Saillac, église Saint-Jean Baptiste

Saillac (Corrèze, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Saint-Jean Baptiste


Saillac, église Saint-Jean-Baptiste (plan E. BROCARD, 1960, CESCM)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail du porche occidental, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église prieurale.
  • Datation : 2ème moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail , tympan : Adoration des Mages , linteau :saint Michel terrassant le dragon ?
  • identifiant Wikidata : Q22951089
  • identifiant Mérimée : Pa00099837

Saillac, église Saint-Jean-Baptiste, tympan du portail du porche, Adoration des Mages
(Père Igor, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : La présence d’un prieuré féminin dépendant de l’abbaye Sainte-Marie de la Règle de Limoges est attestée à Saillac dès 1163 et leur installation est sans doute à l’origine de l’érection de l’actuelle église Saint-Jean-Baptiste. L’édifice est relativement bien conservé exception faite des deux chapelles latérales ajoutées au XIX e siècle.

Le portail inséré sous le porche occidental est relativement bien conservé malgré l’épaisse couche de peintures modernes recouvrant les sculptures. Il se compose d’une porte simple surplombée d’un tympan emboîté au milieu d’une archivolte nue et d’un linteau posé sur un épais trumeau. L’ Adoration des Mages occupe tout l’espace du tympan. Les trois Rois sont légèrement inclinés devant la Vierge à l’Enfant et lui portent de petites offrandes sphériques. Ils sont tous trois couronnés et vêtus de longues tuniques couvertes de manteaux agrafés sur l’épaule. Les trois chevaux sont juxtaposés en retrait, parqués dans l’angle gauche du tympan. Devant les trois Rois, la Vierge voilée, nimbée et couronnée, siège sur un large trône. Malgré sa posture frontale, elle se tourne vers les Mages pour leur présenter l’Enfant qui tend les mains pour recevoir la première offrande. Derrière la Vierge, un personnage bien singulier a été placé dans l’angle droit du tympan. Il est nimbé et paraît vêtu comme un clerc. Il s’appuie avec sa main gauche sur son genou et pose son autre main sur le trône de la Vierge. Ce personnage semble tonsuré et pourrait être un saint en demande d’intercession devant la Vierge.

Concernant le linteau, la description devient plus complexe. Il semble que la pièce sculptée se soit effondrée à une date inconnue, ce qui a nécessité l’ajout du large trumeau. Par ailleurs la partie gauche et la bête ailée qu’elle comporte sont à considérer comme des ajouts postérieurs alors que la portion manquante a été retravaillée et sert aujourd’hui de bénitier à l’entrée de l’église. En revanche, le segment droit est d’origine et présente une bête monstrueuse au visage anthropomorphe. Une figure nimbée engage le combat avec le monstre et lui enfouit sa lance dans la gueule alors que, de l’autre main, il tient une chaîne enroulée autour du cou du monstre. Nous pourrions identifier selon toute logique saint Michel terrassant le Dragon, mais le personnage n’est pas ailé.

Le choix de l’agencement iconographique semble donc assez simple : la demande d’intercession du saint revêt une portée sotériologique développée au linteau et l’offrande des Mages apparaît ainsi comme une offrande à l’Église dans l’espoir de voir exaucer les prières soit de la communauté, soit des donateurs que l’on sollicite pour financer l’activité du prieuré. La clef du tympan réside sans doute dans l’identification du personnage de gauche dont la demande d’intercession se veut dans le prolongement de l’offrande des Mages.

Saillac, église Saint-Jean-Baptiste, portail du porche, trumeau
(Père Igor, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Saillac, église Saint-Jean-Baptiste, portail du porche, trumeau (détail)
(Père Igor, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Saillac, église Saint-Jean-Baptiste, portail du porche, trumeau (détail)
(Père Igor, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Saillac, église Saint-Jean-Baptiste, portail du porche, trumeau (détail)
(Père Igor, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Saillac, église Saint-Jean-Baptiste, portail du porche, trumeau (détail)
(Père Igor, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CLOULAS Annie, « Les sculptures du portail de l’église de Saillac », Bulletin de la Société Scientifique, Historique et Archéologique de la Corrèze, 84, 1962, p. 142-150.
  • MACARY Marie-Madeleine, « L’église de Saillac », Zodiaque : cahiers de l’Atelier du Coeur-Meurtry, 27, 113, 1977, p. 2-12.
  • POULBRIÈRE Jean-Baptiste, « Saillac, église Saint-Jean-Baptiste (Corrèze) » dans Dictionnaire historique et archéologique des paroisses du diocèse de Tulle, Brive, Chastrusse, 3 vol., 1964-1966 (1 ère éd. 1894), t. 2, 1964, p .455-457.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (30 novembre 2021). Saillac, église Saint-Jean Baptiste. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogj7


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search