Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien

Le Petit-Quevilly (Seine-Maritime, Normandie)

Édifice : chapelle Saint-Julien


Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien (plan dans C. ÉTIENNE-STEINER, 1991, p. 3)
  • Médium : fresques.
  • Support : voûte.
  • Situation dans l’édifice : voûte du chœur, voûtain oriental.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Mages devant Hérode , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : chapelle royale.
  • Datation : 1160.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : voûte du chœur, voûtain oriental : Voyage des Mages, Mages devant Hérode, Adoration des Mages ; voûtain occidental : Annonciation, Visitation, Nativité ; voûtain nord : Voyage des Mages, Mages devant Hérode ; voûtain sud : Fuite en Égypte et Baptême du Christ.
  • identifiant Wikidata : Q1534236
  • identifiant Mérimée : Pa00100794

(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : La chapelle Saint-Julien fut édifiée selon toute vraisemblance par Henri II Plantagenêt en 1160 et reçut un décor peint au moment de sa construction. Seules les peintures de la voûte d’ogive du chœur nous sont parvenues mais on peut penser que le décor recouvrait également les travées rectangulaires de la nef. Les fresques furent recouvertes d’un badigeon entre 1791 et 1793, mais restaient en partie visibles et ne furent totalement découvertes que lors de la restauration de 1895-1896, durant laquelle les peintures furent retouchées. Entre 1959 et 1963, on déposa les fresques pour une nouvelle restauration et elles ne furent remises en place qu’en 1983.

Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien, voûte du chœur, Adoration et Songe des Mages
(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
)
(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Le décor se répartit sur une voûte sexpartite, mais le cycle est ordonné sur les quatre voûtains principaux dont les arcs d’ogive sont ornés de motifs géométriques et de grecques. Sur l’ensemble de la voûte, dix scènes de l’Enfance du Christ sont intégrées dans des médaillons végétaux réunis par trois sur chacun des quatre voûtains principaux. Le cycle de l’Incarnation débute sur la portion de voûte occidentale (orientée vers la nef) par la Visitation (au sommet de la composition), l’ Annonciation (à gauche) et la Vierge de la Nativité (à droite), alors que le Christ dans la mangeoire est isolé entre les deux médaillons précédents. Sur la portion nord débute le cycle des Mages, dispersé sur deux voutains et sur cinq médaillons. Il commence par le Voyage des Mages et la rencontre d’Hérode. Les deux scènes se distribuent sur deux médaillons séparés par un arc d’ogive. Dans le premier, les trois Mages chevauchent en se montrant mutuellement l’étoile, absente de la composition, mais signifiée par l’immense fleur les surplombant. Ils sont couronnés et respectent la hiérarchie des âges. Le second médaillon, au sommet duquel s’étend une architecture crénelée, figure le palais d’Hérode. Le souverain est assis sur son trône, croise les jambes et porte un long sceptre trilobé. Derrière lui, le jeune conseiller au visage menaçant porte le glaive de son roi. Les trois Mages se présentent devant le souverain plus richement vêtus que lors du voyage et c’est le plus jeune qui adresse le signe d’interrogation (contrairement à l’ordre des âges communément établi). Sur le voûtain oriental (donnant sur l’autel) interviennent l’Adoration et le Songe réunis en une seule composition synthétique. Dans le médaillon supérieur trône la Vierge à l’Enfant sous un dais architecturé. Elle est couronnée et tient un sceptre surmonté d’une tige végétale (allusion à la virgo-virga ). Elle et l’Enfant inclinent la tête en direction des trois Rois inscrits dans les médaillons inférieurs. Dans le médaillon de l’Adoration, les trois Rois sont richement vêtus (plus encore que dans le palais d’Hérode). Ils élèvent leurs offrandes en direction de la vision qui les surplombe. Le premier mage ne s’agenouille pas, mais il semble s’élever vers la Vierge le long de la bordure du médaillon. Le second montre son offrande alors que le dernier désigne l’Enfant. Un ange leur apparaît en déroulant un phylactère, détail suffisamment rare pour être remarqué. Dans le médaillon du Songe, les Mages sont tous trois couchés dans un même lit pendant qu’un second ange muni d’un phylactère leur apparaît et touche de l’index le roi le plus âgé. Le dernier voûtain (sud) décrit la Fuite en Égypte (la Vierge y apparaît sur l’âne en tant que Virgo lactans ) et le Baptême du Christ dans le dernier médaillon. L’ensemble des espaces libres du décor est occupé par de larges fleurs complexes.

Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien, voûte du chœur, Voyage des Mages
(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien, voûte du chœur, Mages devant Hérode
(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Le positionnement général du décor doit retenir notre attention. En effet, la Nativité et l’ Adoration des Mages forment les deux compositions les plus complexes, peintes sur deux voûtains opposés par le sommet, le long de l’axe est-ouest de l’édifice. L’Épiphanie s’intègre ainsi pleinement dans la liturgie eucharistique. En effet, les Mages en adoration participent à une image littéralement suspendue au-dessus de l’autel pour le spectateur placé dans la nef et l’on peut penser que leur offrande adressée à la Vierge-Église prenait toute sa valeur au moment de l’Offertoire. Dans ce contexte, le retour des Mages sur la voie du Christ, signe de leur conversion, rappelait ainsi la bénédiction post-sacrificielle. Remarquons en ce sens que le voûtain de la Nativité venait compléter ce sens sacramentel en isolant significativement le corps de l’Enfant du reste de la composition. Or, ce détail n’est pleinement visible que pour celui qui se tient devant l’autel. Cette évocation du corps incarné, à vocation sacrificielle, pourrait ainsi insister sur la présence réelle après la conversion des espèces.

Remarque : Notons, pour finir, l’importance que prend le cycle des trois Rois dans une chapelle vraisemblablement à l’usage personnel du souverain Plantagenêt.

Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien, voûte du chœur, la fuite en Égypte
(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien, voûte du chœur, le Baptême du Christ
(Giogo, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • COUTAN Ferdinand, « La chapelle Saint-Julien du Petit-Quevilly », Caf : Rouen 89, 1926, (1927), p. 238-249.
  • ÉTIENNE-STEINER Claire, « Le drame des trois rois et les peintures murales de la chapelle Saint-Julien du Petit-Quevilly », dans L’art en Normandie, B. Poulle (Éd.), Actes du 26e congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Caen, 25-29 oct. 1991, Caen, Conseil général du Calvados, Archives départementales, 1992, vol . 1, p. 47-55.
  • ÉTIENNE-STEINER Claire, Haute-Normandie : la chapelle Saint-Julien du Petit-Quevilly, Rouen, Inventaire général, SPADEM, coll. « Images du patrimoine », 1991.
  • JALABERT Denise, « Fleurs peintes à la voûte de la chapelle du Petit-Quevilly », GBA, 96 (43), 1954, p.5-26.
  • PARIS-POULAIN Dominique, « Une représentation de l’ Arbor-Ecclesia : contribution à l’étude des peintures murales du Petit-Quevilly », dans Le rôle de l’ornement dans la peinture murale du Moyen Âge, J. Ottaway (Dir.) , Actes du colloques international tenu à Saint-Lizier, 1er au 4 juin 1995) , Poitiers, CESCM, coll « Civilisation médiévale, 4 », 1997, p. 121-137.
  • STRATFORD Neil, « Le Petit-Quevilly, peintures murales de la chapelle Saint-Julien », Caf : Rouen et Pays de Caux, 161, 2003 (2005) , p. 133-146.
  • STRATFORD Neil, « The Wall-Paintings of the Petit-Quevilly », dans Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen , J. Stratford (Éd.), Leeds, W. S. Maney, coll. « The British Archaeological Association Conference Transactions for the Year 1986, 12 », 1993, p. 51-59.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (28 novembre 2021). Le Petit-Quevilly, chapelle Saint-Julien. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogix


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search