Montsaunès, église Saint-Christophe des templiers

Montsaunès (Haute Garonne, Occitanie)

Édifice : église Saint-Christophe des templiers


Montsaunès, église Saint-Christophe des templiers (plan d’après DU MÈGE, R. RUPRICH, dans F. LABORDE, 1980, p. 42)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : portail nord, chapiteau de l’ébrasement droit.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : commanderie templière.
  • Datation : 1180.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail nord , ébrasement gauche (de gauche à droite) : Annonciation , Visitation , Songe de Joseph , Nativité ; ébrasement droit (de gauche à droite) : Bain de l’Enfant , Annonce aux Bergers , Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata : Q2380386
  • identifiant Mérimée : Pa00094401

Montsaunès, église Saint-Christophe-des-templiers, façade nord,
(Estève, Georges 1890-1975) © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP)

Description : L’église de la commanderie templière de Montsaunès, sans doute la commanderie la plus importante de ce côté des Pyrénées, est un édifice très simple et relativement peu étudié, qui a surtout attiré l’attention pour les fresques qu’il conserve. Le plan se compose d’un vaisseau unique terminé par une abside semi-circulaire. Deux portails sculptés ornent les portes occidentale et septentrionale. C’est sur ce dernier que se trouvent les Mages.

Montsaunès, église Saint-Christophe-des-templiers, façade nord, chapiteaux d’ébrasement
(Kristobalite, 2013, CC BY-NCND 2.0)

Le portail septentrional, beaucoup plus sobre que celui de la façade occidentale, se compose d’une double archivolte retombant sur deux colonnes d’ébrasements, chacune coiffée de chapiteaux historiés, sculptés sur deux faces, construisant un cycle de l’Enfance.

Le chapiteau externe de l’ébrasement gauche décrit l’ Annonciation et la Visitation alors que suivent, sur le chapiteau suivant, le Songe de Joseph et la Nativité.

C’est sur le chapiteau externe de l’ébrasement droit que l’on trouve l’Épiphanie. Sur la face principale (nord) la Vierge couronnée tient un objet sphérique dans sa main droite. Elle trône frontalement, tenant sur son genou l’Enfant qui adresse un signe de bénédiction à ses visiteurs. Le groupe est placé entre deux colonnes torses portant un arc trilobé alors que le fond de la corbeille est entièrement couvert d’acanthes. Les trois Rois mages s’avancent sur la face latérale (est), également placés sous un arc trilobé. Le premier s’incline, portant son offrande entre ses mains voilées. Les suivants sont en attente mais le second est tourné vers le spectateur.

Sur les deux faces du chapiteau interne se suivent l’ Annonce aux Bergers et le Bain de l’Enfant . Le désordre apparent des sculptures des deux ébrasements semble en réalité faire correspondre thématiquement les scènes de part et d’autre de la porte. Sur les faces nord des deux chapiteaux externes se répondent respectivement l’ Annonciation et l’ Adoration des Mages qui sont les deux évènements marquant la nouvelle alliance : le fiat de Marie et l’union de l’Église (les Mages) à son époux (le Christ). De même, à l’ Annonce aux Bergers de la face nord du chapiteau interne fait pendant au Songe de Joseph , réunissant ainsi deux annonces de la Naissance au peuple d’Israël. Enfin, sur la face interne des mêmes chapiteaux se répondent la Nativité et le Bain de l’Enfant , deux préfigurations sacramentelles de l’Enfance, à savoir l’Eucharistie et le Baptême.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, « Les vieilles églises du Comminges », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 33, 1968.
  • DU MÈGE Alexandre, « Notes sur quelques monuments de l’Ordre de la Milice du Temple et sur l’église de Montsaunès », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 5, 1841-1847, p. 187-222.
  • LABORDE F., « L’Église des Templiers et les vestiges du château de Montsaunès (Haute-Garonne) : Mémoire présenté par Mme F. Laborde pour l’obtention de la maîtrise d’Histoire de l’Art médiéval sous la direction de M. le Professeur M. Durliat en 1972 », Revue de Comminges, 92, 1979, p. 355-373 et 487-507 et n°93, 1980, p. 37-51, 227-241, 335-355.
  • MESPLÉ Paul, « L’art décadent du Sud-Ouest », B.M., 115, 1967, p. 7-22.
  • SAINT-PAUL Abbé, « Notes sur l’architecture dans le Comminges du IIIe au XVe siècles », Revue de Comminges, 1887 (1), p. 1-32.



Citer ce billet
Mathieu BEAUD (2021, 22 novembre). Montsaunès, église Saint-Christophe des templiers. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogik

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search