Reims, musée Saint-Remi

Reims (Marne, Grand Est)

Édifice : Musée Saint-Remi ( cathédrale, salle capitulaire)


  • Édifice d’origine : ancienne abbaye Saint-Remi, bâtiments monastiques (cloître ou salle capitulaire).
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteaux.
  • Situation dans l’édifice : Situation dans l’édifice (d’origine) : salle capitulaire.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine.
  • Datation : 1140-1150, sous l’abbatiat d’Odon (1118-1151) et avant l’abbatiat de Pierre de Celle (à partir de 1162).
  • Intégration dans le programme iconographique : sur le même groupe de chapiteaux : Mages devant Hérode, Annonce aux Bergers.
  • identifiant Wikidata de l’édifice actuel : Q23596705
  • identifiant Mérimée : Pa00078773

Reims, Musée Saint-Remi de Reims, chapiteau de l’ancienne abbaye, Mages devant Hérode
(Sainsaulieu, Max, av. 1919, © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP)

Description : Ce groupe de trois chapiteaux proviendrait sans doute de l’ancien cloître roman de l’abbaye, entièrement remanié au début du XVIII e siècle. Il est actuellement placé à l’entrée de la salle capitulaire. Malheureusement, cette dernière ayant été fortement remaniée au XIII e siècle puis entièrement démontée et remontée au XVIII e siècle pour voir finalement une grande partie de ses galeries coulée dans la maçonnerie, il est impossible de tirer des conclusions de la cohérence spatiale du programme iconographique des chapiteaux.

Les deux chapiteaux décrivent l’audience des Mages devant Hérode alors qu’un motif de lions affrontés et de griffons opposés orne la troisième corbeille. Les trois Rois mages, positionnés sur la corbeille médiane, sont couronnés et portent chacun une longue palme, sans doute à rapprocher de l’iconographie habituelle du pèlerin gratifié d’un rameau à l’issue de son pèlerinage en Terre Sainte. C’est un attribut que les Mages ne portent que très rarement et seuls quelques exemples d’époque tardive en attestent (par exemple sur le linteau du porche du Paradis de la cathédrale de Münster). On peut ainsi penser que la palme se substitue ici à l’habituel bâton, l’iconographie de Mages pèlerins étant cohérente dans une abbaye qui conserve les reliques de saint Remi et la Sainte-ampoule, objets de grande dévotion.

Devant eux, Hérode apparaît comme une figure très imposante, trônant dans toute sa dignité royale sous un dais honorifique. Il porte un sceptre surmonté d’un gros bourgeon et seule sa main portée à sa barbe pourrait rappeler ses intentions malveillantes ou le trouble qu’éveille en lui la visite des Mages. Derrière lui se dresse une maquette de Jérusalem, véritable extension du trône du roi, reconnaissable à ses créneaux desquels surgissent deux figures en buste. Il pourrait s’agir des scribes (l’un d’eux semble tenir un phylactère), mais il est également possible de reconnaître une évocation du peuple de Jérusalem, troublé comme Hérode par les paroles des Mages : « L’ayant appris, le roi Hérode s’émut, et tout Jérusalem avec lui » (Mt 2, 3). Hérode deviendrait ainsi, à lui seul, une incarnation de la cité.

Derrière la cité de Jérusalem, un personnage en pied, vêtu d’un long vêtement et coiffé d’un bonnet juif, tourne le dos à la scène. Ce personnage semble plus certainement se rapporter aux groupes des scribes. Le chapiteau suivant, très abimé, est consacré à l’ Annonce aux Bergers.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BOUXIN Marc, Les chapiteaux romans de la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims, Reims, Matot-Braine, 1976.
  • DEMAISON Louis , « Reims, église Saint-Remi », Caf : Reims, 78 (1), 1911 (1912), p. 57-106 (part. p. 100-106).
  • GRODECKI Louis , « La “première sculpture gothique”: Wilhelm Vöge et l’état actuel des problèmes », B.M., 107, 1959, p. 265-298.
  • PAILLARD-PRACHE Anne, « Saint-Remi de Reims : église de pèlerinage », Mémoire de la société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, 74, 1959, p. 1-27.
  • PRACHE Anne, « Saint-Rémi de Reims », dans Champagne romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit-des-temps, 55 », 1981, p. 117-169 (part. p. 167, fig. 74).
  • PRACHE Anne, « Saint-Remi de Reims », Caf : Champagne, 135, 1977 (1980), p. 109-121.
  • PRACHE Anne, Saint-Remi de Reims : l’œuvre de Pierre de Celle et sa place dans l’architecture gothique, Paris, Arts et métiers graphiques, coll. « Bibliothèque de la Société française d’archéologie, 8 » , 1978, p. 24-25.
  • PRESSOUYRE Léon, « Réflexions sur la sculpture du XIIe siècle en Champagne », Papers on the Renaissance of the Twelfth Century Read at the Symposium Held in the Museum of Art, Rhode Island School of Design, May 14 and 15, 1969 , publié dans Gesta, 9 (2), 1970, p. 16-31.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (29 novembre 2021). Reims, musée Saint-Remi. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogj2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search