Oloron, Oloron Sainte-Marie, église de la Sainte Croix

Oloron, Oloron Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église de la Sainte Croix


Oloron, église Sainte-Croix, (plan HAROT, 1940, dans, M. G. ANDRAL, 1939, p. 417)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : chœur, retombée sud de l’arc triomphal.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : chapiteau de l’abside , arc triomphal : Adoration des Mages (chapiteau sud), Danse de Salomé et Décollation de Jean-Baptiste (chapiteau nord) ; abside : Tentation du Christ au désert (longtemps identifié comme l’évêque Amat ordonnant la construction de l’église), Péché originel et Chute , Sacrifice et Meurtre d’Abel , Construction de l’Arche de Noé , motifs décoratifs végétaux et zoomorphe, chimères, acrobates et musiciens.
  • identifiant Wikidata : Q3584981
  • identifiant Mérimée : Pa00084465

Oloron, église Sainte-Croix, abside, vue de l’arc triomphal
(Emeltet, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’église actuelle de Sainte-Croix d’Oloron a longtemps été attribuée à Amat (évêque d’Oloron jusqu’en 1089 puis archevêque de Bordeaux et légat du pape à partir de 1073). Il faut en réalité penser à une construction bien plus tardive, au début du XII e siècle, datation que l’étude des chapiteaux préciserait avant le second tiers du XII e siècle. L’édifice a connu de nombreuses restaurations, salvatrices pour la survie de l’édifice, mais désastreuses pour l’archéologue. L’intérieur garde cependant son aspect d’origine et la plupart des chapiteaux sont intacts (abstraction faite des peintures appliquées avec trop d’enthousiasme au XIX e siècle sur les chapiteaux de l’abside).

(Emeltet, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Le chapiteau de l’Épiphanie coiffe la colonne sud de la retombée de l’arc triomphal alors que celui de la retombée nord se consacre à l’histoire de saint Jean-Baptiste ( Décollation du saint et Danse de Salomé ), dressant ainsi un parallèle, pour le fidèle situé dans la nef, entre la Vierge à l’Enfant et Hérode Antipas.

(Emeltet, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Les trois Rois mages se regroupent sur la face nord du chapiteau de l’Épiphanie et cheminent vers la face occidentale (visible de la nef) sur laquelle trône la Vierge à l’Enfant. La face orientale, donnant sur l’abside, est consacrée au Baptême du Christ. La Vierge en trône est strictement hiératique, abritée sous un large dais architecturé. Sur l’écoinçon gauche brille l’étoile qui adopte la même place et quasiment la même forme que les fleurons ornant les angles du chapiteau. Sous l’étoile, on peut encore lire « stem. a » et sur l’arc au-dessus de Marie, « m a mat d ». Cette dernière épigraphie a souvent été comprise comme une dédicace à l’évêque Amat, à qui l’on attribuait la construction de l’édifice, mais il faut en réalité lire : m ( ari)a mat(er) d(ei). L’Enfant est placé de face, complètement ramassé sur les genoux de sa mère, à tel point que les deux figures semblent se confondre. L’Enfant tient l’Orbe (il ne s’agit pas ici de l’offrande du premier Mage, mais bien du globe symbolisant la potestas du Christ) et le Livre sur lequel se lit « ihs » . Les trois Rois mages, couronnés et richement vêtus, se succèdent sur la face principale et latérale (face nord et est). Leur procession ne s’oriente donc pas vers le fond de l’abside, mais vers la nef. Il semble que l’objectif ait été ici d’exposer le Trône de Sagesse à l’assemblée, plus que de construire une orientation processionnelle spatialement cohérente.

(Emeltet, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Les Mages portent de longues tuniques et chaussent d’importants éperons (bien que les chevaux soient absents). Les deux premiers visiteurs ont posé leurs deux genoux à terre, mais remarquons plus particulièrement le geste du premier mage : il pose sa main sur le bras du siège de Marie (geste audacieux et inhabituel) et présente ostensiblement son offrande de l’autre main. De plus, ce personnage ne porte aucune attention à l’Enfant ou à sa mère, mais tourne son visage vers le spectateur. Ce roi adopte ainsi l’attitude d’un demandeur d’intercession et invite le fidèle à imiter son geste. Pour finir, évoquons les gros motifs hémisphériques ponctuant l’abaque, motifs que l’on retrouve sur tous les autres chapiteaux végétaux de la nef pour en figurer les fruits de manière stylisée.

(Emeltet, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, « Oloron Sainte-Marie : église Sainte-Croix », dans M. Durliat, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p. 247-250.
  • ALLÈGRE Victor, Les vieilles églises du Béarn : étude archéologique, Toulouse, Imprimerie Régionale, 1952, vol. 1, p. 119-137.
  • ANDRAL Gabriel, « Oloron-Sainte-Marie (église Sainte-Croix) », Caf : Bordeaux et Bayonne, 102, 1939 (1940), p. 416-420.
  • DUMONTEIL Jacques, « Recherches sur l’histoire de l’église Sainte-Croix d’Oloron », Revue de Pau et du Béarn, 7, 1979, p. 53-84.
  • DUMONTEIL Jacques, Sainte-Croix d’Oloron : église romane , Jurançon, Amis des églises anciennes du Béarn, 1979.
  • LACOSTE Jacques, La sculpture romane en Béarn : « le Grand Atelier », Pau, Amis des églises anciennes du Béarn, 1996.
  • LACOSTE Jacques, Les grandes œuvres de la sculpture romane en Béarn, Bordeaux, Sud Ouest, 2007.
  • MENJOULET J.-Maximien, Notice historique et descriptive sur l’église Sainte-Croix d’Oloron (Basses-Pyrénées), Oloron, B. Lapeyrette, 1856 (1 ère éd. 1840).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (23 novembre 2021). Oloron, Oloron Sainte-Marie, église de la Sainte Croix. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogit


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search