Rucqueville, église Saint-Pierre

Rucqueville (Calvados, Normandie)

Édifice : église Saint-Pierre


Rucqueville, église Saint-Pierre (plan dans L. MUSSET, 1987, p. 288)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : carré du transept, pile sud-est, chapiteau, face nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : fin du XIe siècle.
  • identifiant Wikidata : Q3584075
  • identifiant Mérimée : Pa00111645

Rucqueville, église Saint-Pierre, chapiteau du transept, Adoration des Mages
(Henri Heuzé, av. 1927, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : La structure de l’église Saint-Pierre de Rucqueville est du XI e siècle et n’a subi que quelques transformations au cours des XII e -XIII e siècles : ajout d’un collatéral nord aujourd’hui disparu et remplacement du plafond d’origine par la voûte actuelle. L’intérêt iconographique de l’édifice réside dans ses chapiteaux de la croisée du transept coiffant les huit colonnes engagées distribuées deux à deux sur les quatre piles. Ils sont anciens et semblent avoir été exécutés lors de l’élévation de l’édifice à la fin du XI e siècle. Les scènes évangéliques se distribuent sur les quatre chapiteaux donnant sur l’axe ouest-est de l’église.

Celui de l’ Adoration des Mages se trouve sur la pile sud-est et sert de retombée à l’arc triomphal (refait au XIII e siècle). La Vierge à l’Enfant est assise de trois-quarts, assistée d’un ange debout derrière le trône. Elle porte l’Enfant sur ses genoux et tous deux ont le visage tourné vers le spectateur. Deux importantes volutes, terminées par deux gros bourgeons venant se confondre avec les crochets du chapiteau, sont entièrement striées, formant ainsi un motif dense de losanges sur le fond de la corbeille. Sur la face ouest, seuls deux mages coiffés de couronnes à fleurons trilobés sont en adoration. Le premier s’agenouille devant l’Enfant et lui présente son offrande dans ses mains voilées de son manteau.

Le chapiteau de la retombée nord de l’arc triomphal, placé en regard de celui de l’Épiphanie, montre un sujet peu commun : une âme inscrite dans une mandorle est élevée par deux anges la substituant à un démon grotesque (le sujet se retrouve à la cathédrale de Bayeux). Ainsi, le dialogue des deux chapiteaux à l’entrée du chœur est éloquent : les Mages cheminent vers la Vierge à l’Enfant en une procession orientée vers l’autel. L’offrande destinée à l’autel devient un acte sotériologique, sens que confirme le chapiteau lui faisant pendant, les deux matérialisant un seuil à l’entrée du chœur dans une progression ouest-est dans le vaisseau central.

Remarque : Le chapiteau de la Fuite en Égypte attire l’attention par la présence de l’étoile aux côtés de Marie. Ce détail rare se retrouve sur un chapiteau du porche de Saint-Benoît-sur-Loire. Évoquons également la présence de l’ange placé en retrait de la scène qui pourrait être le même que celui terrassant le dragon à Saint-Benoît. Or, ce dernier chapiteau demande une lecture apocalyptique de l’épisode de l’Enfance en opérant un rapprochement évident entre la Fuite en Égypte et celle de la Femme parturiente (Ap 12). Il paraît en être de même pour celui de Rucqueville, d’autant que le programme du transept montre une dialectique nord-sud marquée. En effet, alors qu’une certaine violence anime les piles nord ( Fuite en Égypte, lions affrontés et autres scènes de combats) à l’exception du salut de l’âme à l’entrée du chœur, les piles sud ne présentent que des chapiteaux « positifs » : l’ Incrédulité de saint Thomas confirme la promesse de résurrection des corps, les trois personnages sous arcades accompagnés d’un ange aux ailes recourbées semblent évoquer les élus dans la Jérusalem Céleste et le chapiteau d’acanthes, unique chapiteau végétal du programme, serait en ce sens une évocation paradisiaque. Dans ces conditions, la portée sotériologique de l’ Adoration des Mages à l’entrée du chœur serait en cohérence avec l’ensemble du programme du transept.

Rucqueville, église Saint-Pierre, chapiteau du transept, Fuite en Egypte
(Henri Heuzé, av. 1927, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BAYLÉ Maylis (Éd.), L’architecture normande au Moyen Age 2 : Les étapes des la création, Caen-Condé-sur-Noireau, Charles Corlet et Presses universitaires de Caen, 1997.
  • BAYLÉ Maylis , « Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie », Art de Basse-Normandie, 100 bis, 1992.
  • BESSON François Marie, « “À armes égales”: une représentation de la violence en France et en Espagne au XIIe siècle », Gesta , 26 (2), 1987, p. 113-126 (part. p. 121).
  • DECAUVILLE-LACHÉNÉE Abel, « L’église de Rucqueville », dans La Normandie Monumentale et Pittoresque, Le Havre, Lemale, 1895 (rééd. Condé-sur-Noireau, 1987), t. 1, p. 213-215.
  • MUSSET Lucien , « Les chapiteaux de Rucqueville », Art de Basse-Normandie, 13, 1959, p. 12-15.
  • MUSSET Lucien, « Les chapiteaux de Rucqueville », Art de Basse-Normandie, 16, 1959, p. 14-17.
  • MUSSET Lucien, Normandie romane, 1 , La Basse-Normandie, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 25 », 1987 (1 ère éd. 1967), p. 289-293.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (29 novembre 2021). Rucqueville, église Saint-Pierre. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogj6


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search