade se compose de trois portails, chacun surplombé d’un tympan sur linteau. Une frise étendue sur les flancs du portail central fait la connexion entre les trois linteaux. Seuls les deux portails latéraux nous sont parvenus indemnes alors que le tympan du portail central est une œuvre du XVII e siècle mutilée à la Révolution et restaurée par ajout de stucs au XIX e siècle.

La frise connectée aux ébrasements et aux trois linteaux décrit un cycle très complet de la Passion et de Pâques. Au registre médian, douze apôtres en pieds se juxtaposent derrière d’imposantes colonnes soutenant l’architrave, séparés les uns des autres par des pilastres cannelés. En avant de la porte centrale, deux colonnes reposent sur deux socles et deux massifs avancés sur lesquels sont sculptées des scènes vétérotestamentaires (le Sacrifice de Caïn et Abel , le Meurtre d’Abel , la vocation de David , David tuant Goliath , Balaam sur son ânesse ), des motifs zoomorphiques (dromadaires et singes enchaînés, un centaure archer chassant un cerf, une lionne allaitante et diverses scènes de dévorations). L’ensemble était sans doute conçu pour soutenir la canopée d’un protiro (H. Hansen , 2006).

Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, façade occidentale, portail nord
(cliché M.B., 2008n CC BY-SA 4.0)

Le portail Nord est celui de l’Épiphanie : l’ Adoration des Mages y occupe le tympan en tant que sujet principal selon une composition en triptyque répartissant l’offrande des Mages et le Songe de Joseph de part et d’autre d’une Vierge à l’Enfant monumentale, jadis surmontée d’un important dais architecturé dont seules les colonnes latérales ont survécu. La Vierge porte l’Enfant bénissant sur son genou gauche et tenait manifestement un fleuron dans sa main droite, malheureusement endommagée. Les trois Rois mages sont habilement réunis en une composition triangulaire dans l’écoinçon gauche du tympan et semblent écrasés par le gigantisme de la Vierge-Mère. Le premier s’agenouille et élève son offrande, le suivant, placé au second plan, montre l’étoile (aujourd’hui disparue) alors que le dernier suit du regard le geste de son compagnon en portant son présent dans ses mains voilées. Malgré les arrachements des reliefs au niveau des têtes, quelques traces de leurs couronnes restent perceptibles. Dans l’écoinçon droit du tympan se tient Joseph, assis sur un imposant trône de pierre. En surplomb, un ange porteur d’un phylactère lui apparaît pour lui ordonner de fuir en Égypte.

Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, façade occidentale, portail nord, Adoration des Mages et Entrée à Jérusalem
(cliché M.B., 2008n CC BY-SA 4.0)

La composition tripartite de l’Épiphanie composée autour de la Vierge Trône de Sagesse , dont le tympan de Saint-Gilles est un brillant exemple, devient récurrente sur les grands tympans sculptés dans le second tiers du XII e siècle, par exemple sur les façades des grandes cathédrales septentrionales (Laon, Bourges, Germigny-l’Exempt. Citons également l’exemple de Montfrin et celui lacunaire de Beaucaire, géographiquement plus proche de Saint-Gilles, et plusieurs exemples rhodaniens (Saint-Alban-du-Rhône, Nantua). En régions cisalpines, rappelons également l’exemple plus tardif du baptistère de Parme.

Le linteau et les deux tronçons de frises des ébrasements décrivent l’ Entrée du Christ à Jérusalem enrichie de la préparation de l’entrée par les apôtres (la recherche de l’ânesse et de son ânon) ainsi que l’accueil triomphal réservé au Christ par le peuple de la cité. L’association de l’Épiphanie et de l’Entrée glorieuse du Christ dans la ville sainte n’est pas exceptionnelle et se retrouve dans le cloitre de Saint-Trophime d’Arles et de façon plus flagrante encore sur le portail de l’église de Pompierre. Le portail est complété par des lions stylophores, placés sous les deux colonnes principales et les deux colonnes secondaires, et par une plaque sculptée intégrée à gauche de la porte, figurant Michel terrassant le Dragon.

Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, façade occidentale, portail sud, Crucifixion et Résurrection
(cliché M.B., 2008n CC BY-SA 4.0)

Replacé dans l’ensemble monumental de la façade occidentale, le portail nord forme le prologue d’un cycle christologique, dont la lecture rythmée par la frise de la Passion se fait de gauche à droite, et dont l’épilogue se trouve être le tympan de la Crucifixion du portail sud . Les trois thématiques principales du cycle sont dispersées sur les linteaux des trois portails : l’ Entrée à Jérusalem au portail nord, La Cène au portail central et la Résurrection au portail sud.

Dans cette lecture globale, les similitudes dans la composition des portails latéraux est remarquable, la structure du tympan de l’Épiphanie se trouvant être l’exacte réplique de celle de la Crucifixion. Sur ce dernier, le Christ en Croix flanqué de Marie et de Jean forme le noyau quadrangulaire de la composition. De part et d’autre se répartissent différentes figures. À gauche un premier groupe est constitué d’un personnage assis et d’un second debout désignant de la main la Croix (Pilate et le centurion ou le centurion et l’un de ses hommes ?) auxquels s’ajoutent la personnification de l’Église. Ce premier groupe est une réponse visuelle claire à celui des Mages. Dans la partie gauche, la Synagogue coiffée d’un petit édicule est violemment abattue par un ange. Au sein du tympan, cette figure est l’antithèse de l’Église personnifiée, mais dans la façade prise dans sa globalité, elle est la réplique de l’avertissement de Joseph. Elle rappelle ainsi le pouvoir maléfique menaçant la sainte famille après la Naissance et sa défaite lors du triomphe du Christ sur la Croix. Ainsi, à l’image de l’Église universelle construite sur le tympan de l’Incarnation répond celle de l’Église sacramentelle du tympan de la Crucifixion.

De nombreux auteurs ont analysé la façade comme un programme polémique sur la base des écrits de Pierre le Vénérable. Les débats se sont orientés soit vers le combat de l’hérésie pétrobrusienne (É. Mâle , 1922, M. L. Colish , 1972, W. Stoddart 1973, R. Saint-Jean 1985), soit vers un programme anti-judaïque (H. Kraus , 1967), soit, enfin, vers un programme aniti-islamique pour promouvoir les Croisades (C. Fergusson , 1975, G. Fishhof, 2006 ). Ces interprétations souvent pertinentes mais jamais entièrement cohérentes sont abandonnées par plusieurs auteurs en raison de leur lecture restreinte et orientée à partir d’un présupposé historique (W. Cahn , 1987, A. Hartmann Virnich , 2000, A. Trivellone , 2009).

Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, façade occidentale, ange sauroctone, niche nord
(cliché M.B., 2008n CC BY-SA 4.0)
Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles, façade occidentale, ange sauroctone, niche sud
(cliché M.B., 2008n CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, « Les dates de la façade de Saint-Gilles. À propos d’un livre récent », B.M., 95, 1936, p. 369-372.
  • AUBERT Marcel, « Petrus Brunus, sculpteur à Saint-Gilles-du-Gard », BSNAF , 1934, p. 138-139.
  • CAHN Walter, « Heresy and the Interpretation of Romanesque Art », dans Romanesque and Gothic. Essays for George Zarnecki, N. Stratford (Éd.), Woodbridge, Boydell Press, 1987, t. 1, p. 27-33.
  • COLISH Marcia L., « Peter of Bruys, Henry of Lausanne, and the façade of Saint-Gilles-du-Gard », Traditio, 28, 1972, p. 451-460.
  • DIEMER Dorothea, Untersuchungen zu Architektur und Skulptur der Abteikirche von Saint-Gilles, Stuttgart, Hochschul, 1978.
  • FERGUSON O’MEARA Carra, The Iconography of the Façade of Saint-Gilles-Du-Gard, Ph.D., Pittsburgh University , 1975, New York, Garland Publication, 1977.
  • FISHHOF Gil , « Reconsidering the Sculptural Program of Saint-Gilles-du-Gard : The Role and Meaning of its Bases and Socles », dans Pictorial Languages and their Meanings : Liber Amicorum in Honor of Nurith Kenaan-Kedar, C. B. Verzar, G. Fishhof (Dirs.), Tel Aviv, Tel Aviv University, the Yolanda and David Katz Faculty of the Arts , 2006, p. 93-118.
  • GOURON Marcel, « Dates des sculptures du portail de l’église de Saint-Gilles », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de Nîmes et du Gard, 1933-1934, p. 45-47.
  • GOURON Marcel, « Saint-Gilles-du-Gard », Caf : Montpellier, 109, 1951, p. 104-119.
  • HAMANN Richard, « The façade of Saint-Gilles : A reconstruction », Burlington Magazine, 65, 1934, p. 19-29.
  • HAMANN Richard, Die Abteikirche von St. Gilles und ihre küstlerische Nachfolge, Berlin, Akademie-verlag, 1955-1956, 2 vol.
  • HANSEN Heike, Die Westfassade von Saint-Gilles-du-Gard : Bauforscherische Untersuchungen zu einem Schlüsselwerk der südfranzösischen Spätromanik, Thèse de Doctorat, Université de Stuttgart, 2006 [En ligne], consulté le 3 juin 2010, URL : http://elib.uni-stuttgart.de/opus/volltexte/2008/3363/.
  • HARTMANN-VIRNICH Andreas, HANSEN Heike, « La façade de Saint-Gilles-du-Gard », Caf : Monuments du Gard, 157, 1999 (2000), p. 271-292.
  • HORNE Walter, Die fassade von St. Gilles, eine untersuchung zur frage des antikeneinflusses in der südfranzösischen kunst des 12. Jahrhunderts, Hamburg, P. Evert, 1937.
  • KRAUS Henry, The Living Theatre of Medieval Art, Bloomington, Indiana University Press, 1967, p. 150-151.
  • LABANDE Léon-Honoré, « L’église de Saint-Gilles », Caf : Avignon, 76, 1909, p. 168-181.
  • LASSALLE Victor, « La façade de l’abbatiale de Saint-Gilles », Bulletin de l’école antique de Nîmes, n. s ., 1, 1966, p.79-90.
  • LASTEYRIE Robert de, « Étude sur la sculpture française au Moyen Âge », Monuments et mémoires de l’académie des inscriptions et Belles-Lettres, 8, 1902.
  • MÂLE Émile, L’art religieux du XIIe siècle en France, Paris, Armand Colin, 1998 (1ère éd. Paris, 1922), p. 423-424.
  • MALLET Géraldine, « L’ancienne église abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard », Caf : Monuments du Gard, 157, 1999, p. 265-269.
  • ROWE Nina, The Jew, the Cathedral, and the Medieval City : Synagoga and Ecclesia in the Thirteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press , 2011, p. 74-76.
  • SAINT-JEAN Robert, « La sculpture à Saint-Gilles-du-Gard », dans Languedoc roman, Saint-Léger Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 43 », 1985 (1ère éd. 1975), p. 298-346.
  • SAUERLÄNDER Willibald, « Das 10. Internationale Colloquium de Société Française d’Archéologie. Die Fassade der Abteikirche in Saint-Gilles-du-Gard », Kunstchronik, fév. 1978, p. 45-55.
  • SAUERLÄNDER Willibald, « Die Fassade der Abteikirche in Saint-Gilles-du-Gard », dans Romanesque Art Problems and Monuments, London, The Pindar Press, 2004, vol. 1, p. 385-398.
  • SCOTT Judy F., St .-Gilles-Du-Gard : the West Facade Figured Frieze , Irregularities and Relative Chronology, Franckfort, Lang, coll. « Kultstätten der gallisch-fränkischen Kirche, 1 », 1981.
  • STODDART Withney, The façade of Saint-Gilles-du-Gard : its Influence on French Sculpture , Middeltown, Weseleyan University Press, 1973.
  • TRIVELLONE Alessia, L’hérétique imaginé : hétérodoxie et iconographie dans l’Occident médiéval, de l’époque carolingienne à l’Inquisition, Turnhout, Brépols, « Collection du Centre d’études médiévales de Nice, 10 », 2009, p. 36-54.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 décembre 2021). Saint-Gilles-du-Gard, abbatiale Saint-Gilles. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjg


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search