Saint-Aventin, église Saint-Aventin

Saint-Aventin (Haute-Garonne, Occitanie)

Édifice : église Saint-Aventin


Saint-Aventin, église Saint-Aventin (plan dans M. DURLIAT, 1969, p. 67)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur de l’hémicycle.
  • Situation dans l’édifice : mur de l’abside centrale, côté sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : milieu du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : abside , registre inférieur : saint Aventin et saint Sernin ; registre supérieur : Adoration des Mages ; conque absidale : Majestas Domini.
  • identifiant Wikidata : Q3581013
  • identifiant Mérimée : Pa00094445

Saint-Aventin, église Saint-Aventin, abside
(Père Igor, 2010, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les premiers éléments du décor peint de l’église de Saint-Aventin furent découverts en 1877 et concernaient les portraits de saints du registre inférieur de l’abside, mais l’ensemble des fresques subsistantes fut entièrement mis à jour en 1967. Le programme de l’abside s’échelonne sur trois registres. Sur le premier, de part et d’autre de la fenêtre axiale, se tiennent en pied les portraits de Saint Aventin et Saint Sernin de Toulouse (identifiables grâce aux inscriptions placées en dessous de chacune des figures). Au centre du second registre, un grand personnage en pied tient un livre dans sa main voilée. La scène de gauche a disparu mais on reconnaît encore les Mages à droite. Seulement deux d’entre eux ont survécu et on ne distingue que les aplats de couleur. Le premier, vêtu d’une longue tunique bleue et coiffé d’une couronne d’or, s’agenouille alors que le second, portant une courte tunique rouge et coiffé d’une couronne brune, s’incline. Le groupe de la Vierge à l’Enfant a en partie disparu, mais on distingue encore le bras du Christ réceptionnant l’offrande du premier mage. L’Épiphanie devait s’intégrer à un cycle christologique se prolongeant au-delà des limites de l’abside. Au cul-de-four est peinte une Majestas Domini (en partie retouchée au XIII e siècle), surplombant une frise de ruban plissé. D’autres visions glorieuses recouvraient la voûte des deux dernières travées de la nef : un Christ en buste porté par six anges et une autre vision inscrite dans un médaillon effacé, entourée de quatre anges et de quatre séraphins.

Saint-Aventin, église Saint-Aventin, mur en hémicycle de l’abside, côté sud, Adoration des Mages (cliché BROUARD, CESCM)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p. 56-89.
  • BASCHET Jérôme, « Ornementation et structure narrative dans les peintures de la nef de Saint-Savin », dans Le rôle de l’ornement dans la peinture murale du Moyen Âge, J. Ottaway (Dir.), Actes du colloque international tenu à Saint-Lizier, 1 er-4 juin 1995, 1997, Poitiers, Université de Poitiers, CESCM, coll. « Civilisation médiévale, 4 », p. 165-176.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139.
  • MESURET Robert, Les peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guyenne, Gascogne, Comté de Foix , Paris, Picard, 1967, p. 144.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (30 novembre 2021). Saint-Aventin, église Saint-Aventin. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogj9


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search