Romorantin, église Saint-Étienne

Romorantin (Loir-et-Cher, Centre-Val de Loire)

Édifice : église Saint-Étienne


Romorantin, église Saint-Étienne (plan d’après R. MALNOURY, 1976, CMN, base mémoire
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteaux.
  • Situation dans l’édifice : chœur, pile sud-est du transept.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode ?, Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale.
  • Datation : XIIe s.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : sur le même chapiteau, Annonciation, Visitation, Mages devant Hérode ?, Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata : Q22994468
  • identifiant Mérimée : Pa00098552

Romorantin, église Saint-Étienne, chapiteau de la croisée du transept, Adoration des Mages et Mages devant Hérode
(cliché Bilddatei-Nr. fm170711
© Bildarchiv Foto Marburg Foto: unbekannt Aufn.-Datum: 1940/1944 – Rechte vorbehalten)

Description : Le plan de la collégiale Saint-Étienne de Romorantin a été profondément remanié au cours des siècles et l’édifice actuel n’est qu’un conglomérat de nombreuses campagnes de constructions (XII e , XIII e , XV e , XVIII e et XIX e siècles). De l’édifice du début du XII e siècle ne subsistent que les piles de la croisée du transept sur lesquelles de rares chapiteaux historiés, datés de la seconde moitié du XII e siècle, ont survécu. Les

Mages ornent ceux coiffant les colonnes engagées de la partie orientale de la pile sud-est. À cet endroit, les corbeilles d’une colonne principale et trois colonnes secondaires constituent une frise surmontée d’importants abaques ornés de motifs zoomorphiques. La lecture du chapiteau de la colonne principale se fait de gauche à droite (vue du chœur).

Sur la face latérale se suivent l’ Annonciation et la Visitation. Sur la face principale, les trois Rois mages s’approchent d’Hérode, les mains voilées de leurs manteaux. Le souverain trône sur l’arête du chapiteau et derrière lui se tient son jeune conseiller. Sur les deux faces du chapiteau suivant (à droite), les Mages sont en adoration. Ici, les reliefs sont moins érodés que les précédents et nous pouvons voir que les Mages sont couronnés, vêtus de tuniques mi-longues ceintes à la taille couvertes de manteaux. Deux se tiennent debout, sur la première face, alors que le suivant s’agenouille devant la Vierge à l’Enfant sur la face latérale. Cette dernière est couronnée, elle trône de profil et présente l’Enfant qui a pratiquement disparu. Une étoile à six branches brille devant elle. Derrière le groupe, Joseph s’est endormi sur son trône. Les lacunes du décor, dans son ensemble, sont ici trop importantes pour restituer les sculptures dans un programme.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • Aubert Marcel, « Romorantin », Caf : Blois, 88 (1), 1927 (1928), p. 228-248.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (29 novembre 2021). Romorantin, église Saint-Étienne. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogj3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search