Neuilly-en-Donjon, église Sainte-Marie-Madeleine

Neuilly-en-Donjon (Allier, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : église Sainte-Marie-Madeleine


  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail occidental, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale, possession de l’ancien diocèse d’Autun.
  • Datation : 1120-1140. Attribué à l’atelier de « Neuilly-en-Donjon ».
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan : Adoration des Mages ; linteau : Péché originel , La Cène ? Repas chez Simon ? ; chapiteaux d’ébrasements : punition du péché (à gauche), Daniel dans la fosse aux lions (à droite).
  • identifiant Wikidata : Q3585155
  • identifiant Mérimée : Pa00093246

Neuilly-en-Donjon, église Sainte-Marie-Madeleine, portail occidental
(cliché M.B, 2006, licence CC BY-SA 4.0,)

Description : Ce portail orne la façade occidentale de la modeste église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon. Il se compose d’un tympan sur linteau encadré d’un arc légèrement outrepassé composé de deux archivoltes retombant sur deux colonnes d’ébrasements coiffées de chapiteaux historiés. Un décor d’oves et de palmettes se distribue avec parcimonie sur deux bandeaux des voussures et sur les deux abaques des chapiteaux d’ébrasements.

Neuilly-en-Donjon, église Sainte-Marie-Madeleine, portail occidental, tympan
(cliché M.B, 2006, licence CC BY-SA 4.0,)

Au centre du tympan, les trois Rois mages, imberbes et coiffés de petites couronnes plates, viennent s’incliner devant l’Enfant. Le premier embrasse la main du Christ, qui tient déjà la première offrande, alors que les deux autres élèvent deux codex clos, parfaitement reconnaissables à leurs pentures métalliques, référence claire à la prophétie de Balaam (le même détail se retrouve sur un chapiteau d’Autun, sur le portail sud de la nef de Vézelay, et sur le tymapn de Saint-Georges de Chassenard. La Vierge à l’Enfant est assise de trois quarts sur un haut trône architecturé élevé sur colonnes, abrité sous un dais posé sur deux autres colonnes en plus faible relief. Une immense étoile végétale à double corolle (comme sur les tympans de Chassenard et d’Anzy-le-Duc brille au-dessus du second mage, ce dernier élevant son livre vers l’astre.

Derrière le trône de la Vierge se tient un ange porteur d’un livre ouvert sur lequel il écrit à l’aide d’un stylet. Quatre anges buccinateurs, répartis en couple de part et d’autre de la scène, surgissent en buste d’une sorte de muraille traversant toute la partie basse du tympan. L’ensemble de la scène du tympan repose enfin sur un bœuf et un lion ailés, adossés dans la partie inférieure.

Sur le linteau se succèdent la Faute (à gauche) et une scène complexe mêlant l’iconographie de la Cène (treize personnages nimbés, dont le Christ, sont placés derrière une table garnie de coupes et de pains) et du Repas chez Simon (Marie Madeleine pénitente essuie les pieds du Christ avec ses cheveux). L’un des apôtres (le sixième en partant de la gauche), plus jeune que ses voisins, tient un livre ouvert et pourrait être Jean présentant le texte de l’Apocalypse. Mis à part le Christ assis en bout de table, les autres personnages sont anonymes.

Sur les chapiteaux d’ébrasements se trouvent, à droite, Daniel dans la fosse aux lions secouru par Habacuc et, à gauche, une scène pouvant être identifiée comme la punition des péchés (M. Angheben, 2003).

Par sa facture et son champ iconographique, le tympan de Neuilly-en-Donjon peut être inclus dans la production d’un atelier (l’atelier du Donjon) actif en Brionnais entre 1120 et 1140 (N. Stratford , 1988) et à qui l’on doit les Épiphanies des portails Chassenard et d’Anzy-le-Duc.

L’interprétation du tympan reste difficile en raison des ses incohérences iconographiques. Les anges à l’olifant ont souvent été identifiés comme un signe eschatologique (depuis R. Hamann , 1927) et les deux bêtes allongées sous le trône de la Vierge ont été, tour à tour, interprétées comme les animaux terrassés du Psaume 90 (V. Terret 1914), les symboles de Marc et Luc (M. Aubert , 1927 et N. Stratford , 1988), les gardiens du Trône (W. Cahn , 1965), les bêtes de l’Apocalypse (M.-L. Thérel , 1984).

Sur la base de la lecture apocalyptique opérée par Marie-Louis Thérel, nous proposons de comprendre la vision du tympan comme une illustration de l’entrée des nations dans la Jérusalem céleste (Ap 21-22) : saint Jean porteur du livre au linteau, les anges buccinateurs et l’ange scribe, porteur du livre de Vie (Ap 3, 5 ; 13, 8 ; 17, 8 ; 20, 15 et 21, 27) nous invitent à une telle interprétation. Le motif en forme de chaudrons, dans la partie inférieure du tympan, renverrait ainsi aux murailles de la Jérusalem nouvelle, dont Marie constitue la porte vers laquelle se dirigent les Rois mages, rois des nations (Ap 21, 24-26). Dans ces conditions, les deux animaux seraient les gardiens du trône ou de la porte, transpositions dans l’image d’animaux stylophores, courants aux entrées des églises à porches, particulièrement dans le nord de l’Italie.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANGHEBEN Marcel, Les chapiteaux romans de Bourgogne : thèmes et programmes, Turnhout, Brepols, 2003, p. 427 et 499.
  • ARROUYE Jean, « Les douze liaisons symboliques et rhétoriques du sens au tympan de Neuilly-en-Donjon », dans La liaison, B. Rougé (Éd.), Actes du huitième colloque du CICADA, 4-6 décembre 1997, publié dans, Rhétoriques des arts , 8, 2008, 33-40.
  • AUBERT Marcel, La Bourgogne, la sculpture, Paris, G. Vanoest, coll. « Les richesses d’art de la France », 1927, p. 72.
  • BEAUDEQUIN Gabriel, « Les représentations sculptées de l’Adoration des Mages dans l’ancien diocèse d’Autun à l’époque romane, étude descriptive et iconographique », CCM, 3, 1960, p. 479-489.
  • CAHN Walter, « Le tympan de Neuilly-en-Donjon », CCM, 8, 1965, p. 351-364.
  • COOK William R., « New approach to the tympanum of Neuilly-en-Donjon », Journal of Medieval History Amsterdam, 4 (4), 1978, p. 333-345.
  • DUPOND Jean, Nivernais, Bourbonnais roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 45 », 1976, p. 284-285.
  • HAMANN Richard, « Die Salzwerdeler Madonna », Marburger Jahrbuch, 3 , 1927, p. 103.
  • MORENA Aurea de la « Temas iconograficos en la pintura romanica espanola : Esterri de Cardos y Maderuelo » dans, Miscelanea de arte, p. 20-24.
  • OURSEL Raymond, « Les portails du Bourbonnais », dans Bourgogne Romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 1 », 1986 (1 ère éd. 1954), p. 287.
  • OURSEL Raymond, Les églises romanes de l’Autunois et du Brionnais : Cluny et sa région, Mâcon, Protat frères, 1956, p. 102-103.
  • RODRIGUEZ Jean, Neuilly-en-Donjon, Autun, éd. J. Rodriguez, 1973.
  • STRATFORD Neil, « Le portail de Neuilly-en-Donjon », Caf : Bourbonnais, 146, 1988, p. 312-338 , repris dans Studies in Burgundian romanesque sculpture, London, Pindar, 1998, vol. 1, p. 249-269.
  • STRATFORD Neil, « Un portail roman à Chassenard (Allier) », dans Sculptures médiévales en Auvergne : création, disparition et réapparition, A. Regond, P. Chevalier (Dirs.), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, coll. « Études sur le Massif central », 2008, p. 89-102.
  • THÉREL Marie-Louise, Le triomphe de la Vierge-Église , Paris, CNRS, coll. « Documents, études et répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes », 1984, p. 162-166.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (23 novembre 2021). Neuilly-en-Donjon, église Sainte-Marie-Madeleine. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogim


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search