Poitiers cathédrale Saint-Pierre

Poitiers (Vienne, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : cathédrale Saint-Pierre


Poitiers, cathédrale (plan d’après Archive de la direction du patrimoine, dans Y. BLOMME, 1994, p. 15)
  • Médium : sculpture.
  • Support : frise d’abaques et de chapiteaux d’ébrasements.
  • Situation dans l’édifice : façade nord ( portail Saint-Michel ), ébrasements.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Voyage des Mages à Bethléem (frise supérieure de l’ébrasement gauche), Adoration des Mages (frise de chapiteau de l’ébrasement droit).
  • Datation : 1185-1190.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail Saint-Michel , ébrasement gauche , frise supérieure (de gauche à droite) : Mages devant Hérode , Hérode et ses scribes , Voyages des Mages ; frise inférieure (de gauche à droite ) : Massacre des Innocents , Fuite en Égypte ; ébrasement droit (de gauche à droite) : Annonciation , Adoration des Mages , Visitation.
  • identifiant Wikidata : Q1481233
  • identifiant Mérimée : Pa00105586

Description : Les frises de chapiteaux et d’abaques flanquant la porte Saint-Michel (porte nord ouvrant sur la quatrième travée occidentale de la cathédrale) décrivent un cycle des Mages très étendu semblable à ceux que nous voyons fleurir sur les façades romanes et gothiques à la fin du XII e siècle (Arles, Étampes). Il paraît, à première vue, très disparate, désordonné dans sa progression chronologique, dispersé sur divers supports (abaques et chapiteaux) et composé de reliefs de facture hétéroclite. Aussi commencerons-nous la description par la frise supérieure de l’ébrasement gauche, en suivant sa progression de l’extérieur vers l’intérieur du portail.

Poitiers, cathédrale Saint-Pierre, porte nord, ébrasement gauche, Mages devant Hérode (cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0,)

L’histoire débute ainsi par l’audience des Mages devant Hérode. Les trois Rois se voient introduits dans le palais de Jérusalem par un personnage, debout derrière la porte du palais, et que nous pouvons identifier comme l’ Armiger (écuyer d’Hérode). Les trois chevaux ont été parqués en retrait, en partie tronqués par un arbuste buissonnant alors qu’un autre personnage, à genoux, les panse. Ici, le seuil entre l’extérieur et l’intérieur du palais est marqué de façon très claire et l’arrivée des Mages au Palais s’apparente à une entrée royale. Concernant les Mages eux-mêmes, rarement un tel degré de richesse dans leur costume n’a été égalé au XII e siècle : ils sont coiffés de riches couronnes incrustées de pierres précieuses et vêtus de longues tuniques couvertes de longs manteaux très fouillés. Devant eux, Hérode, figure plus imposante que les Mages, trône sur l’arête du revers de la frise. Entre lui et le premier mage vient s’intercaler l’étoile qui n’intervient que très rarement dans le palais (elle est censée avoir disparu à ce moment de l’histoire dans les commentaires médiévaux). Toutefois, sa présence ne sert ici qu’à suggérer le sujet de la conversation entre Hérode et les Mages comme le prouve, plus loin dans le programme, la scène d’exultation devant l’astre réapparu au sortir de Jérusalem. Derrière Hérode, sur le revers interne, se tient un démon hideux, cornu et ailé, qui appose la main sur la tête du roi pour lui insuffler ses mauvais conseils. Sur le second pan de frise, Hérode consulte ses scribes, scène qui a été temporellement isolée de la précédente puisque le souverain apparaît une seconde fois, trônant sur l’angle de la frise, toujours accompagné du démon qui, cette fois, porte à l’oreille du roi un objet inidentifiable (il tient également dans le creux de son bras gauche une tête humaine, comme une référence au Massacre des Innocents dont il souffle l’idée).

Poitiers, cathédrale Saint-Pierre, porte nord, ébrasement gauche, Voyage des Mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)

Ce segment de frise se conclut par la réapparition de l’étoile au sortir du palais. Les Mages chevauchent tous trois énergiquement vers Bethléem (en fait vers l’entrée de l’église) en se montrant mutuellement l’astre. Derrière eux, deux personnages désignent l’étoile du doigt en marquant leur étonnement. Ce détail est très singulier. Il ne peut s’agir de Bergers qui seraient ici privés de leur troupeau, ni des Mages exultant de joie à la sortie du palais (ils ne sont que deux, non couronnés et vêtus différemment). Nous sommes d’avis de reconnaître ici les membres d’une escorte des trois Rois (peut-être les mêmes que ceux occupés à panser les chevaux précédemment). Ce dernier segment de la frise témoigne d’un traitement très différent laissant penser à un sculpteur différent.

La frise inférieure, celle constituée par les corbeilles des chapiteaux, se consacre presque entièrement au Massacre des Innocents . À l’extérieur de l’ébrasement, sur l’angle du premier chapiteau, Hérode accompagné du démon ordonne le déchainement de violence. Sur le chapiteau du jambage, la sainte famille fuit le meurtre qui ensanglante Jérusalem (la porte de la ville se dresse derrière eux) vers l’intérieur du portail, en direction de la porte de l’édifice. Ici apparaît encore un détail surprenant : le personnage qui suit le cortège de la sainte famille, habituellement la sage-femme, semble ici être un homme (le relief est abîmé mais ce personnage porte une tunique courte). Il faudrait peut-être y voir Jacques, fils de Joseph, cité dans le Pseudo Matthieu.

Poitiers, cathédrale Saint-Pierre, porte nord, ébrasement gauche, Adoration des Mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)

La suite du cycle se poursuit sur la frise que forment les chapiteaux de l’ébrasement droit. L’ensemble des scènes évolue sur un fond végétal composé de branchages et de palmettes plates. S’y succèdent, de gauche à droite (de l’intérieur vers l’extérieur), l’ Annonciation , l’ Adoration des Mages et la Visitation . Les Mages se suivent au centre de la composition : le premier esquisse une génuflexion alors que le second se retourne vers le troisième. La Vierge à l’enfant, à la silhouette très élégante, occupe l’angle du dernier chapiteau au sein d’un foisonnement végétal. Elle est couronnée alors que l’Enfant ne l’est pas. Les figures très allongées, la préciosité du détail et le traitement des végétaux, semblent encore témoigner d’une facture différente.

Concernant l’ensemble du programme, évitons de tirer des conclusions du désordre chronologique et de la disposition des scènes car, le déséquilibre flagrant dans l’enchaînement des reliefs et les différences de factures d’un élément à l’autre, semblent exclure une exécution d’une traite. Remarquons simplement l’apparition de nombreux éléments anecdotiques dans l’histoire des Mages et l’importance toute particulière accordée à Hérode qui n’apparaît pas moins de trois fois et occupe plus des trois-quarts des sculptures de l’ébrasement gauche.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Charles-Auguste, « Histoire de la cathédrale de Poitiers», Poitiers, Tous les Libraires, Paris, Derache, 1848 et 1849, 2 vol., vol. 2, 1948, p. 100-104.
  • BLOMME Yves, « La construction de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers », B.M., 152 (1), 1994, p. 7-65.
  • BLOMME Yves, Poitiers : la cathédrale Saint-Pierre, Paris, Éditions du patrimoine, coll. « Cathédrale de France », 2001.
  • CAMUS Marie-Thérèse, « La sculpture de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers », dans La cathédrale de Poitiers, Cognac, Le temps qu’il fait, 2006, p. 127-144 (part. p. 136-137).
  • MAILLARD Élisa, Les sculptures de la cathédrale de Saint-Pierre de Poitiers, Poitiers, 1921.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (28 novembre 2021). Poitiers cathédrale Saint-Pierre. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogiy


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search