Paris, Musée du Louvre

Paris (Île-de-France, Île-de-France)

Édifice : Musée du Louvre (n° d’inv. R.F. 1376)

 

  • Édifice d’origine : cloître de l’Abbaye de Coulombs (Eure-et-Loire).
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître.
  • Cycle des Mages : Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine.
  • Datation : 1150 (pendant la campagne de construction du cloître de l’abbaye sous l’abbatiat de Roger, 1119-1173).
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : chapiteau : Annonce aux Bergers, Nativité, Songe des Mages.
  • identifiant Wikidata de l’édifice actuel : Q19675
  • identifiant Wikidata de l’édifice d’origine : Q2820296
  • identifiant Mérimée : PA00097084
  • n° d’inv. : R.F. 1376

Paris, Musée du Louvre, chapiteau provenant de l’abbaye Notre-Dame de Coulomb, cloître, Songe des Mages
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)

Description : L’un des deux chapiteaux conservés au Musée du Louvre provenant de l’abbaye de Coulombs est consacré à trois scènes de l’Enfance. Sur la corbeil de celui-ci se succèdent l’ Annonce aux Bergers (très mutilée), la Nativité , et le Songe des Mages (mieux conservé). Pour la première scène, l’identification n’est pas certaine. Nous reconnaissons toutefois les trois bergers avec leur brebis, l’arbre sur lequel le bétail a l’habitude de se nourrir et les nuées dans la partie supérieure. L’ange, toutefois, ne descend pas du ciel comme à son habitude, mais semble trôner devant les pasteurs. La Nativité est plus classique. Marie est à demi couchée sur un lit alors que l’Enfant se trouve dans la mangeoire. Derrière Marie, Joseph est assis et semble endormi. Il tient un voile dans la main soutenant sa joue. Enfin apparaît le Songe des Mages . Les trois personnages couronnés sont tous trois blottis dans une seule couverture selon une formule de plus en plus répandue au XII e siècle. Un ange nimbé descend des nuées pour les avertir de ne pas retourner devant Hérode. Remarquons que l’ange tient également un voile qu’il place sur la joue du premier mage, en tout point similaire à celui que tient Joseph, peut être signe du songe ou du rêve. Derrière les Mages, leurs trois chevaux sont regroupés tête-bêche en un groupe compact. Au-dessus de la Nativité et du Songe des Mages court un motif architectural, qui n’est stopé que par les nuées surplombant l’ Annonce aux Bergers . Le chapiteau coiffe une quadruple colonne torse végétale, décorée de motifs spiralés, habités de chimères et de figures humaines.

Paris, Musée du Louvre, chapiteau provenant de l’abbaye Notre-Dame de Coulomb, cloître, Nativité
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)
Paris, Musée du Louvre, chapiteau provenant de l’abbaye Notre-Dame de Coulomb, cloître, cheveaux des Mages
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)

Remarque : Le second chapiteau se consacre au rêve de Nabuchodonosor . Il est tronqué, et l’autre fragment est actuellement conservé à Kansas City, au Nelson Atkins, Museum (n° d’inv. 55-44).

Kansas City, au Nelson Atkins, Museum of art, fragment de chapiteau de l’abbaye de coulomb, Songe de Nabuchodonosor (n° d’inv. 55-44, cliché Nelson Atkins, Museum of art).

Localisation édifice actuel

Voir en plein écran

Localisation de l’édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, Description raisonnée des sculptures du Moyen Âge. I Moyen Âge, Paris, Réunion des musées nationaux, 1950, cat. no 71.
  • AUBERT Marcel, La sculpture française au début de l’époque gothique 1140-1225, Paris, éditions du Pégase, 1929 , p. 17, pl. 21b.
  • BARON Françoise, Musée du Louvre, Département des sculptures, Louvre, Sculpture française. I, Moyen âge, Paris, Réunion des musées nationaux, 1996, p. 68-69.
  • BEAULIEU Michèle, Encyclopédie photographique de l’art : La sculpture française du Moyen Âge au Musée du Louvre, M. Aubert (Éd.), Paris, Tel, 1948, p. 21, figs. 39-42.
  • BRANNER Robert, « Romanesque Capital from Coulombs », Nelson Gallery and Atkins Museum Bulletin, 2 (3), 1960, p. 2 et ss, figs. 2-3, 5.
  • DURAND Jannic, GABORIT-CHOPIN Danielle, L’art roman au Louvre, J.-R. Gaborit (Éd.), Paris, Musée du Louvre-Fayard, coll. « Trésors du Louvre », 2005, p. 188-191.
  • GISCHIA Léon, MAZENOD Léon, Les arts primitifs français : art mérovingien, art carolingien, art roman, Paris, Éditions Arts et Métiers graphiques, 1939, p. 31, pls. 207-208.
  • MERLET Lucien, « Histoire de l’abbaye de Coulomb », Mémoire de la société archéologique de l’Eure-et-Loir, 3, 1863, p. 24-52. Musée du Louvre, Catalogue de sculptures. I, Moyen Âge et Renaissance , Paris, édition des Musée Nationaux, 1922, cat. no 48.
  • PRACHE Anne, Île-de-France romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 60 », 1983 , p. 471-472. Schall Jan, Tempus Fugit: Time Flies , Exhibition catalog, Nelson-Atkins Museum of Art (15 oct-31 dec 2000), J. Schall, Nelson-Atkins Museum of Art (Éds), Kansas City, The Nelson-Atkins Museum of Art, 2000. Stokstad Marilyn , « Romanesque and Gothic Art », Apollo, 96, 1972, p. 486-494.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (24 novembre 2021). Paris, Musée du Louvre. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogiv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search