Norrey-en-Auge, église Sainte-Anne

Norrey-en-Auge (Calvados, Normandie)

Édifice : église Sainte-Anne


Norrey-en-Auge, église Sainte-Anne (plan d’après J. MERLET, 1951 planothèque CMN)
  • Médium : Médium : fresque.
  • Support : Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : Situation dans l’édifice : nef, travée orientale (précédant la croisée du transept), mur nord.
  • Scènes : Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : Datation : troisième quart du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : nef , première travée orientale : Entrée du Christ à Jérusalem (mur sud), Adoration des Mages (mur nord).
  • identifiant Wikidata : Q22964079
  • identifiant Mérimée : Pa00111573

Norrey-en-Auge, église Sainte-Anne, Adoration des Mages
(Pimprenel, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’église Sainte-Anne de Norrey-en-Auge a vu son plan profondément remanié au cours des siècles. La nef à quatre travées fut élevée peu avant le milieu du XI e siècle, mais le chœur et le transept ont été entièrement transformés au XIII e siècle. Les murs de la nef étaient sans doute couverts d’un riche cycle peint sur toute leur longueur. Il ne subsiste de ce décor que deux panneaux partiellement effacés, placés en vis-à-vis dans la travée précédant le transept, entre les grandes arcades et la base des fenêtres hautes. L ’Adoration des Mages occupe le mur nord alors que l’ Entrée du Christ à Jérusalem lui fait pendant sur le mur sud . La composition de l’Adoration est relativement classique : la Vierge, nimbée et voilée, siège de trois-quarts sur un haut trône abondamment serti de perles et de pierres précieuses. Elle présente l’Enfant à ses visiteurs. Derrière elle se tient Joseph, debout, également nimbé et tenant sur son épaule une verge. Les Rois mages se présentent devant la Vierge, debout l’un à la suite de l’autre, dans la partie gauche du tableau. Ils sont tous trois couronnés, vêtus de tuniques mi-longues et de manteaux. Le premier tient son offrande dans ses mains voilées de sa cape. Notons la présence de l’ange, entre Marie et les Mages, sortant des nuées. L’étoile est absente, mais peut-être était-elle portée par l’ange.

Sur le mur sud, le Christ, monté sur l’âne et suivi de ses disciples (il n’en reste que trois), est accueilli comme il se doit par les habitants de Jérusalem (deux personnages sont encore visibles) agitant leurs palmes.

(Pimprenel, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Le reste du cycle est entièrement détruit, mais ces deux témoins dessinent à eux seuls une certaine logique : à l’entrée des Mages dans l’Église par leur adoration répond, en face, l’instauration du royaume du Christ dans la Cité sainte. Le sens processionnel des deux épisodes suit ainsi l’axe ouest-est de l’édifice et marque le seuil entre la nef et le transept. Ces deux panneaux concluaient donc le programme disparu de la nef que l’on peut imaginer pareillement orienté.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BAYLÉ Maylis, « Norrey-en-Auge : église Sainte-Anne », dans L’architecture normande au Moyen Âge, C. Corlet (Éd.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1997, t. 2, p. 22-23.
  • MUSSET Lucien, « L’église de Norrey-en-Auge », Le Pays d’Auge, 20, 1970, p. 3-13.
  • MUSSET Lucien, Normandie romane, 1 , La Basse-Normandie, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 25 », 1987 (1 ère éd. 1967), p. 36 et 300-301.
  • SERBAT L., « L’église de Norrey-en-Auge », BSNAF, 1912, p. 299-303.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (23 novembre 2021). Norrey-en-Auge, église Sainte-Anne. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogir


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search