Saint-Denis, abbatiale Saint-Denis (1)


Saint-Denis (Seine-Saint-Denis, Île-de-France)

Édifice : Abbatiale Saint-Denis


Saint-Denis, basilique Saint-Denis, choeur (plan dans A. PRACHE, 1983, p. 74)
  • Médium : vitrail.
  • Support : fenêtre.
  • Situation dans l’édifice : déambulatoire, chapelle axiale ( chapelle de la Vierge ), baie de gauche ( fenêtre de l’Enfance ).
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages (disparue), Vierge à l’Enfant, (église St. Mary and St. Nicholas de Wilton), Mages devant Hérode (en deux panneaux, Champs-sur-Marne, Collection des Monuments historiques), Songe des Mages (château de Raby, Lord Barnard collection).
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine.
  • Datation : 1140-1144.
  • Intégration dans le programme iconographique : chapelle axiale, Fenêtre de l’Enfance originelle (d’après la reconstitution de Michael Cothren, 1986) (de bas en haut) : Annonciation (in situ , actuellement en restauration), Nativité (in situ , actuellement en restauration), Songe de Joseph (in situ , actuellement en restauration), Mages devant Hérode (en deux fragments, Château de Champs-sur-Marne, dépôt des Monuments historiques), prophète Jérémie (musée de Glasgow, Burrell collection), Adoration des Mages (Mages disparus, Vierge à l’Enfant conservée dans l’église St. Mary and St. Nicholas de Wilton), Arrivée de la sainte famille en Égypte (en deux fragments, église St. Mary and St. Nicholas de Wilton), Présentation au Temple (église St. James, Twycross) accompagnée de trois assistantes (fragment disparu), Voyage des Bergers vers Bethléem (Londres, Victoria and Albert Museum), Songe des Mages (château de Raby, Lord Barnard collection), Fuite en Égypte (Bryn Athyn, Glencairn Museum), Isaïe (château de Raby Lord Barnard collection) ; chapelle axiale , baie de droite : Arbre de Jessé.
  • identifiant Wikidata : Q184407
  • identifiant Mérimée : Pa00079952

Saint-Denis, abbatiale, choeur, chapelle axiale, fenêtre de l’Enfance (état avant restauration)
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0,)
reconstitution de la fenêtre de l’Enfance de Saint-Denis (d’après M. W. COTHREN, 1986, fig. 16)

Description :

Fenêtre actuelle :

Les vitraux du déambulatoire de Saint-Denis, élevés sous l’abbatiat de Suger avant 1144 ont, dans leur ensemble, souffert de la Révolution. Ce qui pouvait en rester a été déposé en 1799 par Alexandre Lenoir puis a été en grande partie vendu et dispersé dans diverses collections de par le monde, après avoir séjourné un temps au musée des Monuments historiques (jusqu’en 1803). Une partie de ce qui subsistait en dépôt a été rendue en 1818 à l’abbaye de Saint-Denis, avec d’autres verres, de provenances diverses, et réagencés par Guilhermy de façon très contestable (durant une première restauration entre 1816 et 1846). C’est donc dans cet état de dépérissement avancé que Viollet-le-Duc trouve les verrières du déambulatoire avant d’engager ses travaux entre 1848 et 1856.

La fenêtre de l’Enfance actuelle est le résultat de la restauration radicale mais nécessaire opérée en 1848. Viollet-le-Duc réutilise les seuls panneaux originaux encore disponibles (ceux de l’Annonciation, de la Nativité et du Songe de Joseph, actuellement en restauration et provisoirement remplacés par des copies) qu’il intègre à de nombreuses autres scènes réalisées au XIXe siècle (par Henri et Alfred Gérente). Il reprend ainsi en profondeur l’agencement fantaisiste de Guillermy, en s’inspirant d’une part des dessins de l’architecte Charles Percier réalisés entre 1794 et 1795, d’après les vestiges ayant survécu à la Révolution et, d’autre part, de la verrière occidentale de l’Enfance de Notre-Dame de Chartres mieux conservée. Guidé par un souci archéologique sincère, l’architecte respecte la logique ascensionnelle de la baie de Suger et son ordonnancement autour d’un tronc commun de scènes évangéliques, pour créer un ensemble relativement cohérent. Ainsi, la fenêtre actuelle se compose de bas en haut selon l’ordre suivant : l’Annonciation (panneau original), flanquée de la Visitation et du Songe de Joseph (panneau original) ; la Nativité (panneau original) flanquée de l’Annonce aux Bergers et de la Présentation au Temple ; le cycle des Mages (Songe, Voyage, Adoration) ; la Fuite en Égypte flanquée de deux panneaux semi-circulaires décrivant le Massacre des Innocents ; le Christ au milieu des docteurs flanqué de Marie et de Joseph en pied ; la Dormition de la Vierge flanquée de deux anges. Cependant, Viollet-le-Duc se trompe en orientant le programme vers une vie de la Vierge alors qu’il restait, originellement, strictement consacré à l’Enfance du Christ.

Les panneaux de l’histoire de l’Épiphanie ont, quant à eux, tous été dispersés. Quatre d’entre eux ont été retrouvés : le Voyage des Mages vers Jérusalem et Hérode et ses scribes, ces deux fragments conservés dans les collections des Monuments historiques de Champs-sur-Marne ne formant qu’une seule scène ; la Vierge à l’Enfant de l’Adoration aujourd’hui intégrée à une verrière de l’église St. Mary and St. Nicholas de Wilton ; le Songe des Mages, aujourd’hui intégré à une verrière du château de Raby. Les Mages en Adoration ont quant à eux disparu.

Fenêtre originelle :

Il paraît assuré que la fenêtre de l’Enfance occupait dès l’origine la chapelle axiale du déambulatoire, couplée à celle de l’Arbre de Jessé, et qu’elle était en place avant la consécration du choeur en 1144. Suger lui-même, dans sa description des vitraux, indique la position de l’Arbre de Jessé (n capite ecclesiae) et que cette dernière servait de point de départ à l’ensemble du programme (SUGER, 1994). L’abbé passe malheureusement sous silence le cycle de l’Enfance.

Louis Grodecki, le premier, avait tenté une reconstitution cohérente de la baie (L. GRODECKI, 1961) mais cette dernière doit être complétée par trois panneaux retrouvés depuis dans diverses collections étrangères (le Songe des Mages, la Fuite en Égypte, et les trois assistantes de la Présentation au Temple, panneau disparu mais connu par une photographie publiée). Il convient donc de se baser sur la reconstitution plus récente de Michael Cothren publiée en 1986.

Concernant le cycle des Mages, les deux auteurs sont relativement d’accord pour sa localisation dans la fenêtre, intégré au motif quadrilobé du registre médian de la baie (les deux reconstitutions ont été publiées dans L. GRODECKI, 1995, p. 25, fig. C et D). Cependant, Cothren y ajoute plusieurs panneaux inconnus de Grodecki (la Vierge à l’Enfant de l’Adoration et le Songe des Mages) pour proposer un ensemble bien plus cohérent. Selon cette dernière reconstitution, la fenêtre développait un cycle complet de l’Incarnation, de l’Annonciation à l’Entrée de la sainte famille à Sotine, selon un sens de lecture ascendant. Le cycle des Mages y occupait une place importante, sur deux niveaux du fleuron central, couplé à la Présentation au Temple. Six panneaux composaient ainsi l’audience devant Hérode, le voyage vers Bethléem, l’Adoration et le Songe. Les Mages en eux-mêmes n’apparaissaient que sur les panneaux latéraux pour imprimer une dynamique transversale à chacun des registres ainsi construits en triptyques. Les Mages de l’Adoration, le groupe de la Vierge à l’Enfant, et le Songe des Mages ne formait qu’un seul registre de la baie, dans lequel, l’Adoration et le Songe se composaient symétriquement autour du groupe central. Il en était de même pour l’audience devant Hérode composant autour du roi en trône accompagné de ses scribes, le voyage des Mages vers Jérusalem (à gauche) et un autre panneau perdu qui décrivait sans doute le voyage des Mages de Jérusalem à Bethléem (à droite).

Au niveau supérieur du fleuron médian, la Présentation au Temple était construite sur le même principe, présentant au centre l’autel du Temple alors qu’à gauche, trois officiantes apportaient des cierges selon l’usage liturgique respecté le jour de la Purification de la Vierge. Ces panneaux secondaires sont ainsi disposés autour d’un tronc commun, le long duquel se superposent Hérode et ses scribes, la Vierge-Mère et l’autel du Temple. Ce même axe de la baie est complété, au registre inférieur, par l’Annonciation (intégrant le portrait de Suger suppliant au pied de la Vierge, accompagné de l’inscription SUGERIUS ABBAS) et la Nativité et, au registre supérieur, par la Fuite en Égypte et la cité de Sotine (la place de ce dernier panneau n’est pas assurée).

L’agencement ascendant des panneaux centraux est donc parfaitement cohérent, au moins sur les deux premiers niveaux. Sont ainsi superposés l’instant de l’Incarnation reconnu par les Bergers et annoncé par les prophètes (sur les panneaux latéraux) et la royauté du Christ porté par la Vierge Sedes Sapientiae surplombant Hérode usurpateur du trône de David. Le Christ, placé au-dessus de l’autel du Temple, annonce la destinée sacrificielle du corps incarné. Enfin, au sommet, la fuite en Égypte et le triomphe du Christ dans la cité païenne annoncent les péripéties de l’Église et son triomphe final sur le paganisme. La baie de l’Enfance de Saint-Denis offre donc une narration relativement classique. Cependant, couplée à la baie de l’Arbre de Jessé où se superposent les ancêtres royaux de Jésus selon une même logique ascendante, elle devient un manifeste pour la royauté du Christ et une réflexion sur le rôle matriciel de Marie. Les Mages contribuent, par leur reconnaissance royale, à l’exaltation du Souverain universel.

Les vitraux de Chartres, légèrement postérieurs (1150-1155), sont souvent considérés comme une réplique de ceux de Saint-Denis. La baie consacrée à l’Enfance est plus ample et plus assurée dans la disposition des scènes. Elle en reprend le schéma, malgré quelques modifications : le cycle est bien plus étendu ajoutant aux scènes de Saint-Denis le Baptême du Christ, l’Entrée à Jérusalem et, sur la lance de la fenêtre, une Maiestas Mariae couronnée surplombant l’ensemble. Or, concernant le récit des Mages, les verriers adoptent le même schéma qu’à Saint-Denis en composant chacune des étapes du voyage des trois rois en triptyque autour d’un groupe central, imprimant à chaque registre la même énergie processionnelle.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, CHASTEL André, GRODECKI Louis…, Vitrail français, Musée des Arts décoratifs de Paris (Dir.), Paris, 2 Mondes, 1958, p. 105-106.
  • BRIÈRE Gaston, VITRY Paul, Abbaye de Saint-Denis, Paris, H. Laurens, coll. « Petites monographies des grands édifices de la France », 1948, p. 51-52.
  • CALKINS Robert G., A Medieval Treasury : an Exhibition of Medieval Art from the Third to the Sixteenth Century, Catalog of exhibition, Andrew Dickson White Museum of Art, Cornell University, Ithaca, New York, Oct. 8-Nov. 3, 1968, Munson-Williams-Proctor Institute, Utica, N.Y., Nov. 10,-Dec. 8, 1968, Ithaca, Office of University Publications, Cornell University, 1968, cat. no 11-12, p. 74-77.
  • CAVINESS Madeline, « Suger’s Glass at Saint-Denis. The State of Research » , dans Abbot Suger and Saint-Denis : A Symposium, P. Lieber Gerson (Éd.), Symposium held in 1981 at the Cloisters and at Colombia university, New York, The Metropolitan Museum of Art, 1981 (rééd. New York, 1987), p. 257-272.
  • COTHREN Michael W., « A Re-evaluation of the Iconography and Design of the Infancy Window from the Abbey of Saint-Denis », dans New Research on Abbeys of the Parisian Region in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Abstracts of Papers Delivered at Sessions 66 and 87 of the Thirteenth Conference on Medieval Studies, Western Michigan University, Kalamazoo, Michigan, May 4-7, 1978 , publié dans Gesta 17 (1), 1978, p. 71-76.
  • COTHREN Michael W., « The Infancy of Christ Window from the Abbey of St.-Denis : A Reconsideration of Its Design and Iconography », A.B., 68 (3), 1986, p. 398-420.
  • CROSBY Sumner McKnight (Dir.), The Royal Abbey of Saint-Denis in the Time of Abbot Suger (1122-1151), Exhibition at The Cloisters, The Metropolitan Museum of Art, New York, march 31-may 31, 1981, The Cloisters (Éd.), New York, Metropolitan Museum of Art, 1981, p. 61-71.
  • CROWN Carol Uhlig, « The Winchester Psalter and “l’Enfance du Christ” Window at St Denis », The Burlington Magazine, 117, n° 863, 1975, p. 79-83.
  • GRODECKI Louis, « Style of the Stained-Glass Windows of Saint-Denis » , dans Abbot Suger and Saint-Denis : A Symposium, P. Lieber Gerson (Éd.), Symposium held in 1981 at the Cloisters and at Colombia university, New York, The Metropolitan Museum of Art 1981 (rééd. New York, 1987), p. 273-281.
  • GRODECKI Louis, « Vitraux de Saint-Denis : L’Enfance du Christ », De Artibus Opuscula (Essays in Honor of Erwin Panofsky), 40, 1961, p. 170-186.
  • GRODECKI Louis, Études sur les vitraux de Suger à Saint-Denis (XIIe siècle) . II , C. Grodecki (Éd.), Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, coll. « Corpus vitrearum. France. Études, 3 », 1995 , part. p. 23-47.
  • GRODECKI Louis, Le Vitrail roman, Paris, Éditions Vilo, 1977 (rééd. Paris, 1983), p. 91-103.
  • GRODECKI Louis, Les vitraux de Saint-Denis : étude sur le vitrail au XIIe siècle. 1, Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, CNRS, Arts et métiers graphiques, coll. « Corpus Vitrearum. France, 1 », 1976, p. 81-92, 177-187.
  • GRODECKI Louis, PERROT Françoise et TARALON Jean, Les vitraux de Paris, de la région parisienne, de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, France. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France (Éd.), Paris, CNRS, coll. « Corpus vitrearum medii aevii . France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 1 », 1978, p. 108-110.
  • HAYWARD Jane, « Stained Glass at Saint-Denis », dans The Royal Abbey of Saint-Denis in the Time of Abbot Suger (1122-1151), Exhibition at The Cloisters, The Metropolitan Museum of Art, New York, march 31-may 31, 1981, The Cloisters (Éd.), New York, Metropolitan Museum of Art, 1981, p. 61-99.
  • LASTEYRIE Ferdinand de, Histoire de la peinture sur verre d’après ses monuments en France, Paris, Firmin Didot frères, 1853-1857, vol. 1, p. 29-30, vol. 2, pl. 3.
  • MÂLE Émile, « La part de Suger dans la création de l’iconographie de Moyen-Âge », Revue de l’art ancien et moderne, 35, 1914-1915, p. 91-102, 161-168, 253-262, 339-349.
  • PANOFSKY Erwin, Abbot Suger on the Abbey Church of St.-Denis and its Art Treasures, Princeton, Princeton university press, 1976 (1ère éd. Princeton, 1946), p. 29, 202-210.
  • PRACHE Anne, Île-de-France romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 60 », 1983, p. 71-81.
  • SUGER, Mémoire sur son administration abbatiale, dans Suger, La geste de Louis VI : et autres œuvres, M. Bur (Éd.), Paris, Imprimerie Nationale, 1994, p. 165-167.
  • THÉREL Marie-Louise , « Comment la patrologie peut éclairer l’archéologie », CCM, 6 (22), 1963, p. 145-158.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (1 décembre 2021). Saint-Denis, abbatiale Saint-Denis (1). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search