Puy-en-Velay, cathédrale Notre dame

Le Puy-en-Velay (Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : cathédrale Notre-Dame


Le Puy-en-Velay, cathédrale Notre-Dame (plan dans O. BEGBEDER, 1981, p. 44)
  • Médium : sculpture sur bois.
  • Support : porte en bois.
  • Situation dans l’édifice : porche occidental, porte nord (de la chapelle Saint-Gilles), ventaux gauche et droit.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérodes, Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1180.
  • Intégration dans le programme iconographique : porte nord de la chapelle Saint-Gilles (de bas en haut et de gauche à droite, transversalement aux deux vantaux) : deux premiers registres illisibles, Annonce aux Bergers au second registre ? ; 3ème registre : chevauchée des Mages arrivant devant Hérode ; 4ème registre : Adoration des Mages et Annonce aux Bergers ; 5ème registre : Massacre des Innocents et Présentation au Temple ; porte sud de la chapelle Saint-Martin : cycle complet de la Passion : Résurrection de Lazare , Entrée à Jérusalem , La Cène , Arrestation du Christ , Christ devant les grands prêtres , Portement de Croix , Crucifixion , saintes-femmes au Tombeau , Ascension et Pentecôte (en grande partie détruite).
  • identifiant Wikidata : Q1537302
  • identifiant Mérimée : Pa00092743
  • identifiant Palissy de l’oeuvre : PM43000823

Cathédrale du Puy-en-Velay, orte nord de la chapelle Saint-Gilles, vue d’ensemble (cliché Taillefer, Pierre, 2019, © Ministère de la Culture (France), Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes – Tous droits réservés)

Description : Deux portes à deux vantaux en bois de mélèze sont conservées sous le porche occidental de la cathédrale du Puy-en-Velay, ornant chacune l’entrée de l’une des chapelles de la cathédrale. La première, la mieux conservée, se dresse à l’entrée de la chapelle Saint-Martin (porte sud) et se consacrait au cycle de la Passion alors que, sur l’autre, à l’entrée de la chapelle Saint-Gilles (porte nord), apparaissait un cycle complet de l’Enfance. Les deux portes construisaient ainsi un programme cohérent opposant le cycle de l’Incarnation et celui de la Passion (en dressant ce parallèle sur deux portes distinctes plutôt que sur les deux vantaux d’une même porte, comme cela est habituellement le cas). Les deux portes ont la particularité d’être conservées in situ. Elles sont toutes deux sculptées en champlevé et la restauration des reliefs opérée en 1960 a ravivé d’importantes polychromies, malgré un état de conservation général approximatif.

Le Puy-en-Velay, cathédrale Notre-Dame, partie supérieure, vantail gauche, Mages devant Hérode (Seudo, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Le Puy-en-Velay, cathédrale Notre-Dame, partie supérieure, vantail gauche, Mages devant Hérode (MOSSOT, 2009, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

De la porte de l’Enfance, seuls les deux registres supérieurs sont aujourd’hui lisibles. Ainsi, au sommet se succèdent, de gauche à droite, sur quatre compartiments réunis deux à deux, le Massacre des Innocents et la Présentation au Temple. Au second registre, le Voyage des Mages et l’audience au palais d’Hérode occupent quatre panneaux, sur les deux vantaux, pour ne former qu’une seule scène. Les trois premiers panneaux sont respectivement occupés par un roi mage à cheval, voyageant au milieu de rinceaux végétaux et de larges rosaces. Tous trois montrent l’étoile figurée par un fleuron devant le premier mage. Sur le quatrième panneau (sur le vantail droit), Hérode trône sous une arcade trilobée, accompagné de ses suivants et adresse un signe de la main à ses visiteurs. L’ Adoration des Mages occupait les quatre panneaux du troisième registre, reproduisant ainsi la composition de l’audience devant Hérode . L’érosion de cette portion rend l’épisode presque indéchiffrable. Remarquons cependant, sur le quatrième panneau, que la Vierge à l’Enfant siégeant sur un large trône et inscrite sous un arc plein cintre, apparaît comme une réplique d’Hérode sur son trône. Les deux derniers niveaux sont illisibles et l’étaient déjà au XIX e siècle, comme en témoignent plusieurs aquarelles conservées dans les collections de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine (publiées par X. Barral i Altet, 2000) . Quelques éléments de l’ Annonce aux Bergers , sous l’ Adoration des Mages , restent cependant déchiffrables. Remarquons ainsi la place importante que prennent les deux épisodes de l’histoire des Mages, occupant à eux seuls huit panneaux sur deux registres entiers.

Plusieurs inscriptions viennent compléter chacune des scènes dont certaines, en coufique, semblent tenir un rôle purement décoratif (É. Mâle , 1923, y voyait la preuve d’un maître d’œuvre musulman). Une dernière inscription en latin couvre la traverse verticale de la porte: g auzfredus me f[e]cit petrus edi[ficavit] . Il faut sans doute interpréter le patronyme Gauzfredus comme étant celui du maître d’œuvre et Pétrus comme celui du commanditaire, que l’on a souvent identifié comme Pierre III, évêque du Puy entre 1143 et 1189 ( A. Aymard , 1851, N. Thiollier , 1900, M. Durliat , 1975) . Cependant, les recherches archéologiques récentes dirigées par Xavier Barral i Altet (2000) placent l’édification de la dernière travée occidentale de la cathédrale aux alentours de 1180. Ainsi, l’exécution des portes coïnciderait avec un second personnage, Pierre de Solignac (Pierre IV), évêque du Puy entre 1159 et 1189.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AYMARD A., « Églises du XV e siècle et portes sculptés du XI e siècle à la Voûte-Chilhac », Annales de la Société d’agriculture, sciences, arts et commerce du Puy, 4, 1851, p. 208.
  • BARRAL I ALTET Xavier, « La porte-récit en bois dans la façade romane », dans Medioevo : immagine e racconto, A. C. Quintavalle (Dir.), Centro studi medievali, Università degli studi di Parma, Fondazione Monte di Parma, Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 27-30 settembre 2000, Milano, Electa, 2003, p. 278-286.
  • BARRAL I ALTET Xavier, « Sur les supposées influences islamiques dans l’art roman : l’exemple de la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay », CSMC, 35, 2004, p. 115-118.
  • BARRAL I ALTET Xavier, La cathédrale du Puy-en-Velay, Milan, Skira, Paris, Édition du patrimoine, 2000, part. p. 305 et ss.
  • BEGBEDER Olivier, Forez-Velay roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuits des Temps, 15 », 1981 (1 ère éd. 1962), p. 43-49.
  • CAHN Walter, The Romanesque Wooden Doors of Auvergne, New York, New York University Press, 1974.
  • DURLIAT Marcel, « La cathédrale du Puy », Caf : Velay, 133, 1975 (1976), p. 56-163.
  • DURLIAT Marcel, La cathédrale du Puy, Renne, Ouest France, 1986 (1ère éd. Paris, 1976).
  • GALLAND Bernard, FRAMOND Martin de, Le Puy-en-Velay : l’ensemble cathédral Notre-Dame, Paris, Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments historiques, coll. « Cathédrales de France » 2010 (1ère éd. 2005).
  • MÂLE Émile, « Les Influences arabes dans l’art roman », Revue des Deux-Mondes, 1923, p. 311-343.
  • THIOLLIER Félix, L’architecture religieuse à l’époque romane dans l’ancien diocèse du Puy, Le Puy, R. Marchessou, 1900 (rééd. Nogent-le-Roi, 1976), p.66.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (28 novembre 2021). Puy-en-Velay, cathédrale Notre dame. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogj1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search