Arles, église Saint-Trophime (façade)

Arles (Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Édifice : Arles, église Saint-Trophime (façade)


Arles, église Saint-Trophime, 2ème premières travées de la nef (J.-M. ROUQUETTE, 1974, p. 272)
  • Médium : sculpture.
  • Support : frise.
  • Situation dans l’édifice : portail occidental, frise inférieure, ébrasements nord et sud de la porte
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages à Bethléem, Mages devant Hérode, Adoration des Mages et Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : ancienne cathédrale.
  • Datation : soit 1152 (transfert des reliques de saint Trophime dans l’église), soit dernières décennies du XIIe siècle (1176, Frédéric Ier couronné roi de Bourgogne). Une datation dans le dernier tiers du XIIe siècle est à retenir.
  • Intégration dans le programme iconographique : tympan : Majestas Domini ; frise supérieure : partage des damnés et des élus ; ébrasements, chapiteau nord : Annonciation, Songe de Joseph, chapiteau sud : Nativité, Bain de l’Enfant ; frise inférieure , segment nord (de l’intérieur vers l’extérieur) : Mages devant Hérode, Voyage vers Bethléem, Massacre des Innocents, Fuite en Égypte, Chevauchée des Mages, Adoration des Mages, Mages avertis par l’ange dans leur sommeil ; segment sud (de l’extérieur vers l’intérieur) : Annonce aux Bergers, Songe des Mages, Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata : Q1788518
  • identifiant Mérimée : Pa00081139

Arles, église Saint-Trophime d’Arles, façade occidentale
(Hans Peter Schaefer, 2006, Wikicommons, CC BY-SA 3.0)

Description : La façade occidentale de Saint-Trophime d’Arles, dans un état de conservation exceptionnel, en partie grâce aux travaux de restauration engagés entre 1987-1996, marque un moment important dans l’évolution de l’iconographie des Mages et pose plusieurs questions. La façade est construite symétriquement autour d’une porte centrale selon une structure étagée sur cinq registres. De bas en haut se superposent les socles des colonnades (motifs zoomorphes, dévorations, scènes apotropaïques) ; le collège apostolique (dix niches dans lesquelles se répartissent huit figures d’apôtres en pied, le portrait de saint Trophime et le martyre de saint Étienne) ; la « frise inférieure », ou frise de l’Enfance ; la « frise supérieure » décrivant le partage des élus et des damnés, de part et d’autre du linteau central sur lequel se succèdent les douze apôtres. Enfin, la Majestas Domini du tympan, surplombée par les armées angéliques et les anges à l’olifant (sur l’intrados de l’archivolte), organise autour d’elle l’ensemble du programme. D’autres scènes complémentaires viennent enrichir le programme eschatologique sur les revers nord et sud de la façade (au sud, le Péché originel , la Pesée des âmes et au nord , une évocation de l’Enfer).

La frise de l’Enfance (frise inférieure) ne suit pas un ordre chronologique linéaire. Elle se lit de l’extérieur vers l’intérieur (vers la porte), pour les ébrasements nord et sud et, de l’intérieur vers l’extérieur, pour les deux segments du mur occidental. En réalité, le mouvement giratoire des deux portions sud et nord se compose autour du noyau de l’Incarnation ornant les éléments architectoniques de la porte centrale. Sur les deux faces de l’imposte gauche se disposent, respectivement, l’ Annonciation (face interne) et le premier Songe de Joseph (face ouest). Sur l’Imposte droite se trouvent le Bain de l’Enfant (face interne) et la Nativité (face ouest). Saint Michel, quant à lui, orne le chapiteau du trumeau.

Portail de Saint-Trophime, ébrasement nord
(cliché M.B. 2013, CC BY-SA 4.0)

Le cycle des Mages se compose moins chronologiquement que thématiquement autour de ce noyau. Sur l’ébrasement nord, la rencontre d’Hérode est distribuée sous quatre arcades. Sous la première, trois soldats vêtus de cottes de mailles et lourdement armés, assistent Hérode qui, lui, est inscrit sous l’arcade suivante. Ce dernier siège sur un large trône de pierre, les jambes écartées, un imposant glaive placé transversalement sur ses genoux. Derrière lui, un quatrième soldat occupe la place habituelle du conseiller. Ainsi, tout dans l’image d’Hérode exalte son pouvoir temporel et préfigure ses pulsions meurtrières à venir. Sous la troisième arcade se tiennent les trois Rois mages dont le premier adresse un signe de questionnement au souverain. Sous la dernière arcade, un mage à cheval se détourne d’Hérode et entame son voyage vers Bethléem. Remarquons ici la présence inhabituelle d’un suivant des Mages, portant une lourde caisse, contenant peut-être des présents diplomatiques pour Hérode. Ce personnage, très rare, serait à notre connaissance le premier témoin de la caravane des Mages telle que nous la décrivent les œuvres plus récentes. Sa présence à Arles nous orienterait donc vers une datation tardive du cycle.

Mages devand Hérode et élus dans le sein d’Abraham (ébrasement sud du portail)
(cliché M.B. 2013, CC BY-SA 4.0)

Sur le revers occidental de la frise se succèdent les trois Rois mages à cheval cheminant vers Bethléem en faisant la jonction entre le segment nord et le début du revers occidental. Notons à ce propos une flagrante incohérence dans la jonction des deux pans de frise. Le sculpteur s’est en effet vu obligé de faire se succéder quatre Mages à cheval (le second mage semble avoir été intégré a posteriori sous l’arcade du premier).

Mages devant Hérode et Voyage vers Bethléem (ébrasement nord du portail, angle occidental)
(cliché M.B. 2013, CC BY-SA 4.0)

Einat Segal (2006) interprète cet ajout quelque peu maladroit comme le portrait de l’Empereur Frédéric, intégré au cortège des Mages (comme celui d’Otton IV sur la châsse de Cologne) en 1178, date à laquelle il reçoit, à Saint-Trophime, la couronne de Bourgogne. Cela paraît peu vraisemblable car, même sur la châsse de Cologne, pourtant tardive (av. 1208), l’imagier n’a pas eu l’audace de représenter l’empereur en roi mage. De plus, rien ne permet d’identifier l’un des Rois mages comme un portrait impérial. Enfin, plusieurs notices de ce catalogue montreront une fragmentation du récit faisant apparaître quatre figures de Mages alors que seuls trois personnages participent à l’action. Il serait préférable de voir ici un réajustement postérieur, ou une correction du sculpteur au moment de la mise en place du relief, pour marquer la transition entre le détournement d’Hérode et le voyage vers Bethléem proprement dit.

Portail de Saint-Trophime, ébrasement sud
(cliché M.B. 2013, CC BY-SA 4.0)

Le segment de l’ébrasement sud, quant à lui, est entièrement consacré à l’ Adoration des Mages , répartie sous cinq arcades. Sous la première, la Vierge couronnée, assise de profil sur un siège curule, tient sur ses genoux l’Enfant, également couronné. Ce dernier adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs et tient dans sa senestre l’Orbe de son pouvoir universel. L’étoile, sous sa forme végétale, vient éclore au sommet de la colonne qui le précède. Les trois arcades suivantes accueillent chacune un roi mage : le premier se présente à genoux devant le Christ alors que le second montre l’étoile à son compagnon, intégré sous la troisième arcade. Tous trois sont couronnés et portent les offrandes dans leurs mains voilées de leurs manteaux. Enfin, sous le dernier arc viennent se juxtaposer les trois têtes des chevaux.

Adoration des Mages et Damnés devant la porte du Paradis (ébrasement sud du portail)
(cliché M.B. 2013, CC BY-SA 4.0)

À la suite de l’Adoration, sur le revers occidental de la frise, intervient le Songe des Mages. Les trois Rois se sont endormis, enveloppés sous une même couverture, alors qu’un ange leur apparaît. Ce dernier montre de l’index le chemin vertueux du retour et adresse, de son autre main, un signe de halte pour désigner la route menant vers Hérode.

Adoration des Mages et Songe des Mages (ébrasement sud du portail, angle occidental)
(cliché M.B. 2013, CC BY-SA 4.0)

Plusieurs éléments de ce cycle doivent retenir notre attention. En premier lieu, remarquons que, comme sur d’autres frises de l’Enfance disposées de part et d’autre d’un portail (voir les articles sur Étampes, Chartres et Poitiers), l’instant de l’Incarnation (Annonciation, Nativité et Bain de l’Enfant) forme le point de symétrie autour duquel se construit, thématiquement, l’histoire des Mages en dépit de toute cohérence chronologique. Concernant la frise arlésienne, l’Adoration des Mages s’intègre à un discours global d’une grande cohérence : les trois Rois, en cheminant vers la Vierge à l’Enfant, forment une procession qui s’oriente, en premier lieu, vers la crèche de la Nativité (la Domus Panis) lieu symbolique qui voit s’incarner le corps du Seigneur. Le Bain de l’Enfant, sur la face interne de la même imposte, vient en complément en préfigurant le sacrement baptismal. Ainsi, les Rois mages, en se présentant devant la Vierge à l’Enfant, rendent hommage à une figure synthétique de l’Église, porteuse du corps incarné du Christ et responsable de l’agrégation du fidèle à ce corps, dans sa dimension ecclésiale, par le Baptême. En appréciant cette lecture du relief dans sa fonction architectonique, nous remarquons ainsi que la procession des Mages s’oriente vers la porte de l’édifice et invite le fidèle à leur suite.

En second lieu, relevons l’opposition éloquente de deux salles palatiales, celle d’Hérode et celle de la Vierge à l’Enfant, chacune accueillant un type de pouvoir. Celui d’Hérode, terrestre, malfaisant et violent, est symbolisé par le glaive royal et les soldats en arme. Les Mages s’en détournent pour s’orienter vers le pouvoir du Christ, universel, émanant de l’Aula regia de la Vierge reine. Ainsi, au glaive et à la couronne d’Hérode s’opposent la couronne du Christ et l’Orbe symbolisant son pouvoir sans limites. Remarquons en cela que l’ornementation décorative, sur la corniche en surplomb de chacun de ces tableaux, complète la dialectique. Au-dessus d’Hérode, des masques léonins grimaçants baguent de leur mâchoire un épais rinceau végétal indompté. Ces lions évoquent la nature royale d’Hérode et la tribu de Juda dont le souverain occupe illégitimement le trône, mais aussi la menace qu’il représente. Le même motif réapparaît au-dessus de l’ Adoration , mais de manière plus apaisée.

Enfin, rappelons l’intégration du cycle de l’Épiphanie dans la construction globale du programme. La Majestas Domini du tympan structure, en effet, les scènes du portail selon une composition giratoire à la fois centrifuge et centripète. Aux élus accueillis dans le Sein d’Abraham et des prophètes (dans la partie gauche de la frise supérieure) et à ceux se voyant refuser l’entrée de la porte céleste (dans la partie droite), répond la dynamique processionnelle des Mages. Ces derniers se détournent d’Hérode dans la partie gauche, accompagnés par la sainte famille fuyant le massacre. Dans la partie droite, ils s’orientent vers la Vierge, vers la porte céleste fermée aux damnés et vers la porte réelle de l’église. Le cycle de l’Enfance respecte ainsi une structure de l’histoire globale de l’Église (passée, présente, future, et atemporelle) et forme ainsi une véritable prédelle à l’image deutéroparousiaque du registre supérieur. Le cycle des Mages y acquiert une place considérable, car leur histoire résume la dichotomie du parcours de l’âme humaine : fuir le péché pour suivre le chemin du Christ.

Concernant la datation de la façade, plusieurs événements majeurs pourraient avoir motivé son édification, plaquée sur l’édifice plus ancien. Nous ne saurions trancher, mais ne croyons pas beaucoup aux arguments développés en faveur d’une édification pour le couronnement de l’empereur Frédéric (E. Segal , 2006). Pour notre part, l’extension remarquable du cycle de l’Épiphanie, semblable aux grands cycles monumentaux du dernier tiers du XIIe siècle en France (Saint-Pierre de Poitiers) nous orienterait vers une datation postérieure à 1170, celle qui est par ailleurs la plus communément admise (J. Thirion , 1976, D. Rigaux, 1999). Le dernier tiers du XIIe siècle correspond à une période de grande prospérité pour la cité, jouissant d’un afflux massif de pèlerins (vers les reliques de saint Honorat des Alyscamps et de saint Trophime), raison suffisante pour motiver la construction d’un tel monument.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARSCH Virginia, The Church of St. Trophime, Arles : Architectural and Iconographical Problems, PhD, Northwestern University, 1971.
  • CLAIR Honoré, « Iconographie du portail de Saint-Trophime », Congrès archéologiques de France : Arles, 47, 1876 (1877), p . 607-631.
  • DUFOIX Jean-Pierre, AZZOUG Yacine et RIGAUX Dominique, Le portail de Saint-Trophime d’Arles : naissance et renaissance d’un chef d’œuvre roman, A. Hartmann-Virnich (Dir.), Arles, Actes Sud, 1999.
  • DUFOIX Jean-Pierre, « Restauration du portail occidental de la primatiale Saint-Trophime d’Arles », Monumental, 10-11, 1995, p. 10-36.
  • HARTMANN-VIRNICH Andréas, « Le portail de Saint-Trophime d’Arles : la sculpture romane retrouvée », Provence historique, 167-168, 1992.
  • KIRSCH Anne, Das Verhältnis von Altem und Neuem Testament im Spiegel romanischer Kirchenportale Frankreichs : das Südportal von Saint-Pierre in Moissac, das Westportal von Saint-Trophime in Arles, das Westportal von Sainte-Madeleine in Vézelay, Stuttgart, Katholisches Bibelwerk, coll. « Stuttgarter Biblische Beiträge n°56 », 2006 .
  • LABANDE Léon Honoré, « Arles », Congrès archéologiques de France : Avignon, 76 (1), 1909 (1910), p. 213-225.
  • LABANDE Léon Honoré, « Étude historique et archéologique sur Saint-Trophime d’Arles du IVe au XIIIe siècle », Bulletin monumental, 67, 1903, p. 559-597.
  • LABANDE Léon Honoré, L’église Saint-Trophime d’Arles, Paris, Henri Laurens, coll. « Petites monographies des grands édifices, 57 », 1930.
  • LASSALE Victor, L’influence antique dans l’art roman provençal, Paris, Boccard, coll. « Revue Archéologique de Narbonnaise, Supplément, 2 », 1970 (rééd. Paris, 1983).
  • LASTEYRIE Robert de, « Étude sur la sculpture française au Moyen-âge », Monuments et Mémoire, 8 (1), 1902, p. 74.
  • MÂLE Émile, « Les Rois Mages et le drame liturgique », Gazette des beaux-arts , 107, no 640, 1910, p. 261-270.
  • MÂLE Émile, L’art religieux du XII e siècle en France, Paris, Armand Colin, 1998, (1 ère éd, Paris, 1922), p. 139-141.
  • RIGAUX Dominique, « Pour la gloire de Dieu et le Salut des Hommes, le programme iconographique du portail de Saint-Trophime », dans Le portail de Saint-Trophime d’Arles, naissance et renaissance d’un chef d’œuvre roman, A. Hartmann-Virnich (Dir.), Arles, Actes Sud, 1999, p. 21-53.
  • ROUQUETTE Jean-Maurice, « Saint-Trophime d’Arles », dans Provence romane, 1. La Provence rhodanienne, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 40 », 1974, p. 265-352.
  • SEGAL Einat , « The Three Magi on the Western Portal of Saint-Trophime at Arles : Significance, Iconography and Political Context », dans Pictorial languages and their meanings, C. V. Bornstein et G. Fishhof (Éd.), Tel Aviv, The Yolanda and David Katz Faculty of the Arts, 2006, p. 233-242.
  • STODDART Whitney, The façade of Saint-Gilles-du-Gard, Middletown, Wesleyan university press, 1973, p. 199-297.
  • THIRION Jacques, « Saint-Trophime d’Arles », Congrès archéologiques de France : Pays d’Arles, 134, 1976, p. 361-479.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Arles, église Saint-Trophime (façade). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search