Nantua, ancienne abbatiale Saint-Michel

Nantua (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : ancienne abbatiale Saint-Michel


Nantua, abbatiale Saint-Michel (plan d’après M. ANUS dans R. Oursel, 1990, p. 358)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : portail du transept sud, ancien portail d’entrée du cloître, tympan (Figure 114).
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : Prieurale clunisienne, abbatiale bénédictine.
  • Datation : milieu du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : tympan : Adoration des Mages et Songe de Joseph.

  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail du transept sud, ancien portail d’entrée du cloître, tympan.
  • Scène : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : prieurale clunisienne, abbatiale bénédictine.
  • Datation : milieu du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : tympan : Adoration des Mages et Songe de Joseph.


Description : Dans l’ancienne abbatiale clunisienne Saint-Michel de Nantua, les Mages se retrouvent dans deux décors distincts : aux ébrasements du portail occidental (Figure 115) et sur un vaste tympan du transept sud, surmontant originellement la porte d’accès au cloître (Figure 114).

Nantua, abbatiale Saint-Michel, portail de la sacristie, Adoration des Mages (cliché M.B, 2011, licence CC BY-SA 4.0,)

Le premier portail, sévèrement endommagé par les iconoclastes révolutionnaires, se compose d’un tympan sur lequel se devine encore une Majestas Domini surplombant un linteau, mieux sauvegardé, consacré à la Cène . Sur la base du linteau court une inscription : thaddevs puis ne res preteritas valeat damnare vetustas iste rei geste dat signa epsi manifeste , « afin que la vétusté ne condamne pas les événements passés, l’auteur de ce qui s’est accompli en donne lui-même les signes d’une manière manifeste » (d’après R. Oursel, 1990). Le linteau repose sur deux corbeaux intacts richement ouvragés de rinceaux habités dont la qualité laisse imaginer celle des sculptures disparues. L’ensemble est encadré de trois archivoltes dont seule la voussure médiane, et son décor de rinceaux végétaux, sont indemnes. Les personnages disposés selon la circonférence de la voussure interne sont perdus. Deux inscriptions seulement subsistent, mentionnant les deux personnages placés à la base de l’arc : mar/cia/lis à droite et bar/(na)/bas à gauche. À la clef de l’arc se distinguent encore deux anges déroulant un phylactère.

Les archivoltes retombent sur deux groupes de trois chapiteaux historiés très détériorés. L’ Adoration des Mages y occupe les deux chapiteaux internes de l’ébrasement gauche. Sur celui le plus proche de la porte se place la Vierge à l’Enfant en trône accompagnée de Joseph alors que le premier mage, entièrement bûché, a été placé sur le second chapiteau. Raymond Oursel (1990) identifiait ici l’ Annonciation en raison de l’inscription sur l’astragale ( ave maria gra(tia) plena ). Cependant , la Vierge en trône ne se prête pas à cette interprétation. Nous identifions ainsi, avec réserves, les deux personnages du chapiteau médian comme étant les deux autres Mages, bien que l’ Annonciation reste une possibilité. Le chapiteau externe, quant à lui, est entièrement mutilé, mais laisse apparaître deux figures face à face. Il semble judicieux de voir là la Visitation.

Sur l’ébrasement droit, seule la scène du chapiteau médian, celui de la Nativité , est identifiable. Sur le chapiteau externe se distinguent à peine une figure en pied et un ange sortant des nuées, le buste tronqué par le tailloir. Nous pouvons cependant reconnaître là l’ Annonce aux Bergers. Le chapiteau interne montre une fois de plus deux figures se faisant face. Il ne peut, à notre avis, s’agir ni de la Visitation ni de l’ Annonciation que nous placerions plus volontiers sur l’ébrasement gauche. De plus, les traces d’arrachement dans l’espace intermédiaire permettent d’imaginer un élément central. Nous pourrions proposer ici la Présentation au Temple.

Nantua, abbatiale Saint-Michel, chapiteau d’ébrasement du portail occidental, Adoration des Mages (cliché M.B, 2011, licence CC BY-SA 4.0,)

Le tympan du transept sud, aujourd’hui intégré dans la sacristie, ornait la porte de communication entre l’abbatiale et le cloître. Il a subi le même sort que le portail occidental, mais la composition reste lisible. Au centre, une imposante Vierge à l’Enfant trône frontalement. Devant elle se présentent les trois Mages. Derrière le trône, dans la partie droite, une figure massive entièrement bûchée ne peut-être que Joseph. Les contours de cette dernière figure gravement martelée se confondent toutefois avec ceux d’un autre personnage, ailé celui-ci, que nous identifions comme l’ange du Songe de Joseph . La composition caractéristique de ce tympan, parfaitement adaptée au support, le rapproche d’autres tympans que nous retrouvons dans la vallée du Rhône : ceux de l’église de Montfrin ( Cat. Fr. 64 : ), de l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard (Cat. Fr. 93 🙂 et de l’église de Saint-Alban du Rhône (Cat. Fr. 88 :). Ces exemples similaires aux prototypes gothiques septentrionaux (mais qui leur sont contemporains) devraient donc être rapprochés d’une tradition bénédictine, particulièrement clunisienne pour Nantua (très proche de Cluny) et pour Saint-Gilles-du-Gard.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • Corpus des inscriptions de la France médiévale, 17, Ain, Isère (sauf Vienne), Rhône, Savoie, Haute-Savoie, R. Favreau, J. Michaud , B. Mora (Éds .), Poitiers, CNRS, 1994, p. 13-15.
  • HAMANN Richard, Die Abteikirche von St. Gilles und ihre küstlerische Nachfolge, Berlin, Akademie-verlag, 1955-1956 , p. 340-341, 342.
  • LOOMIS Laura H., « Table of the Last Supper », Art Studies, 5, 1927, p. 71-98.
  • OURSEL Raymond, Lyonnais, Dombes, Bugey et Savoie Romans, Zodiaque, coll. « la Nuit des temps, 73 », 1990, p. 341-343, 357-358.
  • QUARRÉ Pierre, « À propos de deux chapiteaux du Musée archéologique de Dijon : la diffusion en Bourgogne du décor de Nantua », Revue du Louvre, 21, 1971, 1-12.
  • SALET Francis, La Madeleine de Vézelay, Melun, Librairie d’Argences, 1948, p. 180.
  • TERRET Victor, La Sculpture bourguignonne aux XIIe et XIIIe siècles, ses origines et ses sources d’inspiration, t. 1, Cluny, Autun, V. Terret, 1914, p. 70-71, 78, 89, 130.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Nantua, ancienne abbatiale Saint-Michel," dans Ces rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 22/11/2021, consulté le 27/11/2021, https://epiphania.hypotheses.org/139.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search